Traversée du Mont Rose

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
3500m
Durée :
3 jours et plus

"Une voie céleste cheminant sur une ligne plus aérienne que terrestre", voilà ce que promettait un célèbre tour opérateur... Cette traversée, que nous réaliserons à partir du refuge Quintino Sella aura tenu toutes ses promesses ! Vous êtes ici au milieu d'un paysage remarquable, où les glaciers, les "4000" et les confortables refuges Italiens seront votre quotidien le temps de cette traversée de 4 jours. Vous dormirez ainsi dans le plus haut refuge d'Europe et réaliserez pas moins de 8 sommets à plus de 4000 mètres ! – Auteur :

Accès

Depuis Chamonix, empruntez le Tunnel du Mont-Blanc puis l’autoroute A5 jusqu’à Pont-Saint-Martin. Après une rapide traversée bien indiquée de la ville, vous rejoignez la route SR44 qui remonte toute la longue vallée de Gressoney. À partir de là, c’est toujours tout droit jusqu’à la fin de la route ! De sympathiques villages jalonnent cette route, mais attention ne comptez pas dessus pour vous ravitailler ! Compter environ 2 heures de trajet depuis Chamonix.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Jour 1 : Montée au refuge Quintino Sella

  • D+ 900 (Environ 3h30)

Depuis le parking de Staffal, empruntez les remontées mécaniques qui se trouvent sur votre gauche quand vous arrivez, et qui vous mèneront au Colle Betta à 2727m d’altitude (attention, elles ferment de 12h45 à 14h15, compter 15€ en été 2014). Après environ 30 minutes avec les remontées mécaniques, à l’arrivée de celles-ci dirigez-vous à droite et suivez le sentier numéro 9, marqué dans des ronds jaunes.

La première partie est très facile, la neige est ensuite présente généralement jusqu’à fin juillet d’après le site du refuge, mais la trace est bien visible.

La dernière partie de la montée se déroule sur un crête équipée de mains courantes et parfois des marches, elle ne présente ainsi aucune difficulté. Après environ 30 minutes sur celles-ci, vous débouchez directement sur le refuge situé à 3585m.

Ce refuge CAI accepte les nuitées sans demi-pension, il est possible de réserver par Internet. Impossible de téléphoner là-bas, le réseau ne passe pas.

Jour 2 : Du refuge Quintino Sella au refuge Citta di Mantova

  • D+ 1000 D- 1000 (Environ 7h00)

Départ généralement vers les 5h30, la trace en direction du Naso est au début commune avec celle en direction du Castor (bien plus marquée). Suivre l’arc de cercle que forment les contreforts du Lyskamm.

Arrivé au pied du Naso, l’itinéraire n’est pas forcément évident. Remonter tout d’abord la zone en rocher, puis continuer droit dans la pente jusqu’à arriver à une antécime. On rejoint ensuite le sommet par une courte et belle arête en neige. La vue est magnifique sur le plateau, avec tous les sommets que nous gravirons le lendemain. Les pentes de descente, exposées au soleil dès les premières heures, se transforment vite. Attention, même si l’ascension ne semble poser aucun problème en conditions, nous avons rencontré de la glace à partir de la zone en rocher et sur une bonne longueur, nous obligeant à poser des broches.

Une fois le plateau rejoint, continuer tout droit en passant largement à gauche de la zone de séracs. Vous rejoignez ainsi la trace qui monte à Margherita. De là, descendre jusqu’au refuge Gnifetti puis Citta di Mantova. Cette descente est assez inconfortable, attention à un court passage bien crevassé en-dessous de la Pyramide Vincent.

Le refuge Citta di Mantova situé à 3500m est magnifique et très confortable. La demi-pension est à 57€ (en 2014) pour tout le monde, le refuge n’étant pas géré par le CAI (attention, il ne prend pas les CB). Concernant le réseau, c’était uniquement dans un coin de la terrasse ;)

Jour 3 : Du refuge Citta di Mantova au refuge Margherita

  • D+ 1450 D- 350 (Environ 9h00)

Au départ du refuge, aux alentours de 5h30 généralement, vous ne serez pas seuls ! En effet, deux refuges étant presque côte à côte, énormément de personnes remontent directement jusqu’au refuge Margherita. Ainsi, dès que vous quittez la trace principale pour rejoindre la Pyramide Vincent, il y aura nettement moins de monde. Pour cela remontez en direction de Margherita jusqu’à un replat (relatif), de là rejoignez le col entre le Balmenhorn (4167m) et la Pyramide Vincent (4215m). Réalisez cette dernière en aller-retour puis repassez au col pour vous rendre au Balmenhorn, sommet que j’ai particulièrement apprécié. Pour arriver à ce dernier, vous rencontrerez un bref passage rocheux équipé d’une échelle et d’une main courante. Ici le balcon du bivouac Giordano se prête bien à une pause !

Continuez ensuite dans la traversée pour rejoindre le Corno Nero (4322), qui permet de varier les plaisirs avec une courte pente assez raide mais sans difficultés et une descente en rappel. Attention, cette pente en glace serait d’une toute autre difficulté. Continuez ensuite avec le Ludwighöhe (4341m), une arête en neige en aller-retour qui permet d’avoir une vue centrale sur tout ce que nous venons de faire... et ce qu’il nous reste à parcourir pour rejoindre le refuge !

Après une courte descente, réaliser la traversée de la superbe arête de la Parrotspitze (4432m), où nous avions vraiment l’impression d’être dans les nuages ce jour-là ! La montée ensuite à Margherita nous avait été décrite comme interminable, ce fut le cas pour ma part... mais comment décrire la sensation lorsque vous arrivez face à ce bâtiment, suspendu au-dessus du vide et des nuages... Bienvenue dans le plus haut refuge d’Europe !

Bien que le refuge appartienne au CAI, il nous a été impossible de prendre la nuitée seule et nous avons opté pour le "B&B". Concernant la demi-pension, celle-ci est à 87€ (72€ pour les membres des Clubs Alpins). Attention : pas d’eau ni de réseau ! Mais... du wifi !

Jour 4 : Du refuge Margherita à Staffal

  • D+ 100 D- 1400 (Environ 3h30)

Le refuge étant situé sur un sommet, vous assisterez à toutes les étapes du lever du soleil ! En descente, le col n’est qu’à 5 minutes du refuge, remontez ensuite en face afin de réaliser la Zumsteinspitze (4563m), point culminant de notre traversée, atteint après environ 30 minutes sur une arête puis sur un court passage en mixte. Après en avoir pris plein les yeux, redescendez par la même voie puis suivez la trace par où vous êtes montés la veille, puis longez tous les sommets que vous avez gravis jusqu’au téléphérique Indren. Empruntez les 3 remontées mécaniques qui vous redescendront jusqu’à Staffal.

À savoir : pour la descente, le billet s’achète directement auprès du conducteur (11€) ! Gardez bien le ticket du premier jour, c’est lui qui vous permet de prendre les 2e et 3e remontées pour redescendre.

Notes

L’avantage de cette traversée est qu’elle est totalement adaptable en fonction de vos envies, de votre niveau, des conditions, de la météo... Très peu d’informations étaient présentes sur internet concernant un départ depuis l’Italie, la traversée classique et commerciale partant de Zermatt, ce qui oblige à réaliser la traversée dans sa totalité quel que soit le temps. L’option d’un départ depuis l’Italie est plus économique et surtout permet de redescendre chaque fin de journée dans la vallée si besoin.

Les différentes options qui me viennent en tête et que vous pouvez creuser :

  • Si c’était à refaire, et si vous souhaitez raccourcir d’une journée, rejoindre directement le refuge Margherita depuis le refuge Quintino Sella, ce qui permet d’éviter la descente et la remontée fastidieuse jusqu’aux refuges, finalement inutile étant donné que vous pouvez dans ces cas-là réaliser l’enchaînement des 4000 lors de la descente sur Staffal le lendemain.
  • Il est possible de réaliser la traversée du Lyskamm et réaliser la pointe Dufour (deux courses cotées AD et assez exposées).
  • Il est possible d’éviter le Naso del Lyskamm en passant par le Passo del Naso.
  • Pour la deuxième nuit, vous avez le choix entre le refuge Citta di Mantova et le refuge Gnifetti (CAI) situé 150m plus haut.

Concernant les cartes, les suisses ne couvrent pas l’ensemble de la traversée, les italiennes sont à oublier, nous avons donc imprimé nos propres cartes sur le site Suisse Mobile.

Les temps indiqués sont ceux que nous avons constaté, en prenant notre temps et en profitant tout simplement !

Vous pouvez trouver un récit plus personnel et des photos supplémentaires sur mon site : http://www.maxencepioteyry.fr/

Dernière modification : 16 mai 2018
Traversée du Liskamm (4527m) et du Mont Rose (4634m)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : http://www.maxencepioteyry.fr/

Passionné de montagne sous toutes ses formes (randonnée, bivouac, alpinisme, escalade, vtt, ski de rando...), j'espère pouvoir partager mes expériences avec le plus grand nombre à travers mes publications sur Altitude Rando, mes photos et mon site internet personnel.

Topo publié le 1er août 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 13 août 2014 à 19h04

    Magnifique !

  • par Le 13 août 2014 à 19h08

    PAREIL !

  • par Le 14 août 2014 à 15h36

    Oui très belles photos ! Merci
    Est-ce facile de réserver la cabane Margarita ?
    J’y suis allé il y a dix ans mais avec un TO, j’aimerais y retourner pour la pointe Dufour.

  • par Le 14 août 2014 à 16h30

    Bonjour Paul,

    Merci pour votre commentaire !
    Concernant la cabane Margherita, nous n’avons pas eu de problème alors que même que nous avons dû déplacer la réservation au dernier moment. Ça semble plus difficile le WE par contre, mais à mon avis rien à voir avec le Gouter.

  • par Le 7 avril 2015 à 17h02

    A faire quand ? En juin ?
    Vous ne parlez pas de la difficulte, possible seul ?
    Des endroits techniques ? Vous avez des traces GPS ?

  • par Le 7 avril 2015 à 17h05

    PD me donnant seulement une vague idee, hein. Des passages peu techniques avec corde recommandee ? Rappel ?

  • par Le 7 avril 2015 à 17h58

    Bonjour Louis,
    Seul ce n’est pas sérieux ne serait-ce que pour prendre en compte les crevasses. Pour avoir effectué la traversée depuis le Breithorn, je dirais que la difficulté technique est F (PD pour la traversée du Breithorn et ’ascension du Castor). Comme toujours à cette altitude, il faut savoir se débrouiller en cas de mauvais temps, le cheminement sur les arêtes est parfois délicat si il y a du vent, et il faut avoir l’habitude de la haute montagne. Plusieurs guides et leurs clients sont morts sur ces itinéraires, dans le brouillard et le froid.
    Pas de rappel à ma connaissance mais faire un mouflage pour sortir quelqu’un d’un trou demande déjà du matériel... Cordialement

  • par Le 7 avril 2015 à 20h01

    Bonjour,
    Je ne peux que confirmer ce que Paul vient de décrire, même si ce topo ne concerne qu’une partie de l’itinéraire décrit. Il ne faut pas oublier que même si cette course n’est en elle même pas difficile, elle se déroule entièrement sur glacier enneigé ! Ensuite concernant le naso, il était lors de notre passage entièrement en glace, nous obligeant à brocher, le problème peut être identique pour le Corno Nero (où nous avons effectué un rappel, mais n’est pas indispensable en bonnes conditions). Enfin la Parrotspitze peut être assez mince...

    Je n’ai pas de traces GPS, mais le coin est très très parcouru (surtout la montée directe vers Magherita)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !