Tour du Mont-Dore

  • Difficulté Moyenne
  • Dénivelé 2200m
  • Durée 2 jours
Voir le tracé de l'itinéraire

Avertissements et Droits d'auteur

Longue randonnée autour du Mont-Dore, faisant le tour des Monts Dore, elle est très panoramique, et on a la plupart du temps la vue sur une grande partie du long parcours... Paradis des trailers, on gagne certainement à la parcourir en deux voire trois jours pour profiter pleinement des paysages traversés.

Accès

Station du Mont-Dore, au-dessus du bourg

Itinéraire

Topo

  • carte IGN : Top25 2432 ET - Massif du Sancy
  • Départ du Mont-Dore (station)
  • Distance : environ 46 km (26km le jour 1 et 20km le jour 2)
  • Dénivelé : environ 2200m 
  • Bivouac : lac de Servières (d’autres lieux tout à fait appropriés), possibilité d’y laisser une voiture et de se délester de tout le matériel bivouac...
  • Sources d’eau : assez rares sur le parcours, en tenir compte (possibilités de se ravitailler à Pessade, au lac de Guéry, etc.)
  • Difficultés :
    • longueur du parcours, même sur deux journées
    • Pas de l’âne, annoncé "difficile", se franchit aisément mais nécessite de la prudence 
    • traversée ou longée des routes sur de petites portions

Du Mont-Dore, gagner la station (1325m), où l’on prend à l’extrême Ouest du parking le sentier grimpant au fond du Val de Courre, qui nous mène par un itinéraire évident sous le Puy Redon. On rejoint alors le GR30 que l’on emprunte à l’Est vers le Puy de Sancy par le Pas de l’âne, seule petite difficulté technique du parcours. 

Du point culminant de l’Auvergne (1886m), redescendre côté Est au Col de la Cabanne (1785m), puis, par le GR4 au Pan de la Grange. Laisser le GR4E qui plonge vers le Mont-Dore et prendre le GR4 vers le Roc de Cuzeau  en passant par les Puy de Cacadogne (1785m) et des Crebasses (1762m).
Du Roc de Cuzeau (1737m), plonger vers le Col de la Croix Saint Robert (1451m). Les montagnes russes reprennent au-delà du Col, vers le Nord, enchaînant Puy de l’Angle (1738m), Puy de Barbier (1702m), Puy de Monne (1692m) et Puy de la Tache (1629m), avant de descendre vers le Col de la Croix Morand (1401m).

Du Col, longer la route vers le Nord-Ouest sur 500m avant de poursuivre Nord-Est sur le GR4, en passant à l’Ouest du Puy de la Croix Morand puis du Puy de Baladou. On passe alors au Puy de la Védrine (1311m) avant de descendre sur le petit village de Pessade (1172m).

Traverser le village et suivre à sa sortie le GR441 en forêt vers le Lac de Servières (1202m) dont on peut agréablement faire le tour (sans déranger les pécheurs, il vaut mieux). Bivouac ! Sachant qu’un peu en contre-haut, la vue est dégagée sur la chaîne des Puys (c’est joli au lever du Soleil). 

Le lendemain, regagner au pied du lac la bordure de la forêt, où le GR30 prend pied pour nous emmener au Lac de Guéry. Le sentier longe la forêt vers le Sud-Sud-Est, avant de marquer un angle droit pour une raide montée de 300m et un nouvel angle droit au Puy de Combe Perret (1380m) lançant une longue traversée magnifiquement fleurie nous menant à une crête liant le Puy de l’Ouïre et le Puy de l’Arguiller. Laisser l’un et l’autre, mais également le GR pour grimper sur le promontoire bien visible du Puy Corde (1484m), magnifique belvédère sur le Lac de Guéry et le Massif du Sancy. Redescendre vers le Lac de Guéry (1246m), par une petite piste qui rejoint le GR30 au point coté 1347m. 

Du parking du lac de Guéry, passer devant le centre de ski de fond, remonter les pistes tranquillement vers leplateau au-dessus du lac. Chemin faisant, on arrive sous le Puy Loup (1481m) qu’il faut gravir pour la vue à 360° qu’il offre. Pour cela, remonter un talweg et suivre la sente. Suivre ensuite la ligne de crête jusqu’au Col de Saint-Laurent (1450m) et prendre à l’Est le sentier menant au sommet de la Banne d’Ordanche (1512m). 

Faire marche arrière jusqu’au Col de Saint-Laurent, descendre plein sud avant de partir Sud-Est et remonter vers le Tenon (1416m) et rejoindre une fois l’avoir descendu le GR30, que l’on emprunte vers l’Est en direction du Puy Gros (1485m) dont on suit la crête, et on redescend face Est jusqu’à une intersection. Prendre alors au Sud le sentier marqué jaune plongeant bientôt en forêt vers le Mont-Dore en passant par Planoles. Remonter le long de la D996 vers le centre du Mont-Dore puis la station, ou, pour les plus courageux, remonter par Rigolet-Bas vers le Capucin (1468m) puis suivre le GR30 vers le Puy de Cliergue (1691m), et redescendre par le Val de Courre à la Station.

Sortie - le 25 et 26 juillet

La nuit a été venteuse mais nous partons confiants de Clermont-Ferrand, direction Le Mont-Dore. Mais sur la route, le vent souffle, les nuages menacent, la pluie tombe, le vent redouble, tempête ! c’est la cata ! On dépose une voiture au Lac de Servières, il fait très froid. Hésitations... Au Mont-Dore, on ne voit rien... Bon allez, on y va quand même...

Montée par le Val de Courre, censée être jolie. On n’y voit rien, si ce n’est un rouge-queue noir qui s’amuse, et un troupeau de vaches plutôt mécontent de notre arrivée et que l’on contourne. Je crois deviner la Tour Carrée, m’enfin rien n’est sûr. En tout cas, la montée est rapide malgré le vent violent de 3/4 face qui nous déporte à chaque pas.

Direction le Pas de l’âne, en croisant un lis martagon tiens... oh ! une vue furtive la vue sur le cirque de la fontaine salée. Et quelques marches pour le sommet de l’Auvergne au Sancy. Au Sancy, tout le reste est gris. On ne s’attarde pas trop, c’est qu’il fait bien froid... et on a une enfilade de puy à parcourir.

Puy de Cacadogne... le temps commence à s’améliorer un peu, mais le vent est terrible. Des hordes de trailers nous doublent nous croisent. C’est leur paradis ici. Puy des Crebasses... et la belle vue plongeante sur la Dent de la Rancune et la Crête du Coq, et au-delà la Vallée de Chaudefour. Souvent des chamois se baladent par ici. Justement ! en voici un ! deux ! quatre ! six !

Et le Roc de Cuzeau... en passant, des pentes déchiquetées au-dessus du Mont-Dore... Et en face, on aperçoit, un peu mieux que le matin, le Val de Courre théâtre de notre montée. Les herbes jaunies par l’été sont orangées par la pluie, les couleurs sont étonnantes. Le vent ne frappe pas trop le plateau de Durbise en descendant du Roc de Cuzeau, et nous remontons au-delà du Col de la Croix Saint-Robert pour manger à l’abri d’un gros rocher... 

Un troupeau de moutons bêle et mange aussi. Des promeneurs passent parmi eux. Un mouton panique et court à la descente. Et tout le troupeau le suit, dans une charge très comique. Tous ? un seul irréductible agneau reste là-haut dans la montagne... Blessé ? la bergère va le voir et non, il n’était pas blessé. Sans doute le rebelle de la bande.

Encore des puys ! Celui de l’Angle ! puis le Puy de Barbier... puis le Puy de Monne... puis le Puy de la Tache... puis... le col de la Croix Morand. Petite pause au soleil, enfin !

Mais on repart bientôt... on côtoie le Puy de Baladou et on doit descendre vers Pessade pour gagner le Lac de Servières ensuite. On coupe ! Quasiment plein nord après Puy de Baladou, à travers les myrtilles, la forêt, les prairies, droit au lac ! Et il est atteint vers 17h.

Petite pause, on va chercher à la voiture tentes, duvets et repas du soir. Bivouac royal. Ou bivouac triché, car il est vrai que ça contrevient à l’article 31bis de la Convention d’Oulan Bator du Bivouac international...article qui exige de porter tentes et duvets tout le long... enfin tant pis. Petite belote et coucher de soleil... un peu décevant, censuré partiellement par des nuages trop présents...

Le réveil à 5h45 est en revanche plus réjouissant. Belle lumière matinale, et magnifique lever de Soleil à droite de la chaîne des Puys, au-delà des Monts de la Madeleine. Et voilà le travail.

Retour à la voiture où on dépose tout, et en route pour le jour 2. Montée en bordure de forêt au-dessus du lac de Servières, par le GR30 qui nous ramène au Lac de Guéry. Après une raide mais courte pente, le sentier se lance dans une longue traversée magnifiquement fleurie où les épilobes le disputent aux laiterons... et plus bas beaucoup plus basses les pensées de toutes les couleurs... 

On atteint la crête, non loin du Puy de l’Ouïre, que l’on laisse. Pour plutôt se diriger vers le Puy Corde où une marmotte se signale en nous signalant. Je monte au Puy Corde où je la surprends, mais elle m’a vu venir et file se terrer... Belle vue sur le lac de Guéry, et sur le Massif du Sancy...

Descente vers Guéry, fatale à mon genou... et remontée tranquille par les pistes de ski de fond vers le Puy Loup. En route, un magnifique papillon machaon sur lequel je marche quasiment... Pas l’air bien en forme le pauvre... Du Puy Loup, vue toujours aussi magnifique et panoramique sur toute la rando. Que de chemin parcouru !!!

Reste la Banne d’Ordanche... escamotée !... à l’unanimité... pour aller directement à l’est du Puy Gros, trouver le chemin nous ramenant au Mont-Dore. Belle descente raide en forêt, avant de rejoindre la route pour la partie un peu pénible de la rando jusqu’au centre du Mont-Dore.

Allez ! truffade !

Dernière modification : 31 juillet 2015

Topo publié le 31 juillet 2015