Traversée la Rama (2378m), l’Aiglière (2258m), et le Rocher Rond (2453m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1300m
Durée :
1 jour

Me voici parti vers la solitude des hauteurs. Là haut, en plein vent vers les sommets, le spectacle est grandiose ! Cette belle ligne de crête, visible du col du Festre , attire le randonneur comme l’aimant attire la limaille. – Auteur :

Accès

  • Départ du Col du Festre.

Si l’on vient de Gap ou de Veynes :
Prendre la D.937 en direction de la Cluse et du Col du Festre.

Si l’on vient de Corps :
Prendre la D.537 vers Pellafol et St-Disdier, puis la D.937 jusqu’au Col du Festre.

Si l’on vient de Mens :
Prendre la D.66 Jusqu’au Lac du Sautet et Pellafol, puis St-Disdier et la D.937 jusqu’au Col du Festre.

Précisions sur la difficulté

  • Quelques pentes plus raides dans le final des deux principaux sommets (Rama-Rocher Rond).
  • L’itinéraire confidentiel qui permet de franchir la barre rocheuse "les Moures" est digne des plus beaux terrains d’aventure que recèle le Dévoluy. Passage par une brèche avec un pas en désescalade.

Les infos essentielles

  • Carte : TOP25 3337 OT Dévoluy Obiou Pic de Bure
  • Altitude de départ : 1442m
  • Sommets atteints :
    • la Rama ouest (2378m)
    • la Rama est (2379m)
    • L’Aiglière (2258m)
    • Rocher Rond (2453m)
  • Distance de la boucle : 13km
  • Dénivelée cumulée : environ 1300m
  • Balisage : suivre le GR de pays jusqu’au Vallon des Aiguilles, hors sentier par la suite. (rares cairns )
  • Date de sortie : juin 2014

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Le début du parcours, vers le sommet de la Rama

Du col du Festre, prendre la direction du col des Aiguilles (GR de Pays du tour du Dévoluy). Pas à pas, le chemin de terre devient sentier.

Vers 1700m, passer à proximité d’une cabane pastorale. Après une courte grimpette, l’itinéraire surplombe la cascade de Saute Aure.

  • Sans être difficile, un faux pas à cet endroit serait dangereux.

Le sentier débouche sur le Vallon des Aiguilles. Les méandres d’un petit ruisseau serpentent le long de ce beau vallon bucolique.

Sur la droite, on distingue une autre cabane pastorale. Quitter le sentier environ deux cents mètres après celle-ci en obliquant au nord-ouest.

S’élever hors sentier en direction de la Montagne du Vallon sans dépasser l’imposant éboulis de la Plate des Serres. Dans le final, le minéral s’impose et la pente se redresse à l’approche du sommet ouest de la Rama (2378m).

De la tête des Ormans à l’Obiou, une vue magnifique se dégage. On aperçoit aussi la quasi-totalité de ligne de crête qui nous sépare du Rocher Rond.

La crête

  • La grande traversée en "montagnes russes" n’est jamais exposée et on oublie assez vite la présence de l’abîme qui délimite le versant nord.

Poursuivre sur l’arête jusqu’au second sommet de la Rama (2379m).

Descendre vers un col (alt.2175m). Continuer de suivre la crête jusqu’à L’Aiglière (aussi appelée Montagne du Fleyard 2258m).

Descendre à nouveau avant d’entamer la montée la plus raide du parcours. Grimper en suivant la crête puis sortir légèrement à l’est du sommet du Rocher Rond (2453).

Bien qu’un voile persistant dérobait les Ecrins à nos regards, la vue du sommet tenait toutes ses promesses .

Le retour par la barre rocheuse "les Moures"

Ce passage connu de quelques "initiés" permet de franchir cet obstacle naturel dans une ambiance plus alpine.

Suivre la longue ligne de crête sur le flanc sud de la montagne en direction de la barre rocheuse. Un grand cairn visible pendant la descente permet de s’orienter. Gagner un replat en bord d’à-pic.

  • Plusieurs brèches sont visibles et il s’agit de ne pas se tromper !

Après une sorte de tremplin, descendre dans la brèche nord-est. Un pas de quelques mètres se désescalade en "opposition".

Une pente assez raide se termine sur un bord de falaise.

S’orienter au nord en laissant une baume derrière soi.

Passer à proximité d’une arche naturelle puis remonter légèrement en direction d’un grand éboulis. Descendre ce dernier en suivant une trace brune plus terreuse puis, une fois passé sous la barre rocheuse, obliquer au sud-est.

Aux environs du chourum de Costebelle, quelques ressauts se négocient facilement. Atteindre le chourum puis la cabane Bellot.

Suivre l’orientation sud-est en gardant en ligne de mire les "Coutières".

Au point coté 1399m, retrouver un chemin que l’on quitte rapidement pour un sentier. Celui-ci permet de rejoindre le point de départ de ce périple (traces jaunes).

Dernière modification : 16 mai 2018
L’Aiguille ou le Haut Bouffet - Arête de la Rama en boucle (2378m)

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 24 juin 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 24 juin 2014 à 16h57

    Comment est la traversée au-dessus de Cul Froid ?
    Sérieusement, magnifique traversée, Michel.

  • par Le 24 juin 2014 à 18h02

    Oui Alain, comme l’avait fait remarquer Hereme sur un de mes topos, il y a parfois des noms bien « gratinés ».
    J’aurais aimé lier cette crête avec la traversée de Plate Longue. J’ai reconnu le pas en face nord du Rocher Rond, je dirais IIIsup assez expo avec la neige. Pour une traversée future qui s’annonce grandiose ! Je sais que tu as apprécié la descente de la barre :) (un peu marre de ces ravins pierreux)

  • par Le 24 juin 2014 à 19h02

    Ouh ça fait envie, ça

  • par Le 24 juin 2014 à 20h53

    Magnifique Dévoluy, photos superbes bravo Michel !

  • par Le 24 juin 2014 à 22h22

    Merci pour vos commentaires !
    Patrice, tu connais la Rama, ya plus qu’à...

  • par Le 25 juin 2014 à 08h20

    Oui Michel, je connais la Rama j’ai un topo. On se souviens avec mon coéquipier ce jour là, de sa longue arête d’accès depuis le Vallon des Aiguilles. Quel beau secteur, mais pas pour moi j’ai une mauvaise sciatique qui ne me permet pas d’appuyer sur ma jambe droite.

  • par Le 1er juillet 2014 à 00h02

    Salut Michel.

    Tu as suivi cela ?

    "Un groupe de l’association gapençaise ANRando a assisté à l’impressionnant éboulement qui a eu lieu mardi 10 juin dans la face nord-est du pic de Bure.
    "Au moment où nous sortions de la forêt, nous avons entendu un grand bruit", raconte Gilles Flouw, président de l’ANRando. Les promeneurs ont rapidement identifié l’origine de ce vacarme.

    "Nous étions en face du pic de Bure, ça faisait une avalanche de poussière qui a duré très longtemps", poursuit-il. Des rochers ont ensuite continué à se décrocher, comme de "petites répliques", note Gilles Flouw.

    Cet éboulement du 10 juin n’est pas le premier dans la face nord-est du pic de Bure. En 1998 notamment, un important pan de montagne s’était effondré juste à côté. Suite au nouvel éboulement, la mairie vient de prendre un arrêté interdisant l’accès à proximité de la face nord-est du pic de Bure."

    Extrait du Dauphiné Libéré.

    http://s-www.ledauphine.com/images/19C41CF7-C194-440E-8838-573C52871C5F/LDL_V0_06/photo-gilles-flouw.jpg

  • par Le 1er juillet 2014 à 00h51

    Salut Hereme,
    Je n’étais pas au courant, mais ce devait être impressionnant !

  • par Le 1er juillet 2014 à 08h50

    Michel, arrête de retourner les montagnes lol !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !