Tour de l’île d’Houat

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
200m
Durée :
1 jour

Douceur des plages de sable fin mêlant sauvagerie des falaises et roches abruptes... L'île d'Houat c'est un peu ça. Et bien plus encore... – Auteur :

Accès

Embarcadère à Port Maria, sur la presqu’île de Quiberon (45mn de traversée). Traversées possibles toute l’année.

Précisions sur la difficulté

Comme toute île de ce genre, la principale "difficulté" est de s’y rendre ! Traversée par bateau obligatoire... Sinon aucune difficulté pour la randonnée en elle même, bon sentier du début à la fin.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 - 0822 OT "Belle-Île/Île d’Houat et d’Hœdic"
  • Altitude minimale : 3 m
  • Altitude maximale : 27 m
  • Distance : environ 15 km
  • Horaires : comptez entre 3h30 et 4h
  • Balisage : suivre les repères numérotés indiquant les numéros d’urgence.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du débarcadère, à Port St-Gildas, prendre le petit escalier sur la gauche et suivre le sentier menant jusqu’au bourg de l’île. Ne pas hésiter à le visiter (petites maisons de pêcheurs, ruelles, places...). Poursuivre sur le sentier côtier et longer la plage de Tal er Han bordant la Pointe d’en Tal où l’on peut voir une ancienne batterie. On peut également observer le gros amas rocheux de l’îlot Er-Yoc’h qui accueille une forte colonie de puffins des Anglais, très rare en France.

On atteint et longe alors les grandes plages de l’île : Tréac’h er Gourèd tout d’abord, puis Tréac’h Salus après avoir passé les pointes er Beg et Beg Tost (vue sur Belle-île, Hoëdic et l’Île aux Chevaux). Ces dunes et ces plages constituent l’un des plus beaux ensembles de la région par leur morphologie et la qualité exceptionnelle du milieu naturel. On y trouve de nombreuses espèces remarquables comme le lys de mer pour la flore et l’alouette des champs ou le traquet motteux pour la faune.

C’est ici que commence la côte sauvage. Rocheuse, brute, déchiquetée... C’est dans cet enchaînement de falaises et de criques que l’on pourra rencontrer isoëte des sables, ophioglosse du Portugal, grand corbeau, tadorne de Belon...
Au creux d’un vallon, on passe à proximité de l’éclosarium de homard (centre de recherche et musée). Poursuivre le long de la côte offrant différents points de vue très intéressants.

Pousser jusqu’à la pointe faisant face à l’île Séniz puis longer la plage de Tréac’h er Vénigued jusqu’à faire face à l’île Guric. Ces deux îlots sont reliés à Houat par un petit cordon de sable apparaissant à marée basse. Il s’y trouve des colonies de goélands argentés, brun et marin ainsi que l’une des principales colonies de cormorans huppés et d’huîtriers-pie. On atteint alors la pointe de Beg Er Vachif où se trouve une ancienne batterie réhabilitée.

À partir de là, on passe sur la côte nord, moins rude. C’est la dernière ligne droite de la randonnée. La suivre jusqu’à Beg Carpaliée et l’embarcadère. Cette dernière portion offre également une faune et flore remarquable tel qu’ajonc d’Europe, bruyère cendrée, prunellier, troène, fougère aigle, passereaux nicheurs, lézards verts et des murailles...

Détail de la sortie (mars 2015)

Toujours en vacances avec mon mari, dans le Morbihan cette fois, nous avons décidé de découvrir cette Île d’Houat, voisine de la bien nommée Belle-Île que nous connaissions déjà. Départ de bonne heure et embarquement à Port Maria (un peu dur de trouver à se garer). L’excitation de cette nouvelle petite aventure a bien eu le temps de monter durant la traversée...

Arrivés sur l’île, nous avons rapidement attaqué les choses sérieuses ! Passage express par le bourg puis cap sur la Pointe d’en Tal et sa sublime plage convexe... Si le temps (matériel et météorologique) l’avait permis, un bain aurait bien été au rendez-vous ! J’ai d’ailleurs eu les mêmes tentations en longeant les grandes plages qui ont suivi...

Nous avons souvent fait de courtes pauses sur les pointes rocheuses dominant la mer et offrant d’inoubliables points de vue. Nous en avons d’ailleurs choisi l’une d’elles pour notre pique-nique, face à un paysage décidément magnifique...

Le temps s’est un peu gâté sur le dernier tiers de la randonnée mais cela n’en a rendu l’ambiance que plus intéressante... Plus sauvage. Le vent, le "crachin", la mer agité projetant ses vagues contre les rochers... Un "cliché" Breton définitivement séduisant.

Retour au bourg via la côte nord, bien jolie elle aussi... On a cherché à boire un coup avant de reprendre le bateau mais rien d’ouvert pour nous ce jour là ! On se console en revenant sur le continent avec un autre bol d’air bien vivifiant sur la Côte Sauvage de Quiberon après une traversée... Mouvementée ! Les vagues étaient si importantes qu’elles passaient par dessus le bateau. Impressionnant. Une journée que je n’oublierai jamais.

Dernière modification : 24 décembre 2018
La Côte Sauvage - Presqu’Île de Quiberon

A propos

Auteur de ce topo :

Haut-Alpine d'origine et expatriée en Bretagne, je nourris mes deux passions au rythme de mes randonnées, petites aventures d'un jour ou plus... Généralement dans le Finistère ou à proximité et de façon occasionnelle dans mes chères Alpes du Sud lors de retours aux sources.

Crédits : Merci à Mik pour ses belles photos.

Randonnée réalisée le 30 mars 2015

Topo publié le 25 décembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !