Tour de la vallée de l’Encrême - Parc Naturel Régional du Luberon

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
440m
Durée :
1 jour

Partez à la découverte de ce superbe trésor du Luberon qu'est la vallée de l'Encrême. Ce coin de Provence est un refuge de choix pour les castors... eux qui sont les plus gros mammifères protégés du Parc. En chemin, vous pourrez apprécier le cadre sympathique du petit hameau de Monjustin, le sentier entre chênes et champs agricoles vous amènera jusqu'au magnifique prieuré de Carluc – Auteur :

Accès

D’Apt :

  • Prendre la direction de Céreste par la D900.
  • A Céreste, prendre la direction de Vitrolles en Luberon par la D31
  • Se garer, dés la sortie du village, sur le parking du cimetière.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte 1 : IGN TOP 25 3242 OT Apt
  • Carte 2 : IGN TOP 25 3342 OT Manosque / Forcalquier
  • Tracé IGN : Tour de la vallée de l’Encrême
  • Départ : 395m
  • Point Haut : 620m
  • Distance : 23 Km
  • Horaire : 6h à 6h30

Balisage

  • Parking - Première intersection : Jaune (PR)
  • Première intersection - Monjustin : Blanc / Rouge (GR)
  • Monjustin - Balise l’Adret : Blanc / Rouge (GR)
  • Balise l’adret - Reillane : Jaune (PR)
  • Reillane - Balise Bel air  : Blanc / Rouge (GR)
  • Balise Bel air - Parking : Jaune (PR)

Précautions

Pour des raisons évidentes de risque incendie, l’accès au massif est restreint du 1 juin au 30 septembre par arrêté préfectoral, voire même interdit certains jours.

Pendant cette période, il est inutile de compter s’y rendre un jour de Mistral.

L’information du public sur la prévision du risque incendie est assurée par une borne d’information téléphonique la veille à partir de 17H au 04 28 31 77 11

Difficulté

  • Cette randonnée traverse par deux fois la D4100 (Ex N100)
  • Longue randonnée

Descriptif

Du parking, gagner le sud-est par la D31 sur 300m environ (balisé jaune).

A la première intersection, quitter la D31 pour continuer direction est par le GR4 qui mène à Monjustin.

Continuer sur 1km jusqu’à rejoindre une balise. A cet endroit, prendre à droite et suivre "Monjustin par les crêtes" (balisé blanc/rouge). Le sentier monte à travers une jolie forêts de chênes blancs avant de devenir un sympathique belvédère sur le Grand Luberon.

Arrivé au hameau de Monjustin, et après avoir pleinement profité de ce point de vue exceptionnel sur le bassin de l’Encrême, la montagne de Lure et les Préalpes de Digne, continuer toujours sur le GR direction est sur 2,7km pour rejoindre ce que j’appellerai la balise de l’Adret ( Cf lieu-dit sur carte IGN).

A cette balise, quitter le GR pour prendre à gauche, le sentier balisé jaune qui vous amènera jusqu’à Reillane.

Après avoir rejoint le gite "les Courbons", le sentier devient goudronné et vous amène jusqu’au bord de la D4100 (ex N100).

  • Être prudent au moment de traverser.

Une fois cette difficulté derrière vous, longer la D4100 direction Ouest sur 400m environ (balisé jaune), puis prendre à droite le sentier qui vous amène au château Pinet. Le sentier longe alors des terres agricoles et est parfois encombré par quelques ronces. Bref, un coup d’entretien de ce passage ne serait pas un luxe !)

Une fois devant le chateau Pinet, continuer sur le même sentier (balisé jaune) en direction de Reillane et de sa chapelle.

A 100m en contrebas et au nord de la chapelle, vous allez trouver une balise vous indiquant la direction du prieuré de Carluc. Suivre cette indication (balisée blanc/rouge).

Cette route est bien évidement goudronnée (sur 2,5km environ) et chemine à travers quelques belles villas en pierres sèches (typique du Luberon).

Aprés ces 2,5km vous trouverez une autre balise vous indiquant la direction du prieuré de Carluc, quitter la route pour prendre à gauche le sentier qui descend par le ravin de Carluc (balisé blanc/rouge) jusqu’au prieuré du même nom.

Visiter à votre guise, ce lieux chargés d’histoire.

Prendre à droite pour suivre le GR jusqu’à la balise Bel Air (cote 422).

A cette balise, prendre à gauche (direction sud) jusqu’à rejoindre le bord de la D4100 (ex N100).

  • Être prudent au moment de traverser.

Aprés avoir traversé cette dernière difficulté, il ne vous reste plus qu’à continuer tout droit (balisé jaune) jusqu’à rejoindre la première intersection du départ et son parking tout proche.

Dernière modification : 29 août 2018
Le Mourre Nègre (1125m) par le versant nord - Grand Luberon

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : befakali youtube channel

Topo publié le 30 décembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par heremeLe 30 décembre 2012 à 19h49
    • Anecdote 1.
      Il y une trentaine d’années nous avons visité Carluc (à l’époque plus ou moins embroussaillé et en accès libre) avec notre fils aîné qui devait avoir 2 ans. Lorsque nous sommes passés près des tombes anthropomorphes, il s’est accroché à nous en pleurant. Il a cessé dès lors que nous nous en sommes éloignés. Nous avons renouvelé deux fois l’expérience : résultats identiques. La raison ?
      Une harde de sangliers ayant alors envahi le site, nous nous sommes éloignés prudemment.
    • Anecdote 2.
      Une pierre a été découverte en juin 2011 dans une cave sous un tonneau. On la cherchait depuis des années, suite à un vieux texte paru dans le livre de Guy Barruol (*).
      Le texte latin y gravé, signifiant "Andréas de la ville de Piacenza l’a fait", indique qu’un Italien a participé aux travaux de Carluc vers l’an mille.
      Sur les pierres du prieuré, on peut avoir un S gravé signifiant Stéfanus, maçon de l’école provençale connu pour avoir oeuvré à Montmajour, Arles et St-Paul-Trois-Châteaux.

    (*) Guy Barruol, Le prieuré et la nécropole rupestre de Carluc, in Actes du VIIe congrès de l’association Guillaume Budé, Paris, 1964, p. 431-433.
    Guy Barruol et Jean-Pierre Peyron, Carluc : un prieuré roman, un pays de randonnées au cœur de la Haute-Provence, Mane, Les Alpes de Lumière, n° 68, 1979.

  • par Le 3 janvier 2013 à 09h19

    Salut hereme,

    Merci pour ces petites anecdoctes dont je suis toujours friand. En voici une autre, le jour de notre sortie (avec galice donc...) nous n’avons pas vu de sangliers, mais nous avons eu la chance d’apercevoir deux chevreuils qui été visiblement passé entre les mailles du filet d’une chasse au gros gibiers qui avait lieu non loin de là. Je dois reconnaitre que j’étais doublement ravi, premièrement parce que j’affectionne tout particulièrement ces rencontres imprévues, mais surtout car les chasseurs du coin n’avaient pas réussi à les avoir. En effet c’était la fin de journée, le soleil disparaissait derrière le Grand Luberon, et il y a fort à parier que ces deux chevreuils ont un pu bénéficier d’un court sursis.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !