Un super trek autour des Annapurnas

Difficulté
Non renseignée
Dénivelé
Non renseigné
Durée
3 jours et plus
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Trek de 15 jours autour des Annapurnas. Que du bonheur. Un petit crochet par le Chulu Far East (6059 m) et un autre par Tilicho Lake.

Accès

Katmandu puis Khudi départ du trek.

Itinéraire

Les partants : Françoise et Christian de Combloux 74 - Anne et Antoine d’Aix les Bains 73 - Catherine et Dominique de l’Albenc 38 - Sabine et Antoine de Paris 75 - Anne-Pascale de Saint Julien en Genevois 74 (et aussi belge) - Mickey des environs de Toulouse 31 et Lydia et Mich (Bourg de Péage 26 et Megève 74).

Le 4 octobre 2008 Lydia et moi nous prenons le TGV à Valence 26 pour rejoindre Roissy où nous passons la nuit. Le lendemain matin, nous retrouvons à l’aéroport Charles de Gaulle Catherine et Dominique ainsi que Mickey (le frère de Catherine) et Anne-Pascale. Quant aux 6 autres membres de notre groupe, ils sont déjà sur place car partis de Roissy 24 h avant nous.

Une longue escale à Bahrayn et enfin nous arrivons à Katmandu le lundi matin. Là, premier contretemps : 2 bagages de ceux arrivés la veille, ainsi que celui d’Anne-Pascale sont manquants. Aie, aie, aie, nous devions, théoriquement, tous embarquer dans un bus pour débuter au plus vite le trek.

Nous passons donc cette journée de lundi à Katmandu avec l’espoir que les bagages arrivent rapidement. En fin de journée, Anne et Antoine se rééquipent d’une partie du matériel manquant. Anne-Pascale préfère s’acheter le minimum et éventuellement abandonner si son bagage ne la rattrape pas d’ici quelques jours.

Mardi 7 : Dans la nuit, les bagages d’Anne et Antoine sont arrivés à l’hôtel, mais pas celui d’Anne-Pascale. Un porteur spécial sera chargé de lui apporter dès sa récupération par notre agence de trekking.

Nous quittons donc Katmandu pour Khudi (790 m) par une longue journée de bus. Arrivés à Khudi, en milieu de l’après-midi c’est de suite le départ du trek, car nous allons jusqu’à Ngadi (930 m) où sera installé notre premier bivouac.

Petite précision sur la composition de notre équipe : Pour les 12 trekkeurs que nous sommes, nous avons, à notre disposition, une grosse équipe d’assistance composée de : 4 sherpas (le Sirdar - 2 sherpas confirmés et 1 apprenti sherpa) - 5 membres de l’équipe cuisine et pas moins de 36 porteurs dont le nombre diminuera au fur et à mesure de l’avancée du trek correspondant à moins de nourriture et de kérosène (plus qu’une vingtaine à la fin du trek). Pourquoi une équipe si nombreuse : c’est simple nous sommes sous tentes et les népalais n’ont pas que du matériel léger.

Cette première nuit aura été bien humide et ma tente a pris l’eau. Mes affaires sont bien un peu mouillée mais il faudra bien faire avec.

Mercredi 8 : Nous quittons Ngadi pour nous rendre à Jagat (1300 m). Nous n’avons pas encore l’impression de nous approcher de la haute montagne, car nous évoluons dans un cadre nous faisant davantage penser aux pays chauds. Nous montons le long de la Marsyangdi par des sentiers parfois bien raides dans une gorge au milieu de rhododendrons et de chanvre sauvage sans oublier les cultures de riz en escaliers.

Jeudi 9 : En quittant Jagat nous poursuivons le long de la Marsyangdi jusqu’à Dharapani (1860 m). Nous sommes encore loin des sommets enneigés, mais que les paysages sont jolis. Par contre quel dommage que de gros travaux soient entrepris pour construire une route jusqu’à Manang (3540 m). Dans cette première partie, nous sommes très souvent sur l’autre versant de la montagne mais que cette route en construction défigure le paysage. En plus, en quelques endroits, elle s’écroule, alors sera-t-elle un jour praticable. Pas sur, mais la montagne, elle, en conservera les stigmates.

Les résidus de mousson ont maintenant disparu et nous n’aurons plus que du beau temps jusqu’à la fin de notre périple.

Vendredi 10 : Toujours dans un cadre verdoyant l’étape du jour va nous conduire jusqu’à Chamé (2600 m). Nous traversons depuis le départ de nombreux ponts. La plupart sont des ponts câblés comme fréquemment au Népal, mais nous en trouvons aussi en bambous où il faut être un peu équilibriste pour les franchir. Par contre ces ponts rustiques sont moins grands que ceux câblés.

C’est aujourd’hui que nous apercevrons, encore bien loin, nos premières cimes enneigées : l’Annapurna 1 puis le Manaslu.

Une précision également sur nos arrêts de mi-journées : La pause dure environ 2 h 00, car l’équipe cuisine nous prépare chaque jour un repas chaud. Ils s’installent dans le local cuisine d’un Lodge et nous attendons tranquillement d’être servis. Aujourd’hui, ce sera à Thanchank (2715 m) . Finalement nous ne sommes pas si malheureux que cela.

Samedi 11 : Petit à petit nous nous élevons puisque aujourd’hui nous ferons étape à Pisang (3200 m). Il est temps que nous prenions un peu de hauteur car nous ne sommes pas encore acclimatés à l’altitude et notre sommet se rapproche. Ce soir, c’est le premier soir où l’équipe cuisine ne dispose pas de local et nous de Lodge pour ce repas. Ce sera donc sous la tente « mess » que nous dînerons.

Dimanche 12 : L’acclimatation à l’altitude commence nous ne ferons donc qu’une ½ étape jusqu’à Ghyaru (3670 m) afin de ne pas griller les paliers. Nous profiterons de l’après midi pour vérifier le matos de montagne pour les non habitués (crampons - piolets - etc..).

Essai aussi du caisson hyperbare portable et grosse frayeur pour Lydia enfermée à l’intérieur lorsqu’elle a compris que personne dans le groupe ne savait le dégonfler. On a même fait exploser la fermeture en l’ouvrant en catastrophe. Du coup ce soir et les jours suivants quelques heures de coutures délicates ont été nécessaires.

Lundi 13 : L’étape du jour nous conduira au pied des cascades de la Chhetaji Khola (3950 m) avec, pour cause de couture un arrêt de 3 h 00 à Ngwala lors de la pause casse croûte. Le caisson est presque réparé.

Mardi 14 : Les choses sérieuses commencent maintenant avec la très raide montée sur le Camp de Base (4870 m). Cette nuit, nous la passerons plus haut que le sommet de notre cher Mont Blanc.

Si au cours des jours précédents nous ne gagnons que peu d’altitude en une journée de marche, ce n’est plus le cas maintenant. En 3 h 15 (pour les premiers) les 900 m du jour ont été gravis sans que nous n’ayons eu l’impression d’avoir forcé. Ce qui n’a pas empêché Christian de nous passer une branchée car nous avons été trop vite d’après lui (Il n’en est pas à sa première expérience himalayenne, ni montagnarde d’ailleurs puisqu’il est Guide de Haute Montagne).

Mercredi 15 : La nuit a été fraîche mais réparatrice pour tous. Pas de mal de tête notoire. Ce soir, le Camp d’Altitude (5400 m) est installé dans la neige. Nous avons laissé au Camp de Base une partie du matériel pour soulager les porteurs.
A ce sujet, une petite précision : Ils ne sont pas tous avec nous car certains nous ont quitté à Pisang pour gagner directement Manang avec une partie des vivres et du matériel. C’est le Sirdar qui gère très bien son équipe.

A 5400 m, on ne peut pas dire que la forme soit générale : Anne-Pascale et moi sommes coliqueux depuis quelques jours. Pour d’autres, l’altitude se fait sentir.

Jeudi 16 : C’est le grand jour pour l’attaque du Chulu Far East (6059 m). Réveil à 3 h 15. La nuit n’a pas été totalement réparatrice. Pas facile de manger un œuf dur de si bonne heure (n’est-ce pas Lydia).

Pour le sommet, sur les 12, tout le monde n’est pas partant : Sabine ne compte pas aller plus haut - Anne-Pascale n’est pas au mieux, moi de même - Anne ne sait pas trop quoi faire - Quant à Lydia et Catherine, elles ne comptent aller que jusqu’au col et bien déçues d’apprendre qu’elles se sont levées trop tôt car il leur faut attendre le lever du jour pour y aller.

C’est donc à 6 et 2 sherpas qu’ils partent à 4 h 00. Rapidement Dominique redescend ayant abandonné suite à un problème avec ses crampons (comme quoi, une vérification du matos est bien nécessaire et pas toujours suffisante). Quelques instants après c’est Françoise qui revient, malade, elle passera la matinée sous la tente pas du tout en forme.

Christian - Antoine 73 - Antoine 75 et Mickey seront nos quatre sommiteurs accompagnés des sherpas Norbou (le Sirdar) et Pemba. Concernant le travail des sherpas, un grand coup de chapeau, car, la veille, ils étaient déjà montés sur le Chulu Far East pour installer les cordes fixes.

Au lever du jour, nous serons quatre, parmi les non sommiteurs à faire une tentative de grimpette jusqu’au col. Tentative vite avortée suite à une chute de pierre reçue sur le bras de notre sherpa Ngima dont il conservera un joli bleu. Mais n’ayant pas envie de tenter le diable Catherine, Dominique, Lydia et moi nous renonçons sagement à ce projet.

De retour au Camp d’Altitude, je m’affale sous la tente gagné par un début de M.A.M. Oulalah pas la forme, finalement bien content qu’on ait fait demi tour.

Ce soir, nous nous retrouverons tous au Camp de Base pour une nouvelle nuit à 4870 m. Encore bien haut pour la récupération des malades.

Vendredi 17 : Nous quittons le Camp de Base en traversant un ruisseau bien gelé ce matin et nous descendons sur Manang (3540 m) en faisant l’arrêt de la mi-journée dans le village de Chulu.

Un peu de shopping dans les rues de Manang. Tentative de connexion Internet mais faut être patient, très patient.

Demain, au lieu d’avoir une journée complète de repos ici, nous n’aurons que la matinée, car nous avons la première journée à Katmandu à rattraper sur notre programme initial.

Samedi 18 : Nous bénéficions donc d’une ½ journée de récup à Manang avant de reprendre notre marche en début d’aprèm pour 3 heures tout de même. Le campement du jour, ce sera à proximité de l’ancien monastère de Thare Gompa (3915 m). Nous approchons donc à nouveau les 4000 m.

Nous avons à peu près tous récupérés bien que Anne-Pascale ne soit pas encore en grande forme. Mais elle se soigne. Remèdes miracles paraît-il : Coca-cola et biscuits apéritifs PRINGLE. Depuis 2 à 3 jours elle n’a mangé pratiquement que de cela. Lol.

Dimanche 19 : Le lac Tilicho n’est pas encore en vue. Ce soir nous serons cependant au Camp de Base du Tilicho (sommet à plus de 7000 m) et nous passerons une nouvelle nuit au dessus de 4000 m (4150 m) et toujours sous tentes malgré la présence à deux pas de l’hôtel du Camp de Base.

Depuis le départ du trek, nous n’avons couché pour l’instant que deux fois en Lodge (Ghyasu et Manang).

Lundi 20 : Tilicho Lake (4960 m) enfin. Les derniers hectomètres se font en neige. Mais, que c’est beau par ici. Cà vaut vraiment le détour. Et aussi, quelle caillante. Une fois les tentes montées (15h30 - 16h00) nous passerons le reste de la journée + la nuit bien évidemment, au fond des sacs de couchage.

Mardi 21 : Réveil matinal (6 h 30). Le froid est toujours aussi vif, mais, comme la journée sera longue, nous ne pouvons attendre dans les duvets le bien être d’un réveil au soleil.

Passage du 1° col à 5365 m (Eastern Pass) puis un second, un troisième, quatre en enfin cinq pour arriver au Mesokantu La (5240 m), enfin d’après les panneaux, car, si on en croit les cartes, on est sur une autre route, plus au Nord.

Cela fait déjà 7 heures que nous évoluons au dessus de 5000 m d’altitude. De l’avis de nos sommiteurs, cette journée est la plus dure du trek, et elle n’est pas encore terminée. Il reste en effet une descente et quelle descente.

Imaginez un dessin de Samivel ou une cinquantaine de personnes sont accrochées à une unique corde et vous aurez une petite idée de notre progression descendante sur une dénivelée d’environ 200 m. Heureusement, après ce passage délicat le reste du parcourt est cool pour arriver à notre lieu de bivouac sans nom à 4200 m.

Mercredi 22 : C’est aujourd’hui notre dernier jour de trek puisque nous serons ce soir à Jomosson (2770 m) terme de notre périple. Ce sera encore une longue descente de près de 4 h 30 pour apercevoir la piste d’atterrissage de laquelle nous quitterons ce périple « Autour des Annapurnas » avec des images plein la tête.

Jeudi 23 : Jomosson - Pokhara - Katmandu par la voie des airs. Même là, nous profitons encore bien du paysage, car le vol dans des petits avions a l’avantage de ne pas être trop haut et donc de bien voir les cultures, forêts, villages, etc..

De Vendredi 24 à Dimanche 26 : Katmandu avec les
incontournables visites de Swayambhunath - Bhaktapur - Bouddhanath - Patan sans oublier Tamel au centre de Katmandu.

Pour conclure, un super trek, physique, dur, mais beau, très beau, plus difficile que ma précédente visite népalaise dans le Khumbu (Gokyo Peak et Pachermo).

Nous étions une bande de copains bien qu’aucun d’entre nous ne connaissait la totalité des autres. Le lien entre tous était nos deux amis de Combloux.

Côté financier, nous avons versé chacun à la société népalaise la somme de 1140 € qui comprenait la presque totalité de notre séjour au Népal (sauf les repas à Katmandu). Le voyage Roissy Charles De Gaulle - Katmandu nous est revenu à 1205 €. Donc un coût tout à fait abordable pour un tel voyage.

Si vous voulez voir plus de photos, allez faire un tour sur mon blog, j’en ai mis plus de 400 :
http://leblogdumich.blogspot.com

Dernière modification : 15 novembre 2008

Photos « Un super trek autour des Annapurnas »

Vous êtes sur qu'on va en altitude par là ? Un pont en bambou Pont rustique en bambou. Rien à craindre, c'est du costaud. Pour une fête locale, nous avons vu beaucoup de balançoires en bambou Femme ou homme les charges portées sont identiques pour un salaire journalier de 400 roupies (4€00 Champs de riz. Vallée de la Marsiangdi River Moulins à prière. Annapurna IV Au village de Ghyaru Une enfant de Ghyaru Stupa Camp d'altitude à 5400 m Chulu Far East (6039 m) Cà ne vous donne pas envie ? En direction de Manang, au village de Chulu Manang Passage délicat Au pied de la montagne enneigée nous devrions arriver au lac Tilicho Tilicho Lake, enfin. Tilicho Lake Après l'Eastern Pass Oulalah quelle descente ! Finalement, elle est sympa cette descente. Un dernier pont en arrivant à Jomosson