Tête du Lançonet (2514m), Petit Coyer (2580m) & Grand Coyer (2693m) par Colmars les Alpes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
2000m
Durée :
1 jour

Du bon gros dénivelé, mais pas que : paysages superbes, crêtes minérales, steppe, sous-bois de mélèzes... des points de vue qui se méritent ! – Auteur :

Accès

Emprunter la RD908 et entrer dans Colmars les Alpes. Après la pharmacie, prendre à droite en direction du parking de la Lance. Au lieu de prendre à gauche, continuer tout droit et passer le pont sur la Lance et se garer sur les emplacements devant le Centre de Secours/Centre des Services Techniques.

Précisions sur la difficulté

Dénivelé important : pas loin de 2000m D+
Recherche d’itinéraire : pas mal de parcours en crête
Terrain technique : principalement dans les parties hors sentier : Lançonet, Petit et Grand Coyer, et descente sur le replat de Lignin. On trouvera de belles pentes où il faudra assurer ses pas (talus, éboulis de grès rose, pentes herbeuses, zones de roches délitées...)

Les infos essentielles

Carte IGN : n°3540OT au 1/25000ème
Altitude de départ : centre de secours de Colmars les Alpes, environ 1240 m
Altitude(s) maximale(s) : Tête du Lançonet (2514m), Petit Coyer (2580M), Grand Coyer (2693m)
Temps de marche estimé : 10 heures sans les pauses
Distance : 30 km environ pour cette boucle
Équipement : tenue de randonnée classique (attention à prendre des affaires chaudes, vous grimperez de presque 1500m d’altitude) et chaussures qui accrochent. Pensez à prendre suffisamment d’eau, vous allez en avoir besoin !

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ça commence assez fort par la montée de la rude piste forestière (GR du Tour du Haut Verdon Sud) qui part derrière le centre de secours. Ignorer la piste partant à droite en direction du Pont de Misson. On continue de monter, on finit par recouper avec la piste carrossable.

Laisser la piste à gauche qui file en direction du Pont de la Serre, et toujours suivre le marquage du GR. On aboutit à un carrefour. Là on quitte le GR. On part vers l’Est-Nord-Est en longeant les cabanes ruinées de Monier. Nous voici sur un sympathique monotrace qui navigue dans une belle ambiance sous les mélèzes.

On monte sur une croupe jusqu’à une clairière vers le point coté 1952 où l’on trouve à nouveau un carrefour de sentiers. On va continuer de grimper vers le Sud en délaissant le chemin à gauche qui redescend vers le Pont de la Serre (on pourrait néanmoins tout aussi bien l’emprunter pour retrouver le ravin du Lançonet, mais cela fait descendre pour remonter ensuite).

Quelques centaines de mètres plus loin, emprunter cette fois-ci le sentier à gauche en délaissant le chemin montant vers le Laupon. Nous allons continuer à monter, et passer le long d’une belle corniche sous les barres rocheuses avec une vue spectaculaire sur les sommets en rive gauche de la Lance : Noncière, Dent de Lièvre, Fréma, Caïras entre autres se dévoilent alors. Le sentier nous conduit au fond du vallon où l’on trouve la cabane de la Sagne. On aperçoit bien sur la droite le pylône du sommet du Laupon, et dans le fond la Tête du Lançonet, avec à sa gauche la face Ouest austère de la Tête de Mouriès.

Le sentier devient peu marqué mais il aboutit logiquement sur la crête de la Sagna et il bascule dans le ravin du Lançonet. On passe à travers les éboulis (vous pouvez aussi gagner le fond du vallon pour les contourner) pour passer non loin de la cabane du Lançonet. Des cairns disposés çà et là vous guideront pour gagner la baisse au point coté 2446 entre la Tête de Mouriès et celle du Lançonet. Ici va commencer le parcours en crête où nous allons faire les montagnes russes ! Un sentier existe bien qu’il ne soit pas balisé, mais de toutes manières le cheminement en crête laisse peu de place au doute.

Grimper sur la croupe Sud pour gagner le sommet débonnaire de la Tête du Lançonet, puis redescendre sur cette même crête (on trouve sur celle-ci un impressionnant cairn rectangulaire). La descente est de courte durée puisqu’on s’attaque rapidement à la montée vers le sommet du Petit Coyer.

Après avoir gagné ce sommet, de nouveau on descend la crête (un peu plus accidentée celle-là) pour gagner l’impressionnante zone de roubines de la Baisse du Mouriès (marnes et calcaires délités en bâtonnets). Enjamber les ravines creusées par les averses dans ces roches tendres en restant de niveau (à l’altitude environ de 2400m) jusqu’à recouper avec le sentier passant sous la face Ouest de la montagne du Carton. On contourne la crête Sud jusqu’à rejoindre la Baisse du Détroit.

Une sente peu marquée court dans le versant Est du sommet sans nom à l’altitude 2565. Il permet de rejoindre en restant de niveau la baisse au point coté 2478. En face de nous se dresse la face Ouest du Grand Coyer. Vous remarquerez des taches de peinture orange permettant de mieux progresser dans cette ascension. La pente est assez soutenue les 150 premiers mètres de dénivelé, elle s’adoucit en approchant du sommet. Superbe vue quand on arrive à celui-ci, avec de très nombreux sommets du Mercantour, du 04 et du 06, ainsi que des Alpes du Nord et italiennes.

On va continuer notre parcours par une dernière crête à dévaler, la crête Est du Grand Coyer. Descendre (prudemment) dans cette zone un peu délicate et assez pentue jusque un peu avant la Baisse du Riou d’Anelles.

Descendre au mieux dans ce goulet encombré d’éboulis en tirant vers le Nord. Après une zone de blocs de grès roses, on finit par gagner la bordure du large replat "steppique" des Lignin. On croisera (sans le suivre) le sentier qui fait la jonction entre la Baisse du Détroit et les Lacs de Lignin. On continue de progresser vers le Nord et l’on retrouve le marquage de rectangles jaunes du sentier en rive gauche du ravin (le sentier dit de Mouriès par opposition au sentier de Bressenge qui lui passe par le fond du ravin du même nom).

On dépasse sur notre gauche les sommets du Carton et de la Mole. On franchit le ravin de Mouriès et l’on passe devant la cabane du même nom. Le sentier va franchir les barres rocheuses du ravin de Bressenge. La pente s’accentue et le chemin décrit quelques virages serrés tandis que l’on traverse deux zones de bois de mélèzes. Le sentier se change bientôt en piste forestière alors que l’on suit la rive gauche du torrent.

On dépasse la passerelle du Pont de la Serre et l’on arrive bientôt au parking. Suit la partie la moins sympa (à mon avis) de la rando, on va descendre la piste carrossable sur un peu moins de 2 kilomètres. Au point coté 1602, un panneau "Colmars" signale le sentier que nous allons emprunter. Pas trop entretenu, il descend à flanc de montagne. On recoupe avec une portion de piste. Laisser à droite le chemin menant au Pont de Misson, et en allant sur la gauche, on recoupe avec le GR Tour du Haut Verdon Nord du départ.

Une belle descente et l’on rejoint bientôt le parking du centre de secours.

Dernière modification : 16 mai 2018
Grand Coyer (2693m)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Randonnée réalisée le 1er novembre 2017

Topo publié le 4 novembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 8 novembre 2017 à 12h58

    Ouh là là ! c’est du lourd, là ! : 30km et 2000m D+, tu n’as pas chômé !!! je ne connaissais pas ce passage par la baisse du Riou d’Anelles pour monter au sommet du Grand Coyer, un grand bravo ! Tu as dû en voir de belles choses !

  • par Le 8 novembre 2017 à 13h18

    Merci Cyril, c’était très beau effectivement, juste avant les premières neiges. La traversée des crêtes et les bois de mélèzes sont vraiment très sympa, je te conseille ce parcours, même si cela n’est pas de l’alpinisme :)
    Bonnes virées,
    Marc

  • par Le 8 novembre 2017 à 14h48

    Ouh là ! loin de moi l’idée de ne faire que de l’alpinisme ! D’ailleurs, Je suis beaucoup plus un randonneur qu’un alpiniste et j’adore les forêts de Mélèzes , mais enchaîner petit et grand Coyer en un jour, je n’y avais pas pensé et c’est quand même physiquement osé. Il faut la condition.

  • par Le 8 novembre 2017 à 16h22

    pour la condition physique, je pense que te concernant ça devrait aller :) pour info je fais plus de trail que de randonnée (donc très peu d’alpinisme même si il faut parfois que je mette les mains sur certains parcours) et d’ailleurs j’ai fait cet itinéraire dans ce mode là, en 5 heures environ. 10 heures me paraissent raisonnables pour cette belle boucle en mode randonnée

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !