Tour des Cerces par le Thabor en 4 jours

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
3000m
Durée :
3 jours et plus
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Un magnifique tour assez sportif effectué par très beau temps au début de l'automne, en bivouac et en autonomie complète. Une période particulièrement propice pour la région où les mélèzes de la Clarée commencent à se parer de leur habit doré.

Accès

Départ de la rando au niveau du parking au dessus du refuge de Laval, à la toute fin de la route de la Haute Vallée de la Clarée, après Névache.

Précisions sur la difficulté

Randonnée sportive en boucle (plus ou moins 1000m de D+ les 3 premiers jours), surtout si effectuée en autonomie, car avec le poids des sacs les dénivelés se font sentir, en particulier les 3 premiers jours, le 4ème est plutôt light. En choisissant de dormir et manger dans les refuges la difficulté sera fortement allégée (et le sac aussi !).

Les infos essentielles

L’itinéraire que nous avons suivi suit en partie le GRP Tour du Thabor, mais aussi parfois le GR57 et d’autres sentiers balisés. Il y a des parties de l’itinéraire qui sont un peu plus engagées, car aériennes et/ou sur un sol un peu plus instable mais rien qui ne relève de l’alpinisme...
C’est une randonnée dont l’essentiel du parcours est situé à des altitudes supérieures à 2400 mètres, dont les lieux de bivouac. Elle doit donc être praticable sans équipements spéciaux qu’à partir de juillet, voire même mi-juillet.

Matériel : nous sommes parties à deux (filles) avec tout le nécessaire pour bivouaquer, 4 jours d’autonomie de nourriture et des vêtements adaptés pour la période (froid le soir et températures négatives la nuit).

Itinéraire

Jour 1 : Refuge de Laval - Lac Long

  • Par le col des Béraudes et le col de la Ponsonnière
  • 16km
  • 1000m de D+
  • Bivouac au Lac Long

Nous partons vers 9h du parking au-dessus du refuge de Laval et entamons la montée vers le Col des Béraudes. Nous arrivons assez rapidement au lac du même nom pour une pause photo et atteignons le col vers midi. De là, la vue est déjà magnifique sur les sommets des Écrins en face. Nous avons déjà fait l’essentiel du dénivelé positif de la journée, mais pas l’essentiel de l’étape, qui elle est assez longue.

Nous redescendons, croisons sur le chemin un vautour qui s’envole (extra) et après 2h environ arrivons au Col de la Ponsonnière pour un rapide repas.

On est en retard sur nos prévisions de timing pour arriver au Lac Long avant la nuit, nous pressons donc le pas, passons le Lac des Cerces, le Col des Rochilles, Lac Rond, Lac de la Clarée puis le refuge des Drayères. Passé le refuge, le chemin monte à gauche, assez fort. Nous décidons de ne pas suivre le sentier jusqu’au bout et de ne pas aller jusqu’au Lac Rond mais à la place de couper hors sentier sur la droite, au niveau de ce qui est indiqué comme un ruisseau sur la carte IGN (pente douce), pour arriver directement au Lac Long, à temps pour le coucher du soleil, vers 18h30.

  • Anecdote : dans la nuit un renard est venu nous voler de la nourriture (placée dans l’abside de la tente). Personnellement j’y ai laissé pâtes, couscous et plusieurs sachet de sauces lyophilisées qu’il est venu prendre dans mon sac... Anaïs y a laissé fromage et viande séchée... La prochaine fois, ce sera tout dans la tente ! Heureusement j’avais apporté un peu de nourriture en plus, donc nous avons pu continuer le tour !

Jour 2 : Lac Long - Lac du Peyron

  • Ascension du Thabor en passant par le col de Valmenier
  • 10,5km
  • 800m de D+
  • Bivouac au Lac du Peyron

Départ vers 9h30, montée du Lac Rond, passage devant le Lac des Muandes, montée au Col des Muandes et au Col de Valmenier. Ce sentier est balisé "délicat" sur la carte IGN. Par beau temps c’est largement faisable bien qu’un peu aérien. En revanche après le col, ça redescend un peu et on se retrouve dans un pierrier un peu pénible, bien que bien balisé par des cairns. Attention tout de même aux éboulis en haut. S’en suit l’ascension du Thabor à proprement parlé.

  • Je l’ai personnellement assez mal vécue, à cause de la fatigue de la veille en partie et parce que j’aurais certainement du manger avant et aussi à cause du poids du sac qui se fait sentir.

Après une longue, pénible et raide montée, c’est l’arrivée au niveau de la chapelle du Thabor. En haut le panorama est époustouflant, un 360° sur les Alpes et avec le beau temps la visibilité est très bonne. Quelques photos au sommet et nous entamons la descente, assez raide et accidentée. Après quelques hésitations quant au lieu de bivouac (nous souhaitions finalement éviter le Lac du Peyron pour raccourcir l’étape du lendemain), nous ne trouvons ni lac, ni rivière à proximité et nous décidons tout de même d’aller bivouaquer au Lac du Peyron. Nous arrivons vers 18h.

  • L’endroit est beau bien qu’un peu hostile car plutôt minéral. A noter que l’eau est à peine potable (présence de tous petits organismes dans l’eau). Une aire de bivouac a déjà été aménagée, nous y installons les tentes. La nuit sera particulièrement venteuse et ce jusqu’au petit matin.

Jour 3 :Lac du Peyron - Lac du Serpent

  • Par le col du Vallon et le Lac Blanc
  • 12km
  • 1030 m de D+
  • Bivouac Lac du Serpent

Il y a toujours du vent quand nous remballons le lendemain. Peu confiantes en ce qui concerne le caractère potable de l’eau du lac, nous descendons au niveau du ruisseau situé peu de temps après le lac et je remplis à nouveau mon Camelbak.

Nous marchons un peu puis trouvons un sentier qui longe à droite le ruisseau à travers la plaine de la Tavernette, peu de temps après le lac, celui-ci est indiqué sur la carte IGN mais il n’est pas balisé. Il nous permet d’éviter de faire le détour en direction du refuge du Thabor. Une fois le sentier du GRP du Thabor récupéré, nous entamons une descente jusqu’à atteindre 1 897m d’altitude (altitude la plus basse de toute la boucle) vers midi. La descente est plutôt agréable et se fait dans la forêt, entourées de mélèzes, c’est très beau.

Une fois descendues, il faut remonter, cette fois direction le Col du Vallon. La montée pour atteindre le col est longue et raide et se termine en pierrier pour atteindre le col à 15h. Une fois au col, c’est le passage que je redoutais un peu, assez mal balisé, dans un pierrier. Nous suivons des cairns dans le pierrier à flanc de montagne. En vérifiant sur le téléphone avec l’appli IGN, il semble que nous ne soyons pas vraiment sur le "chemin" mais néanmoins dans la bonne direction. Nous coupons à travers pour tenter une approche plus directe, c’est très raide et il ne faut pas se louper, il faut y mettre les mains.

Au bout d’un peu plus d’une heure, nous atteignons le Lac Blanc et nous rechargeons en eau. Après le Lac Blanc, le chemin est plus évident, bien balisé avec des cairns mais pas plus clément. C’est hyper raide et il faut faire attention de ne pas glisser. Après plus d’une heure de montée pénible, nous atteignons la crête des Gardioles (2 935m), point le plus haut de cette étape. La vue est très belle, on aperçoit même le Mont Blanc au loin.

On se presse un peu pour redescendre, sur le chemin on passe les lacs des Gardioles puis nous arrivons enfin au Lac du Serpent avec sa vue magnifique sur les sommets des écrins qui se reflètent dans le lac.

  • Nous installons les tentes tout au bord du lac. La nuit est calme et nous sommes bercées par le ruisseau juste à côté.

Jour 4 : Lac du Serpent - Refuge de Laval

  • 7,3km
  • 150m de D+

C’est le dernier jour et l’étape la plus courte. En comparaison avec les 3 précédents jours c’est vraiment rien du tout. On descend d’abord au niveau du Lac Laramon.

  • Le lac Laramon est aussi très beau aussi mais ma préférence va quand même au Lac du Serpent pour le bivouac, je trouve la vue sur les Ecrins plus jolie.

Le sentier monte un peu et longe plus ou moins la route en bas. En tout on fait environ 150m de D+ avant d’entamer la descente, face au parking. J’ai trouvé la descente très longue et assez lassante, mais bon il faut bien y passer.

  • Nous arrivons au parking à midi, prenons quelques photos de la Main de Crépin avant de reprendre la voiture et repartir en direction de Briançon.

Conclusion

C’est vraiment un superbe parcours, on a en a pris plein les yeux (et plein les jambes !). En automne il faut néanmoins faire attention aux jours qui raccourcissent pour ne pas arriver après la tombée de la nuit. Les nuits sont froides également, un bon duvet et des vêtements chauds sont nécessaires pour pouvoir faire cet itinéraire en bivouac.

Autre Possibilité

  • Le tour est faisable avec nuit en refuge
  • Jour 1 : refuge des Drayères
  • Jour 2 : Refuge du Thabor
  • Jour 3 : Refuge du Riccou
Dernière modification : 26 mai 2018
Cerces : Lacs et Pics en 3 jours

La carte du topo « Tour des Cerces par le Thabor en 4 jours »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours