Tour de la Pointe de Comborsier (2534m) par les lacs de la Tempête

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1000m
Durée :
1 jour

Un long itinéraire presque totalement hors-sentier dans de beaux alpages au-dessus des forêts... Un parcours sauvage où l'on ne croisera presque personne, et qui offre un beau panorama sur une grande partie du parcours, agrémenté de quelques jolis lacs alpins rafraîchissants... – Auteur :

Accès

Albertville - Route de la Maurienne - Notre-Dame de Briançon - Petit Coeur - Route de Naves - Molençon. Au laçet à droite au dessus du village, bifurquer à gauche sur la petite route en direction de la vallée de Grande Maison. Poursuivre la route, sur la fin non goudronnée, jusqu’à la bifurquation à gauche montant vers Bizard.

La piste montant vers le chalet de Bizard puis celui de la Perrière est assez mauvaise, très caillouteuse. A défaut de 4x4 prévu pour, un bon conducteur réussira à faire monter la Kangoo en slalomant entre les obstacles, certainement pas la Class C. On montera idéalement jusqu’à la Perrière, éventuellement plus bas pour économiser le train roulant, et monter à pied plutôt qu’au pas. Les points de parking et de demi-tour sont assez rares.

Précisions sur la difficulté

L’itinéraire est en grande partie hors-sentier. Sens de l’itinéraire requis pour pouvoir naviguer à vue sur un terrain en général assez facile mais vaste, en évitant les obstacles (barres rocheuses, pentes raides). L’orientation ne pose pas trop de problèmes par bonne visibilité.

Mis à part la longueur de cet itinéraire en dents de scie, les seules difficultés techniques sont éventuellement quelques traversées de chaos de blocs plus ou moins difficiles selon l’itinéraire choisi, et éventuellement quelques névés jusqu’en début d’été.

L’ascension de la Pointe de Comborsier, avec quelques passages de grimpe facile mais parfois un peu aériens et exposés, est optionnelle.

Les infos essentielles

  • Altitude départ : 2020m (ou plus bas, selon le départ choisi).
  • Altitude sommet : 2534m (Pointe de Comborsier), 2506m (Grande Pointe de Bizard).
  • Durée : 7h.
  • Carte : IGN TOP25 3532OT - Massif du Beaufortain.

Période

Praticable en conditions estivales, lorsque l’itinéraire est dépourvu de neige, en général à partir du début d’été. Les névés peuvent être présents jusqu’en fin juillet, mais les plus tardifs ne posent guère de problèmes.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ascension

Du chalet de la Perrière, monter légèrement les bosses herbeuses vers le nord puis partir dans une longue traversée à vue dans les alpages direction nord-est en passant sous les contreforts de la Pointe de Comborsier. On choisira au mieux les replats les plus commodes, parfois entrecoupés de quelques traversées de chaos de blocs stables et pas trop difficiles. Il n’y a pas de parcours idéal, on progressera au gré de la jugeote et de l’inspiration. Quelques gouilles et torrents rafraîchissent le décor.

La traversée est globalement horizontale, proche de l’altitude 2100m, une bonne centaine de mètres au dessus du lac du Plan du Jeu et de la piste qui y mène. Le long de la progression, on traverse une succession de combes obligeant parfois à descendre et à remonter un peu pour contourner des ressauts raides ou des amas rocheux. On fera confiance aux sentes à moutons qui indiquent en général un passage possible. L’herbe cède un peu place à la bruyère, mais la progression n’est jamais difficile.

Au détour de la dernière combe, le Grand Mont se dévoile, sous lequel se trouve le vallon des lacs de la Tempête, vers lequel on se dirige. Longer les trois lacs par la gauche. Au troisième, un petit torrent descend de la gauche. Remonter ce torrent vers le sud-ouest, qui aboutit rapidement au lac des Besaces. Longer le lac vers son extrémité ouest, puis remonter la croupe végétale qui y fait suite. Plus haut, on contournera horizontalement le haut de la croupe par son versant nord pour éviter la caillasse.

On débouche dans le vallon de Comborsier. Remonter ce vallon, tout d’abord sur son flan gauche pour éviter la caillasse, puis traverser cette caillasse pour longer le flan droit sur le haut en direction du col qui le termine. Éventuellement en cas de névés, on pourra monter le flanc droit pour les éviter, puis atteindre le col en traversée.

Ascension de la Pointe de Comborsier

Du col, remonter vers l’est la crête rocheuse proche du fil. Malgré la raideur, la grimpe est discontinue et facile grâce au rocher offrant plein de prises, une légère sente indiquant les points de passage. Après un replat, un deuxième ressaut à grimper sur le fil n’est guère plus difficile, ainsi qu’un troisième encore derrière...

Finalement, le sommet est en vue, encore séparé par un morceau de crête rocheuse très tourmentée. Un amas rocheux défend l’accès au sommet, qui doit être contourné par la gauche par une vire et quelques pas de grimpe exposés un peu délicats. Beaucoup préfèreront éviter ce passage en descendant quelques dizaines de mètres dans les caillasses terreuses assez instables du versant nord, pour ensuite remonter derrière les difficultés en direction du sommet. Bien repérer les points de passage en prévision du retour, qui s’effectue par le même itinéraire.

Descente

Du col, poursuivre vers le sud-ouest le long de la crête évidente en direction de la Grande Pointe de Bizard, éventuellement un peu en contrebas pour plus de facilité. Le sommet s’atteint sans aucune difficulté.

Derrière, poursuivre vers le sud-ouest le long de la crête, descendant avec un court passage un peu raide au début, puis poursuivant très facilement vers la Tournette, le long de l’impressionnant ravin du versant nord-ouest. Belle vue plongeante sur la basse Maurienne.

La descente de la Tournette peut se faire par l’arête sud, sans difficultés mise à part une courte descente sur des dalles rocheuses raides. Sitôt atteint un petit collet herbeux, plonger à gauche sur l’alpage.

Sur l’alpage, descendre tranquillement vers l’est vers deux petits lacs pour se rapprocher des contreforts de la Grande Pointe de Brizard, puis poursuivre sur une large croupe herbeuse contournant quelques ressauts raides par la gauche.

Si on souhaite raccourcir un peu la boucle, la Grande Pointe de Bizard et la Tournette peuvent être évitées en descendant directement dans les alpages en direction de la Perrière.

Pour ceux qui souhaiteraient rallonger un peu le parcours avec l’ascension d’une bosse supplémentaire, la Croix de Sécheron s’atteint facilement par le col des Evettes. Compter une petite heure en plus pour le détour.

Variante au départ de Grande Maison

Pour ceux qui n’auraient ni le courage ni le véhicule adapté à l’ascension de la piste de Bizard montant à la Perrière, une autre option est de poursuivre la piste, un peu moins chaotique, en fond de vallée en direction de Grande Maison, et de se garer au terminus.

De là, l’ascension aux lacs de la Tempête s’effectue par le bon sentier montant au col de la Louze. Inutile de monter jusqu’au col, on peut quitter le sentier dans les alpages sous le col pour rejoindre directement à vue le vallon où se trouvent les lacs.

Au retour, dans la descente des alpages, se rapprocher des contreforts de la Grande Pointe de Bizard puis poursuivre vers l’est en traversée un peu descendante dans de tranquilles vallonnements pour viser le lac du Plan du Jeu. De la cabane, on trouve un bon sentier qui redescend sur Grande Maison.

Compter une grosse heure et environ et 300m de dénivelé en plus pour cette variante.

Détail de la sortie du 18 juillet 2018

C’est encore loin ? Une question qu’on se pose rarement alors que la marche n’a pas encore commencé, mais la vallée de Grande Maison, c’est vraiment le bout du monde... Puis l’infernale montée de la route de Bizard... Hésitations à poursuivre dès le premier lacet, mais un véhicule descendant à priori pas mieux loti que le mien me redonne du courage, d’autant plus qu’avec l’heure tardive, finir la boucle avec 500m de dénivelé supplémentaires risquait d’être difficile... Zigzags pour éviter les plus gros trous et cailloux de la piste, on monte cahin-caha, avec d’autant plus de prudence que la prestation "assistance" de mon assurance ne couvrirait certainement pas ce cas de figure... Malgré les multiples panneaux "25" jalonnant la route, peu de chances de se faire flasher par un radar... Ne monterait-on pas plus vite à pied ?

14h30, bon finalement on y est au chalet de la Perrière, on va enfin pouvoir marcher, aller découvrir ce coin sauvage et aller voir ces beaux lacs de la Tempête, et faire cette belle boucle concoctée quelques jours auparavant pour finalement aboutir à cette haute pointe acérée dominant tout là-haut...

C’est parti sur les alpages... Tout est vert, on s’autorise quelques détours pour aller voir ces ruisseaux et ces petites gouilles égayant le décor... Pour les rhodos en fleur, il aurait fallu être là quelques semaines plus tôt, mais il en reste quelques uns dans les versants ombragés.

On fait la trace... Parcours qu’on construit "à l’ancienne", sans GPS ni carte... On ne voit pas l’itinéraire dans sa globalité, mais peu d’inquiétudes, il ne doit pas y avoir d’obstacles infranchissables, il faut juste négocier au mieux pour éviter les dévers trop raides et minimiser les traversées de chaos rocheux...

Puis voilà que le Grand Mont se dévoile, les lacs de la Tempête sont juste à ses pieds, on s’y dirige... Magnifique lacs d’altitude à l’eau pure et transparente, enchâssés dans leur écrin alpin de rochers et de verdure ponctués de rhododendrons et de fougères... Direction le lac des Besaces, à l’eau turquoise d’une transparence parfaite, magnifique... Malgré l’heure avancée, on ne résiste pas à faire le tour des lacs, assorti d’une belle pause casse-croûte...

17h30. On quitte à regret ce lieu magnifique, direction le vallon de Comborsier, beaucoup plus austère et minéral. L’exercice est ici d’éviter au mieux blocs et caillasses pour atteindre le col tout au fond là-haut...

Voilà enfin le col, au pied de cette fameuse arête de la Pointe de Comborsier, qui va mettre un peu de piquant à la boucle. Malgré l’heure tardive, les cumulus se font de plus en plus présents, occultent maintenant complètement le soleil, et contribuent à l’ambience austère... C’est parti pour la grimpe, les trois premiers ressauts sont faciles et ludiques. Puis voilà le dernier gros obstacle avant le sommet. Une étroite vire, un pas de grimpe exposé... Un peu trop délicat avec la fatigue, pour la prudence on va sagement revenir et contourner par le bas... Et voilà le sommet, juste sous la base d’un gros cumulus qui masque un peu la vue... Grande pause, dans l’espoir que la vue se dégage...

Mais non, malgré le soleil qui décline en soirée, les cumulus ne se dissipent pas comme ils devraient. 20h, on attaque la descente de l’arête. Retour sur les crêtes débonnaires, direction la Grande Pointe de Bizard dans un décor austère rappelant l’ambiance des highlands britanniques sous leurs nuages bas... Le plafond est encore descendu, pas la peine de rester dans le brouillard... On continue en direction de la Tournette en longeant le rebord du raide versant nord-ouest qui, sous les nuages, s’enflamme dans le soleil du soir...

Le projet "coucher de soleil à la Tournette" est bien compromis. Comme lot de consolation, on se contentera d’un baroud d’honneur de quelques minutes du soleil entre deux strates nuageuses avant qu’il ne disparaisse définitivement. Descente tranquille par l’arête sud, retour sur les alpages débonnaires, avec quelques lacs dans l’ambiance austère de la nuit qui tombe... Retour vers 22h. Après cette journée passée sans voir la moindre présence humaine, il ne reste qu’à redescendre vers la civilisation par l’interminable piste de caillasses faisant partager ce que les pieds ont enduré avec pneus, cardans et suspension...

Dernière modification : 23 juillet 2018
Grande Pointe de Bizard (2507m), Pointe de Comborsier (2534m) et la Tournette (2448m) par la Perrière (Vallée de la Grande Maison)

A propos

Auteur de ce topo :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Randonnée réalisée le 18 juillet

Topo publié le 23 juillet

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !