Traversée Occidentale des Grandes Aiguilles de l’Argentière (2915m)

Difficulté :
Alpinisme AD
Dénivelé :
1150m
Durée :
1 jour

Une des 3 plus belles traversées d'arêtes du Massif de Belledonne ! Ambiance sans égal et sensations fortes garanties ! Pour ne pas confondre avec les deux autres traversées des Aiguilles de l'Argentière, sachez qu'il s'agit de la partie ouest des Grandes Aiguilles ! – Auteur :

Accès

De la Maurienne ou de Bourg-d’Oisans, rejoindre le sommet du col du Glandon (1924m).

Précisions sur la difficulté

  • Cotation : AD (longueur clé en 4c montagne pour l’Aiguille Repiton-Préneuf)
  • Engagement : II (course peu isolée en altitude moyenne mais assez technique et longue)
  • Approche barbante dans des blocs
  • Couloir d’accès au Col Cadiat ou à l’Aiguille de Marcieu assez exposé aux chutes de pierres et délité !
  • Aucune échappatoire possible, être sûr de la météo, de sa condition physique et de son niveau technique !

Les infos essentielles

  • Carte IGN : IGN 3335 ET Le Bourg d’Oisans , L’Alpe d’Huez.
  • Altitude minimum : 1924m - Col du Glandon
  • Altitude maximum : 2915m - Aiguille Michel
  • Période : en été
  • Matériel : Corde 2x50m pour les rappels, friends et coinceurs (jusqu’au 2), sangles, casque, descendeur et maillon rapide (au cas où...).
  • Équipement : Tous les relais sont équipés ainsi qu’une cordelette et deux friends coincés dans l’Aiguille Repiton-Préneuf !

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Préface

Les Aiguilles de l’Argentière sont un chaînon remarquable formé par une quinzaine d’aiguilles, divisées en deux : les Petites Aiguilles à droite du Col de la Combe et les Grandes Aiguilles à gauche de ce même col.
Des courses d’arêtes parmi les plus belles du massif s’y trouvent dont cette Traversée Occidentale des Grandes Aiguilles...

L’Approche

Du Col du Glandon (1924m) prendre la direction de la direction du Col de la Croix et la combe homonyme.

Au bout de 5 minutes on prend le sentier à main gauche qui contourne le sommet du Carrelet (2151m) par la gauche.

Suivre ce sentier très confortable avec déjà un beau panorama sur le Massif des Grandes Rousses...

Après avoir contourné le Carrelet on s’élève vers le Chalet de la Combe, qui est en fait une bergerie.

On continue jusqu’au Lac de la Combe puis à partir de là le sentier disparaît.

Il faut viser droit vers la Casse de l’Argentière, la grande zone de blocs au-dessus !

Le mieux est de suivre les croupes herbeuses au maximum puis on atteint un éperon juste à main gauche de la combe de blocs.

Une fois l’éperon rejoint, il faut le suivre le plus longtemps possible de manière à passer en dessous de l’Arête du Pin.

De là on rentre un instant dans la Casse de l’Argentière avant de viser le couloir le plus proche de l’Arête du Pin.

Il faut alors remonter entièrement ce couloir assez délité et demandant de l’attention !

Rejoindre alors l’arête au niveau de la Brèche de Marcieu (2840m environ)

PS : Il est possible de contourner l’Aiguille de Marcieu (par exemple si le créneau horaire n’est pas tenu comme nous l’avons fait...) par la droite et un couloir de rochers brisés et instables (II max.) permettant de rejoindre le Col Cadiat, à droite de l’Aiguille de Marcieu.)

Ascension de l’Aiguille de Marcieu (2906m)

De la Brèche de Marcieu on contourne le ressaut raide de l’arête SW par le versant nord et une facette raide (III-)

Il ne reste alors plus qu’à remonter les éboulis sommitaux de l’Aiguille de Marcieu (2906m) pour rejoindre son sommet !

La suite des arêtes vers l’Aiguille Michel (2913m) se dévoile alors.

On descendra prudemment par le fil puis on contourne un gendarme par le sud avant de revenir sur le fil et trouver un relais équipé pour le rappel !

Faire ce rappel de 8 mètres pour rejoindre le Col Cadiat.

Aiguille Michel (2915m)

Forcer le raide ressaut défendant l’accès au sommet par une large et raide rampe oblique de gauche à droite (III).

Puis on prend pied dans une facette raide de roches herbeuses et de rochers brisés.

Remonter alors cette facette fort agréable jusqu’à atteindre l’arête juste à gauche de l’Aiguille Michel (2915m) (II/II+).

Nota : Contrairement à ce qui dit IGN le sommet de l’Aiguille Michel est à 2915m (source C2C), ce qui en fait donc le point culminant des Aiguilles de l’Argentière !

De ce culmen on aperçoit toutes les arêtes des Grandes Aiguilles Occidentales ainsi que les Orientales ! Et on s’imagine comment les rallier...

Commencer la descente par le fil accidenté (II) et commencer la désescalade raide du versant SE avant de trouver un relais de rappel sur la gauche au-dessus d’une dalle verticale...

Entreprendre ce rappel légèrement oblique de 7 mètres et reprendre pied sur le fil de l’arête.

On désescalade une pente de roches herbeuses en versant nord puis on reprend pied sur le fil avant de traverser une partie très effilée de blocs enchevêtrés (III-).

Atteindre la Brèche Michel juste derrière !

Aiguille Baroz (2907m)

L’ascension de cette aiguille commence par une courte descente en versant sud puis il faut gravir une rampe-cheminée sur quelques mètres (III-) avant de se retrouver à l’aplomb d’un court ressaut vertical.

Descendre alors cinq mètres en versant sud avant de forcer ce ressaut au niveau d’une fissure (III).

Au-dessus on découvre le chaotique et piégeux versant sud final de l’Aiguille Baroz !

Monter au mieux en ne cherchant pas à aller sur le fil de l’arête assez délité et effilé...

Quelques passages en II/III donnent accès au sommet de l’Aiguille Baroz (2907m).

Le 3ème aiguille est gravie ! Encore deux !

Pour la descente il faut suivre le fil au début (II+) puis au niveau d’une brèche prendre un couloir en versant SE (II+).

Attention à ne pas trop descendre : au bout d’une vingtaine de mètres dans ce couloir au lieu de continuer (c’est tentant mais bon...) traverser une corniche étroite à main gauche puis désescalader une facette raide (III-) donnant accès à la Brèche Baroz.

Aiguille Repiton-Préneuf

C’est dans l’ascension de cette aiguille qui justifie la cotation AD, avec quelques passages en III/III+ et la longueur clé comportant un passage en IV/IV+ !

Gravir les deux petites pointes par leur fil respectif (III, aérien).

On découvre la longueur clé derrière la deuxième pointe... On rejoint également la brèche au pied de cette longueur par le fil effilé (II).

Négocier un mur de rochers grisâtres (II/II+) avant de rejoindre la fissure oblique, ornée d’une cordelette et d’un friend coincé...

Grimper cette magnifique fissure (IV/IV+) avant de rejoindre une étroite vire en versant S.

Découvrir derrière la vire un dernier muret de 3 mètres (III+/IV-) lui-même orné d’un autre friend coincé.

On arrive directement au sommet au-dessus de ce passage !

Du sommet on ne peut pas louper le relais très solide (au moins 5 sangles bien solides)...

L’ambiance monte d’un cran ici avec du gaz de tous les côtés et le sommet exigu !

De là-haut on entame alors le rappel mémorable et impressionnant de la dalle du versant nord !

25 mètres de rappel pour rejoindre la face nord délitée (de niveau par rapport à la Brèche Repiton-Préneuf).

Après ce rappel on traverse prudemment (endroit particulièrement délité !) avant d’atteindre la Brèche Reption-Préneuf.

De ce point il ne reste plus qu’à prendre la grande rampe oblique à droite du fil (III) pour rejoindre l’arête sommitale que l’on remonte assez facilement (II/II+).

C’est le dernier sommet de la traversée ! Le panorama sur les arêtes et les autres aiguilles est sublime ! On aperçoit une bonne partie du Massif de Belledonne, les Grandes Rousses, Écrins, Arves, etc...

La descente

Prendre le fil un instant puis descendre une pente de roches herbeuses raides en versant nord sur une cinquantaine de mètres avant de revenir sur le fil et de le suivre un court instant.

Traverser ensuite une vire de droite à gauche pour attraper le relais du prochain rappel obligatoire (30m).

Après avoir fait le rappel on traverse aisément vers le Col Dulong de Rosnay (2813m) où la traversée d’arêtes s’achève !

Du col, deux solutions :

  • le Versant N et le Glacier de l’Argentière : Descendre le glacier peu incliné (25°) puis entamer une longue descente vers la Combe de la Croix (gros blocs assez pénibles).
  • le Versant S : Descendre le fond du couloir très étroit et profond. Deux rappels sont nécessaires (25m et 15m) avant de pouvoir descendre un ressaut par la droite (II+) et les pierriers du bas. On rejoint la Casse de l’Argentière et l’itinéraire de montée !
Dernière modification : 28 septembre 2018
Aiguille d’Olle (2885m) par le col du Glandon

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Altitude Sans Frontière

Jeune passionné de 18 ans, à 1000% de sports montagne & nature ! J'ai découvert la montagne à 14 ans, avec mon père. "La Montagne ça vous gagne" se confirme pour mon cas puisque je suis de plus en plus mordu… Arpentant tous les terrains en toutes saisons, on ne peut plus s'en passer. Une belle addiction ! Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Randonnée réalisée le 2 septembre

Topo publié le 28 septembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 29 septembre à 09h02

    Superbe !!
    Je comprends mieux l’approche barbante dans les blocs dont tu me parlais !!!

  • par Le 1er octobre à 10h32

    Ouais la "Casse" porte bien son nom ^^ mieux vaut le faire en juillet !

  • par Le 3 octobre à 06h12

    Hello
    Belle traversée. En effet une approche fin juin début juillet permet d’éviter cette sacrée casse, et permet aussi une descente aisée sur le glacier de l’Argentière.

    Une option sympa que j’avais faite il y a bien longtemps avant que cette traversée ne soit à la mode, c’est de monter par la combe madame et atteindre l’aig. Marcieu par un système de vires assez simple en 3b en gros (on avait dormi au refuge) depuis le col de combe madame, retour par la brèche de l’argentière. Grosse bambée !

    Voilà c’est juste une idée pour compléter cette superbe traversée !
    A+
    Patrick

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !