Tour des Rochers du Parquet du Pas de l’Aiguille au Pas de la Selle

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
900m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une traversée totalement hors des sentiers battus, où seuls quelques cairns vont vous guider dans l’immensité sauvage des Hauts Plateaux du Vercors. La beauté des paysages traversés, où la solitude vous sera garantie, vous laissera des souvenirs inoubliables. Cette solitude intense que l’on ressent dans ces grands espaces sauvages, vous fera frémir d’inquiétude. Seule une météo favorable et stable contribuera à la réussite de cette aventure.

Accès

EN VOITURE

  • Départ de la randonnée, du hameau La Richardière.
  • A Monestier-de-Clermont en venant de Grenoble, continuer sur la RN 1075 en direction du Col de la Croix Haute. A hauteur de Clelles, prendre à droite la D.7 pour le Col de Menée et Châtillon-en-Diois. Puis peu après, prendre à droite la D 7b jusqu’à Richardière. Continuer jusqu’à un croisement de pistes, à la cote 1057m.

Précisions sur la difficulté

  • Aucune difficulté pour atteindre le Pas de l’Aiguille, même si le sentier bien marqué remonte le long d’une ravine, pour déboucher sur le plateau.
  • La suite de la randonnée, se déroule hors sentiers balisés mis à part la descente du Pas de la Selle et du Col de l’Aupet.

PRECAUTIONS

  • Carte et boussole indispensable, GPS conseillé.
  • Prévoir de l’eau en conséquence, elle est rare sur les hauts plateaux et réservée aux troupeaux..

Les infos essentielles

  • Randonnée effectuée le 27/09/2013.
  • Participant : seul.
  • Carte : IGN TOP 25 3237 OT Glandasse - Col de la Croix-Haute
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 1057m
  • Altitude atteinte : 1900m
  • Horaire : à peu près 7h00
  • Distance : environ 16,7 km
  • Dénivelé : environ 900m
  • Positions GPS : du Pas de l’Aiguille
    • Longitude : 5.512°
    • Latitude : 44.807°
  • Balisage :
    • jaune pour le Pas de l’Aiguille et cairns sur les hauts plateaux,
    • jaune/vert pour la descente du Col de l’Aupet.

Itinéraire

LE PAS DE L’AIGUILLE

Prendre la direction du Pas de l’Aiguille, en suivant la piste jusqu’au parking des Fourchaux.

Suivre vers le sud-ouest, le large chemin balisé de traits de couleur jaune qui remonte en forêt raide dans la pente. Il effectue quelques lacets et sort du sous-bois. Il remonte le ravin dominant la gorge où coule le Ruisseau du Pas de l’Aiguille.

Le sentier sort sur le plateau et continue dans l’alpage. Il passe sous le Monument aux morts puis devant l’ancienne bergerie qui a été récemment aménagée.

Une bonne trace remonte le vallon vers le sud avant d’atteindre le Refuge de Chaumailloux.

LA TRAVERSÉE POUR LA PLAINE DE LA QUEYRIE

Derrière le refuge, partir vers l’ouest sur un bon sentier qui remonte vers un collet. Les grands espaces s’ouvrent à nous.

Repérer sur la droite un cairn imposant, c’est le départ de la sente cairnée reliant le Refuge de Chaumailloux, à la cote 1681m, à l’aplomb du Sommet de Tourte Barreaux en passant par le Pas de l’Ours.

Laisser cette sente pour garder le sentier principal en direction de la Bergerie de Jas Neuf. Il se faufile dans les vallonnements des Hauts-Plateaux puis entame une douce descente sud-ouest.

Derrière la bergerie, suivre au nord les nombreuses traces laissées par le bétail. On tombe rapidement sur une ligne de cairns.

Cette ligne de cairns nous accompagne en nous guidant vers le nord. Peu marquées, mais relativement visibles, on arrive devant les ruines de l’Ancienne Jasse de Jas Neuf.

La ligne de cairns se poursuit momentanément à gauche ouest et reprend alors la direction du nord. Traversant les nombreux lapiaz du secteur, parmi les pins à crochets éparpillés, elle effectue la jonction avec l’embranchement à la cote 1681m, à l’aplomb est du Sommet de Tourte Barreaux.

Poursuivre vers le nord dans la Plaine de Peyre Rouge. On finit ainsi par dominer dans sa cuvette, la Bergerie de Peyre Rouge. Rester sur la droite, se diriger alors vers la butte ornée d’une croix métallique à l’est de la bergerie.

Rejoindre au nord une raide pente d’éboulis. Un sentier dans la pierraille pourvu de cairns nous guide vers un col sur la courbe de niveau 1750m à l’entrée de la Plaine de la Queyrie.

LA TRAVERSÉE POUR LE PAS DE LA SELLE

S’engager alors à droite est nord-est dans un beau vallon herbeux. Suivant ainsi la trace du bétail, on rejoint une cabane sous la Montagne du Lau.

Derrière celle-ci, repérer une belle sente qui file nord-est. Très bien cairnée, elle épouse le terrain, évolue au-dessus de belles dépressions, sous la longue crête des Rochers du Parquet, vue à l’est.

On arrive ainsi sur un col entre 2 cairns, proche de la cote 1895m dominant le Pas de la Selle.

LE COL DE L’AUPET

Descendre vers l’est sur un bon sentier contre la roche. Il s’écarte vers le nord dans un pierrier, revient au sud et arrive à une patte d’oie au lieu-dit Sous la Selle munie d’un panneau à l’altitude de 1650m.

Prendre à droite (est) puis sud pour franchir la Montagne de l’Aupet. On joint son arête, que l’on suit vers l’est pour atteindre le Col de l’Aupet.

RETOUR VERS RICHARDIÈRE

Au Col de l’Aupet, un panneau nous invite à descendre à droite dans la combe. Un bon sentier relativement bien marqué, dévale la rive gauche de la ravine, en plusieurs lacets et pénètre dans une forêt de hêtres.

D’abord en versant ouest, puis en versant est après avoir franchi la combe. Il rejoint une belle clairière au terme d’une longue descente, au lieu-dit Les Serres.

Prendre la piste d’exploitation qui lui fait suite, puis la quitter dans un virage à droite pour prendre un sentier à gauche muni d’un cairn et du balisage jaune/vert.

On arrive alors à la cote 1057m.

Le 27 septembre 2013

C’était la surprise jeudi matin, quand mon supérieur hiérarchique me rappelle que je récupère mon 1er mai demain vendredi 27. Jour que j’avais posé au hasard il y a quelques mois déjà, et duquel je ne me souvenais plus.

Tant mieux, étant de repos samedi et dimanche, cela me fait donc 3 jours. J’en profite pour sortir aujourd’hui, la météo annonce une belle journée et exécrable pour le week-end. J’annule donc ma sortie de dimanche avec Jonathan (wanajo38), avec regret.

Me voilà à la cote 1057m, juste après La Richardière. Je décide de me garer ici, et de continuer sur la piste à pied jusqu’au parking du Bois des Granges. Mon but est de faire le Tour des Rochers du Parquet en montant par le Pas de l’Aiguille, et descendre par le Col de l’Aupet sans passer par les crêtes mais par l’intérieur du plateau.

Juste avant d’arriver sur le plateau, je regarde comme d’habitude, les chamois se posent au-dessus des ravines. Il n’y en a qu’un aujourd’hui, sur une minuscule vire, sous une tour rocheuse. Je le prends en photo, on se regarde un moment puis le laissant à sa sieste, je remonte sur le plateau.

Une visite à la source et au Refuge de Chaumailloux, je me dirige à l’ouest vers le collet donnant accès aux immensités sauvages, des hauts plateaux du Vercors. J’hésite, de suite après le collet, le grand cairn me rappelle le départ de cette sente qui passe près du Pas de l’Ours et qui rejoint la cote 1681m à la bifurcation sous le Sommet de Tourte-Barreaux.

Après tout, j’ai le temps de passer par la Bergerie de Jas Neuf, donc, je laisse cette première sente. Je continue mon bonhomme de chemin, et distingue de loin le troupeau de moutons et le berger. La Bergerie de Jas Neuf n’est plus très loin, j’aperçois sa toiture rouge, alors je décide de couper hors sentier vers le nord-ouest, ainsi je ne dérangerai pas le troupeau.

Belle récompense, filant vers le nord, et sentant le troupeau 150m derrière moi, voilà qu’un patou plus malin que ses congénères canins, me repère et signale ma présence pourtant éloignée. Voilà l’armada canine arrivant en aboyant derrière moi. Les 3 molosses me tournent autour en gueulant, je continue ma route sans gestes brusques, d’un pas tranquille, en disant gentil le toutou, ne rigolez pas. Il redouble de grognements, alors là s’en est trop.

Je commence à hurler, c’est bon les toutous allez faire votre boulot. Le berger au loin sort de derrière une butte et me fait des grands signes avec ses 2 bras. Finalement ils me laissent tranquille pour poursuivre mon aventure.

Je domine la Bergerie de Peyre Rouge, depuis une butte munie d’une croix métallique, à l’est. Voilà ma solitude gâchée par une ribambelle de gosses avec un accompagnateur et leurs profs, ce sont 2 classes de 5ème de sortie dans le Vercors, ils observent les marmottes. J’oublie la recommandation concernant l’accueil canin de la Bergerie de Jas Neuf.

Me voilà à l’entrée de la Plaine de la Queyrie, dominée au nord par sa majesté le Roc Mazilier.
Je m’engage dans le vallon vers la cabane en suivant des traces animalières. Je retrouve après quelques années, la bonne sente très bien cairnée reliant le Pas de la Selle.

12h30, il est temps de la pause casse-croûte. Au détour d’un chemin, je remarque un petit et minuscule vallon avec sa pelouse rase, avec en plus une bonne vue sur le versant ouest du Rocher de Chamoux à l’est, et au sud, j’aperçois la Dent de Die et le Rocher du Plautret.

Je dévale le Pas de la Selle, une randonneuse me suggère de lever la tête. 4/5 vieux bouquetins aux grandes cornes sont là sur la vire au-dessus. Nous faisons un bout de chemin ensemble et nous nous séparons. J’entends peu avant d’atteindre la crête menant au Col de l’Aupet, dans la forêt, un grand bruit. Un cerf déboule et traverse 10m devant moi, pas eu le temps de dégainer mon apn.

Je m’arrête devant un ruisseau descendant du Mont Aiguille, des personnes de bonne volonté ont eu la bonne idée de confectionner une petite retenue d’eau. Ne pouvant pas résister à tremper mes lèvres sèches, par la longue et éreintante journée sur les hauts plateaux.

Voilà une fois de plus, une escapade dans ce secteur du Vercors, que j’affectionne particulièrement.

Solitude, solitude, où es-tu ?

Un berger, 2 classes de 5ème et leurs accompagnateurs, une randonneuse solitaire comme moi aujourd’hui.

Un chamois tranquille dans le Pas de l’Aiguille.
Trois patous grognons près de la Bergerie de Jas Neuf.
Plusieurs marmottes siffleuses.
Quatre ou cinq vieux bouquetins dans la descente du Pas de la Selle.
Un cerf détalant la forêt coupant le sentier vers le Col de l’Aupet, que faut-il de plus pour être heureux ?

Dernière modification : 16 mai 2018
Tête Chevalière (1951m) en traversée du Pas de l’Essaure au Pas de l’Aiguille

La carte du topo « Tour des Rochers du Parquet du Pas de l’Aiguille au Pas de la Selle »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Tour des Rochers du Parquet du Pas de l’Aiguille au Pas de la Selle »

Regard arrière en montant le Pas de l'Aiguille. Bonne sieste. La Plaine de Chaumailloux. La Montagne de Glandasse en direction de la Bergerie du Jas Neuf. Petit zoom arrière sur le Mont Aiguille et les Rochers du Parquet. La Bergerie du Jas Neuf. Les hauts plateaux. Les hauts plateaux. Les hauts plateaux. Regard arrière vers le Sommet de Tourte Barreaux. Désert de pierres. La Bergerie de Peyre Rouge. Regard arrière sur la traversée. La Plaine de la Queyrie. Le vallon à l'est de la Montagne de Lau. Les hauts plateaux. Regard arrière sur le Rocher du Plautret et la Dent de Die. Le versant ouest du Rocher de Chamoux. Regard arrière sur mon itinéraire. En direction du Pas de la Selle, Rochers des Parquet et Rocher de Chamoux. Le Pas de la Selle. Bouquetin de profil. Bouquetin de face. Le Mont Aiguille en descendant le Pas de la Selle. Les Rochers des Parquet, face est. Le Rocher de Chamoux, face nord. Le Grand Veymont et son Aiguillette. Le Rocher de Chamoux, face est.