Tête de l’Estrop (2961m) par la Foux d’Allos

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1300m
Durée :
1 jour

Une magnifique randonnée sportive entre le Val d'Allos et la Haute Bléone aux confins de la Provence. – Auteur :

Accès

Au centre village de la Foux d’Allos (04), dernier village du Val d’Allos avant le col du même nom, situé quelques kilomètres plus haut, se rendre au pied du "télébenne de la Chaup".

Emprunter la piste à droite indiquée par une trace rouge et jaune, qui correspond au G.R de pays "tour du haut Verdon nord".

Précisions sur la difficulté

Ascension classée DIFFICILE à cause du caractère accidenté du parcours dû aux nombreux éboulis à gravir, et au dénivelé relativement important .

Nécessite une très bonne condition physique et l’habitude de marcher dans des terrains rudes et quelquefois chaotiques.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Cartes

  • IGN TOP25 3540OT Barcelonnette
  • IGN TOP25 3439ET Seyne

Données importantes

  • Altitude de départ : 1800 mètres
  • Altitude atteinte : 2961 mètres
  • Horaires : 7h00 de marche (pauses non comprises)
  • Dénivelé : environ 1300 mètres
  • Distance : 20 kilomètres

Descriptif

Départ à 1800 mètres d’altitude du village de la Foux d’Allos et son télébenne, suivre le G.R de Pays "tour du haut Verdon Nord" qui au départ emprunte une large piste utilisée par les engins ou 4x4 désirant entretenir les infrastructures de la station de ski.

Cette piste emprunte le vallon de l’aiguille, et monte jusqu’à la baisse de l’Aiguille, mais une marque G.R de pays rouge et jaune (altitude approximative 2030) , se sépare de la piste et part à droite sur un sentier bien balisé et beaucoup plus agréable que la large piste depuis le télébenne.

Le sentier monte en zigzag dans les alpages et nous emmene jusqu’à la baisse de l’Aiguille (2547m), mais par un cheminement beaucoup plus champêtre et isolé.

Là, le sommet des Trois Évêchés se dresse face à nous, pointé à 2818 mètres d’altitude et l’on peut apercevoir à l’ouest notre objectif du jour, la tête de l’Estrop.

Quitter le G.R de Pays qui descend vers le sud dans un vallon sur notre gauche et qui rejoint le refuge de l’Estrop.

Emprunter le sentier en face marqué à la peinture rouge, qui part plein ouest en direction de la tête de l’Estrop.

Suivre ce sentier qui monte d’une façon régulière jusqu’à un panneau de croisement nous indiquant, à droite un sentier marqué cette fois, à la peinture jaune et permettant d’accéder à la vallée du Laverq par la "baisse de la Petite Barre".

Laisser ce sentier et poursuivre en face le sentier balisé en rouge en direction de la tête de l’Estrop, toujours en direction de l’ouest.

A l’altitude approximative 2640, le sentier bifurque naturellement vers le sud et descend environ 160 mètres de dénivelé afin de traverser un grand ravin d’éboulis.

  • Vous avez toujours la possibilité de couper tout droit afin de moins descendre mais l’éboulis est un petit peu chaotique.

Suivre la sente bien "cairnée", qui descend approximativement à l’altitude 2480.

C’est à partir de cet altitude que débute la dernière partie de l’ascension.

On chemine sur de grandes dalles de pierre assez agréables et qui adhèrent idéalement aux chaussures.

A l’altitude 2662, un sentier dirigé vers le sud (sur notre gauche) permet de descendre vers le refuge de l’Estrop, le laisser, et poursuivre sur celui dirigé ouest - nord - ouest.

Continuer à suivre le tracé rouge.

La partie sommitale et ses 100 derniers mètres de dénivelés sont très pentus mais également épique puisque, on chemine alors, dans un étrange paysage un peu surnaturel, constitué d’une gigantesque dalle ornée de pierres plates insérées verticalement dans de petites failles un peu partout.

On rejoint le cairn sommital qui comprend un petit abri pour randonneurs, une vierge noire nichée dans son abri de pierre ainsi qu’un livre d’or où l’on pourra mettre un petit mot afin de marquer notre passage sur ce sommet emblématique des Alpes du Sud.

A 2961 mètres d’altitude, si vous avez la chance d’y être par temps clair, la vue est immense et permet l’observation d’un nombre considérable de sommets appartenant notamment au Parc National des Ecrins, à la vallée de l’Ubaye, la Montagne de la Blanche, le Haut Verdon etc...

On peut même observer la face nord de la Sainte Victoire, dans les Bouches du Rhône.

Les sommets les plus proches et les plus marquants sont les deux majestueuses Séolanes, au nord est.

Le retour se fait par le même itinéraire.

Dernière modification : 13 août 2018
Tête de l’Estrop (2961m) par les Eaux Chaudes

A propos

Auteur de ce topo :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Topo publié le 26 août 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (14).
  • par Le 14 novembre 2012 à 21h55

    Si je peux me permettre le signal sur la carte est situé sur la tête de Chabrière et non sur l’Estrop

  • par Le 3 octobre 2014 à 20h23

    eh oui, j’ai bien vu, mais trop tard ! il faudrait qu’un administrateur répare cette erreur, surtout qu’en plus, je viens de créer le TOPO de la Tête de Chabrières

  • par Le 4 octobre 2014 à 00h23

    Bonsoir à tous les 2.
    J’avais déjà rectifié en validant le topo de Chabrières.
    @ Cyril : Non, il n’était pas trop tard. Un auteur a accès à 100% de son topo et peut tout modifier, corriger rectifier etc.

  • par Le 4 octobre 2014 à 06h56

    ah bon ??? je ne savais pas ! mais comment ! il n’y plus le mode "modifier" pourtant ?

  • par Le 4 octobre 2014 à 10h55

    On va régler cela par mails privés.

  • par olivierLe 12 octobre 2015 à 19h24

    Bonjour,

    est il possible d’accéder sur le massif de la tête de l’estrop ? après le crash est ce que le site est ouvert ? merci

  • par Le 12 octobre 2015 à 22h36

    Le crash a eu lieu de l’autre côté, et plus au nord dans le vallon de Galèbre situé entre le Puy de la Sèche (2820m) et le Pic des Tête (2661m), donc, je pense qu’il n’y a pas de problème, surtout si vous suivez ce TOPO, avec le départ de la Foux d’Allos

  • par mamLe 3 mars 2016 à 11h07

    bonjour,
    dans la ligne 28 du descriptif je suppose qu’il s’agit de l’altitude 2480m et non 1480m.
    Merci bien pour ce topo

  • par Le 3 mars 2016 à 12h33

    Bonjour mam,
    Merci pour ta vigilance, correction faite...

  • par Yves gerbalLe 9 août à 00h28

    Fait aujourd’hui (8 aout 2018). Un bon 8h de marche AR... Et 1600 m de dénivelé à mon altimètre... J’ai trouvé l’ensemble intéressant mais la redescente très longue. Attention à la bifurcation de ce "rouge-cairn" qui à un moment redescend vers le refuge. On ne sait plus quel est le bon sens. En haut, des blocs qui nécessitent une vraie "grimpette". N’y amenez pas des randonneurs novices !!!

  • par Le 13 août à 10h30

    Salut, j’ai l’impression que la carte n’est pas la bonne (Enchastraye et non Estrop).
    Ah bah non, en fait sur la carte il y a les 2, faut dézoomer fort, déplacer, et rezoomer ;-)
    Merci du coup pour l’idée de l’Enchastraye ainsi subtilement glissée dans ton topo Estrop !!

  • par Le 13 août à 10h32

    Oui, en fait, il y a deux tracés, l’Enchastraye, c’est une erreur !!! mais les deux sont bons ! lol , et notamment celui qui concerne directement ce topo

  • par Le 13 août à 10h48

    Voilà, j’ai refais le tracé !

  • par ElodieLe 12 novembre à 13h54

    A quelle saison est-il recommandé de la faire ?
    Novembre déjà trop tard à cause de l’enneigement ? Plus possible avant mars ?
    Qu’en pensez-vous ?

  • par Le 12 novembre à 17h38

    Pour vous donner une idée, voici des photos de Paul un 3 juin :
    https://www.altituderando.com/rando6454

  • par Le 12 novembre à 19h32

    Salut, on l’a fait cette année en petit groupe, en boucle depuis la Foux (montée par la baisse de l’Auriac et redescente par la baisse de l’Aiguille) ce qui est nettement plus sympa je pense que l’AR, sur 2 jours les 29 et 30 septembre, avec nuit au refuge de l’Estrop,

    Très confortable J1 8,2 km et +677 / -428 m de dénivelée (3h45) et J2 13,6 km et +1074 / - 1312 m de dénivelée (un peu plus de 7h).
    Le cheminement est en effet chaotique comme expliqué dans le topo,

    Le lendemain, la neige commençait à tomber, mais vu le mois d’octobre estival qu’on a eu, elle n’a pas tenu. Mais déjà, à fin septembre, la météo relève du pari vu qu’on peut considérer que le sommet est un quasi 3000.

    Depuis le refuge, la partie blocs qui démarre vraiment à partir de 2400 nécessite de savoir où et comment on met les pieds. Soit il faut beaucoup de neige, soit il n’en faut pas ... C’est pareil en descendant de la baisse de l’Aiguille, et pour remonter vers le sommet, la traversée sous la crête des barres demande de l’attention, qui se transforme à partir de 2700 en saute chaos (pour moi ce sont plus des chaos rocheux que des éboulis). En proportion, la partie dalle sommitale est super facile d’un coup ;-)

    Et sinon, l’hiver en skis de rando !

    Donc pour la période, je dirais au plus tard octobre voire septembre si l’enneigement est précoce, et au plus tôt mi juin, voire fin juin selon la rapidité de fonte des neiges ... les photos de Paul sont éloquentes !!! neige à 2200 m (brrr la face nord dans ces conditions !!).

    De Digne, on voit bien si le massif reste enneigé, et l’idéal pour plus d’infos, c’est d’appeler Olivier le gardien du refuge, très sympa, super cuisinier, et pas avare de renseignements sur son Estrop ;-)
    Olivier, refuge de l’Estrop : 06.32.06.05.65

    Olivier, si tu me lis, encore merci pour ton accueil, et zut, quand même, tu aurais pu nous commander un peu plus de chamois sur le parcours (mais tu gardes 20/20 pour les myrtilles !)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !