Traversée des Petites Charances par le sentier de la Baronne

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour

De la plaine de Tréminis, la grande muraille dévoluarde se présente comme une citadelle imprenable tant ses contreforts ruiniformes sont abrupts. Il est difficile d'imaginer que l'on puisse traverser de part en part cette raide bande herbeuse que sont les Petites Charances, ces grandes pentes vertigineuses striées de couloirs ravinés dominant les immenses falaises de ce versant... Et encore moins qu'un sentier y fut taillé à la fin du XIXème siècle par une mystérieuse baronne... – Auteur :

Accès

De Grenoble, suivre Mens puis Tréminis.

De Gap, suivre Veynes, le col de la Croix Haute, Lalley puis Tréminis.

À Château Méa, continuer tout droit vers le Serre. Se garer au hameau.

Précisions sur la difficulté

Traversée d’un des plus grands et accidentés versants des Alpes.

  • Itinéraire alpin de grande ampleur et non balisé pour montagnards aguerris.
  • Exposition forte et constante sur des pentes très raides, voire vertigineuses.
    • Piolet fortement recommandé.
  • À ne pratiquer qu’en condition estivale sur terrain sec et par bonne météo.
  • Les résidus de névés, le brouillard et le vent sont à proscrire.

Les infos essentielles

Carte IGN : TOP 25 3337 OT Dévoluy - Obiou - Pic de Bure

Altitudes :

  • Départ : 980m
  • Début du sentier de la Baronne : 2000m env.
  • Point haut du sentier de la Baronne : 2400m env.
  • Col du Portail : 2476m

Dénivelé total : 1500m
Temps total : 8h

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

L’improbable sentier de la Baronne

Jadis, il y a plus d’un siècle où Tréminis comptait dix fois plus d’habitants qu’aujourd’hui, et à une époque où l’économie se basait essentiellement sur l’agriculture et le pastoralisme, des grands propriétaires possédaient encore les alpages d’altitudes dont ils tiraient le maximum de bénéfice.

La mystérieuse baronne de Tréminis qui possédait alors ces Petites Charances n’aurait pas hésité à faire tailler ce sentier hors-norme traversant des pentes vertigineuses qui n’intimidaient ni les moutons, ni les bergers...

  • Source : Trièves - Dévoluy de Pascal Sombardier.

Approche

Prendre la petite route à la sortie du Serre en direction de la Fétoure. A la première intersection, prendre la piste à gauche. Puis à droite à la suivante (cote 1098m). Faire de même aux prochaines intersections en suivant le balisage caractérisé par un avion jaune.

On finit par déboucher au pied de la Grande Casse jonchée de débris d’avions avec un écriteau à la mémoire du pilote tué dans l’accident d’avion. Partir sur la gauche plein nord-est par une bonne trace dans le pierrier puis par un sentier traversant la croupe boisée de Poët de Platin. Le sentier finit par remonter plein est et atteint les ruines d’une cabane où il ne reste que les fondations.

Le sentier part à droite plein sud et rentre à nouveau dans les bois. Il débouche à une intersection, ne pas continuer tout droit mais suivre le lacet à gauche s’orientant plein nord-est. On se retrouve alors sur le sentier du balcon inférieur.

Sortir des bois et continuer encore sur deux cents mètres. Avant de traverser le pierrier, quitter le sentier du balcon inférieur et récupérer un petit sentier qui part sur la droite plein sud. Ce dernier remonte en lacets les raides pentes herbeuses de la Seia.

Après le dernier lacet, le sentier, quelques fois intermittent, part en traversée plein nord-est en direction des barres rocheuses, c’est ici que commence le sentier de la Baronne...

Traversée des Petites Charances par le sentier de la Baronne

Le sentier s’insinue sous les premières barres rocheuses puis sort sur les grandes pentes herbeuses. C’est la première partie des Petites Charances. Les pentes traversées sont fortes mais sont encore peu impressionnantes. Après une traversée en légère ascendance, on débouche au bord des falaises.

La vision est à couper le souffle... Les pentes d’une raideur des plus intimidantes déversent sur un précipice vertigineux... Est-ce vraiment par ici que se faufile l’audacieux sentier de la Baronne...?

Le sentier effectue deux lacets avant de reprendre la traversée et d’attaquer la deuxième partie des Petites Charances. On sinue alors sous les grandes parois du Rougnou sur la portion la plus vertigineuse du sentier de la Baronne. Les sections franchissant les ravines se déroulent le plus souvent sur des fines strates calcaires.

Une attention de tous les instants est primordiale... De cette trace ténue, on tutoie les abysses au plus près... En solo, c’est haletant au possible... L’isolement est extrême... L’engagement total...

Plus loin, au niveau du Nid, les pentes se désaccentuent. On finit par déboucher au pied d’un raide couloir étriqué entre deux murailles ruiniformes, il mène au col du Portail...

Je n’en crois pas mes yeux, c’est ici que se dissimule l’un des passages les plus confidentiels du massif... C’est le fameux col du Portail... Une échancrure dans l’immense muraille dévoluarde, tel un créneau dans un rempart de forteresse...

Continuer sur le sentier et repérer un cairn sur une avancée rocheuse. Cette dernière se présente comme un magnifique belvédère sur les Petites Charances.

Une vue sans pareille sur l’incroyable cheminement accompli...

Descendre un ressaut par de raides gradins, rejoindre la trace dans la pierraille et franchir une échancrure caractérisée par une aiguille percée. Celle-ci marque la fin de la traversée des Petites Charances.

Retour par l’alpage de Courtet

Suivre dans le pierrier et gagner la croupe herbeuse dominant l’alpage de Courtet. Descendre cette croupe jusqu’à reprendre un sentier qui part plein nord-est puis nord en direction de l’arête de Fluchaire. Il effectue deux lacets et rejoint le sentier balisé du Tour de l’Obiou. Suivre à gauche et atteindre l’alpage de Courtet.

On peut suivre le sentier balisé ou tout simplement suivre au bord de la crête dont les points de vues sur les Ruines et les Petites Charances sont spectaculaires. Dans ce dernier cas, on rejoint plus bas dans les bois, le sentier balisé de retour.

Il descend dans les bois en lacets et passe à proximité de la baraque forestière de sous Courtet, traverse le torrent de Pravert, se transforme en piste au niveau de la baraque forestière de Pravert et entame un long retour en forêt.

Passer le parking de Boutari, et rejoindre le pont de l’Ebron que l’on traverse en direction du Serre.

Dernière modification : 1er novembre 2018
Grand Ferrand (2758m) par la voie normale

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 12 novembre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 13 novembre 2016 à 11h18

    Quelle ambiance !!!
    "Une attention de tous les instants est primordiale... De cette trace ténue, on tutoie les abysses au plus près... En solo, c’est haletant au possible... L’isolement est extrême... L’engagement total..." : en contemplant tes somptueuses photos, on ne peut que te croire sur parole.

  • par Le 14 novembre 2016 à 01h03

    Merci pour ton retour Denis.

    Cette traversée est exceptionnelle, bien au dessus de ce que je pouvais imaginer !
    Des éventuels itinéraires que j’avais en tête à partir du sentier de la Baronne se sont confirmés lors de cette première traversée... Ce qui va paraître sur AR l’année prochaine est fort probablement inédit... du moins sur la toile !

  • par Le 14 novembre 2016 à 06h45

    je l’avais fais quasiment à l’identique il y a deux ans.
    Bravo !

  • par Le 14 novembre 2016 à 13h52

    Quel moral il faut pour affronter ces pentes plus que déversantes !!!
    On ne doit pas croiser du monde (en plus ça doit pas croiser partout) même un 14 juillet !
    Bravo et merci pour le super reportage photo.

  • par FoxyLe 16 novembre 2016 à 12h07

    Magnifique rando très aérienne !...ça donne envie...mise au programme ;o)

  • par Le 17 novembre 2016 à 08h59

    Merci pour le compte rendu, une balade superbe effectivement !

  • par Le 7 avril 2017 à 13h31

    Ca envoie ! Ca me fait penser à ce que je pense être "la Montagne de Faraud" quand je traverse le champsaur dans le sens Gap —> Corps, des falaise vertigineuse taillée en dents de scie ...

  • par Le 7 avril 2017 à 14h42

    Oui, c’est du sérieux le sentier de la Baronne !

    Du côté de Faraut, il y a le Ruban Long (ou la Grande Vire du Pierroux) bien plus impressionnant, Michel en a fait le topo : https://www.altituderando.com/Grande-Vire-du-Pierroux-et-Pas-de

    Sinon, la traversée des plus hauts sommets de Faraut au sud de la brèche éponyme se fait bien : https://www.altituderando.com/Montagne-de-Faraut-Roc-Roux-2566m

    Et dans ce qui prolonge cette montagne, au sud du col du Noyer, on peut réaliser une belle traversée de la Tête de la Madeleine au Rocher de la Palette en passant par toute la crête de Porel : https://www.altituderando.com/Tete-de-la-Madeleine-2366m-et-Bec

    Ces quelques coins sont très sauvages, solitude garantie ! Je me rappelle d’ailleurs avoir débusqué deux chamois, une fois arrivé à la brèche de la Chabournasse, ils ont détalé deux mètres devant moi... Tout comme deux loups, il y a quelques jours, quelque part en Dévoluy...

  • par Le 2 septembre 2017 à 10h53

    Bravo pour ces belles photos, reportage complet et topo très clair. Nous venons d’effectuer à quatre ce parcours extraordinaire le mercredi 23 aout. Mais les couleurs d’automne ajoutent encore un plus !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !