Vallée de Lutour - Col des Gentianes (2729m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1400m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une longue et magnifique randonnée à la découverte de la plus secrète des vallées de Cauterets, celle de Lutour, permettant au passage de visiter la demi-douzaine de lacs, tous différents, du secteur d'Estom Soubiran.

Accès

De Lourdes, direction Argelès-Gazost puis Cauterets. Traverser le village de Cauterets en direction du Pont d’Espagne. Juste après la fin des lacets surplombant les thermes de la Raillère, prendre à gauche une petite route étroite et en forte montée (prudence !).
La suivre jusqu’à son terminus, le parking de la Fruitière (1371m).

Itinéraire

Infos pratiques

  • Carte : IGN TOP25 1748 OT Gavarnie
  • Altitude départ : 1371m
  • Altitude arrivée : 2729m
  • Dénivelé cumulé : 1400m
  • Distance : 25km
  • Durée : environ 8h (hors pauses), dont 4h30 de montée.

Difficultés

  • Aucune difficulté technique en l’absence de neige (généralement à partir de juillet).
  • La principale difficulté vient du dénivelé et de la distance conséquente, plus de 25km.
  • Absence de balisage et de panneaux à partir de la bifurcation avec le sentier du Col d’Arraillé. A noter qu’il n’y a plus vraiment de sentier après le lac Couy, suivre alors les cairns. A éviter donc par temps de brouillard, le coin devenant assez vite “paumatoire”.
  • Le tronçon entre la bifurcation du col d’Arraillé et le lac de Labas doit impérativement être déneigé, le sentier traversant une pente raide déversant sur des barres rocheuses. Des accidents s’y sont déjà produit.
  • Un petit passage scabreux en dévers (facile) avant d’arriver au lac Glacé impose de sortir les mains des poches.

Du parking de la Fruitière au lac d’Estom (1804m)

Compter environ 1h30. Il s’agit d’une promenade familiale assez prisée et accessible à tous.

Du parking de la Fruitière, franchir le pont sur le gave et suivre vers le sud le large sentier qui remonte la vallée de Lutour, alternant passages plats et petits raidillons. Après environ 45 min, on laisse à gauche la bifurcation vers le refuge Russel et le pic d’Ardiden.

La dernière demi-heure avant le lac se fait un peu plus raide, le sentier devant franchir le verrou du lac au moyen de quelques lacets et en côtoyant de jolies cascades. On atteint finalement le magnifique lac d’Estom dominé par les pics de Labas et de la Sède.

Du lac d’Estom au lac des Oulettes d’Estom Soubiran (2360m)

Compter 1h30 à 2h.

Du lac d’Estom, se diriger vers l’ouest et emprunter le sentier du col d’Arraillé, qui s’élève progressivement sur les flancs de la vallée en direction du sud-ouest. Après environ 45min, le sentier s’oriente davantage à l’ouest et pénètre dans le vallon d’Arraillé.

À cet endroit, dans une cuvette où subsiste souvent un névé jusque tard dans la saison (alt. 2110m), un cairn indique le départ du sentier d’Estom Soubiran, non balisé ni signalisé. Le sentier effectue d’abord quelques lacets puis vire à l’est pour effectuer une longue traversée horizontale au-dessus de barres rocheuses, sans difficulté si déneigée.

À l’issue de ce passage, on atteint d’abord un petit replat marécageux, puis le lac de Labas (2281m) que l’on aborde par sa rive nord. Le sentier ne le longe pas longtemps et s’élève sur le flanc sud-est pour atteindre le vaste lac des Oulettes d’Estom Soubiran (2360m) après un petit quart d’heure.

Du lac des Oulettes d’Estom Soubiran au Col des Gentianes (2729m)

Compter environ 1h30.

Le sentier ne longe pas le lac mais bifurque plein sud pour remonter la large croupe herbeuse dominant le lac. On arrive alors rapidement au lac Couy (2445m), que l’on contourne par sa rive ouest. Après le lac, on entre dans le domaine du minéral et le sentier se fait moins marqué. Suivre la trace cairnée qui reste en rive gauche du torrent, côtoie quelques laquets puis s’engage dans une petite gorge étroite où l’aide des mains est parfois nécessaire. Le passage franchi, on atteint le déversoir du sauvage lac Glacé (2571m).

A partir du lac, la trace s’efface. Les cairns orientent alors le randonneur vers le nord-ouest en direction d’une petite croupe dominant le lac (entre les points 2629 et 2654 sur la carte IGN) puis bifurquent vers le sud-ouest à travers la pierraille pour atteindre le Petit Lac du Col (2650m). Du lac, continuer sud-ouest en suivant les cairns dans les éboulis pour atteindre le col des Gentianes (2729m), terminus de la vallée de Lutour et de cette randonnée. La vue est magnifique sur le massif du Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises, et sur le petit lac des Gentianes en contrebas du col.

Descente

Le retour s’effectue par le même itinéraire.

Variantes

  • Pour bénéficier d’une vue d’ensemble sur le secteur d’Estom Soubiran, il est possible de monter au Pic d’Estom Soubiran (2829 m) par les pentes (assez raides) de son versant est. Il faut pour cela tirer légèrement à droite du sommet, et non pas à gauche, bien que cela semble plus facile au premier abord, au risque de se retrouver bloqué à quelques mètres du sommet par un mur infranchissable pour le randonneur standard. Voir ici le topo de Mariano du site Topo Pyrénées.
  • Du col des Gentianes, on peut atteindre en 15min environ à travers les éboulis la brèche de Pouey Mourou (2777m) pour apercevoir les sommets de Gavarnie.
  • A partir du lac Couy, il est possible d’accéder aux très secrets lacs de Malh Arrouy (2584m) et d’Aspé (2689m). Solitude garantie. Des détails sont disponibles ici sur le site de Patrick Gourinel.
  • Du col des Gentianes, il est possible de basculer hors-sentier sur l’autre versant pour rejoindre la vallée d’Ossoue.
  • Il est aussi possible de réaliser l’ascension du Pic de Labas (2946m) puis de redescendre par un raide couloir vers le vallon de Labas pour rejoindre la bifurcation avec le sentier d’Arraillé. A réserver aux randonneurs confirmés. Voir ici le topo du site de Philippe Quéinnec.
  • A noter qu’il existe un autre sentier entre le lac d’Estom et le lac de Labas, le chemin de la cascade. Il peut constituer une alternative à la voie normale lorsque celle-ci est enneigée. Attention toutefois, il est plus raide et il faut de temps en temps s’aider des mains. Pour cela, suivre le sentier qui longe la rive ouest du lac d’Estom et continue en fond de vallée jusqu’à venir buter sur les parois qui ferment la vallée. Il oblique alors à gauche et part à l’assaut des parois du cirque, pour rejoindre l’itinéraire classique un peu en aval du lac de Labas.

La sortie du 20 septembre 2013

L’automne est selon moi la plus belle saison en montagne, tant du point de vue des couleurs que de la lumière ou de la fréquentation. Des instants à ne manquer sous aucun prétexte. Alors quand un week-end de 4j se profile pour la fin septembre, ce sera direction Cauterets. Pour le 1er jour, nous jetons notre dévolu sur la secrète vallée de Lutour pour effectuer une rando qui m’attire depuis longtemps. En dépit de toute logique, la 1ère rando du séjour sera la plus longue et la plus dure... Mais l’effort en valait la peine !

Partis à 9h du parking de la Fruitière, la 1ère partie jusqu’au lac d’Estom s’avère extrêmement agréable, à l’ombre et dans une fraîcheur propre aux matinées d’automne. Cette partie de la vallée, verdoyante et pastorale, avec ses praries piquetées de pins et de rochers et son torrent s’écoulant paresseusement, dégage beaucoup de sérénité.

Nous arrivons au lac d’Estom juste au moment où les rayons du soleil l’atteignent. La couleur vire alors instantanément du bleu profond à un turquoise digne des lagons tropicaux ! Après une petite pause fort agréable, nous nous remettons en marche, le plus dur reste à faire...

La montée en direction du col d’Arraillé n’est finalement pas bien fatigante, la pente et le profil du sentier étant très réguliers. Arrivés à la bifurcation des sentiers, nous constatons avec dépit que le ciel se voile progressivement et que des bancs de brume remontent de la vallée... La météo avait prévu une magnifique journée, le doute s’installe.

C’est sous un temps complètement gris que nous arrivons au lac de Labas, qui garde malgré tout sa robe d’un bleu profond. Nous nous arrêtons pour pique-niquer au bord du lac d’Estom Soubiran. Finalement, quand nous reprenons la montée, nous constatons que la brume reste bloquée en aval du lac Couy, à partir duquel nous retrouvons le soleil et entrons dans le domaine minéral de la haute montagne. En cette saison, le secteur est peu fréquenté au-delà du lac d’Estom. Nous n’y croiserons pas plus de 5 personnes en 6h de marche.

Ma compagne, en prévision du long retour, décide d’arrêter l’ascension au lac Glacé, pendant que je continue jusqu’au col des Gentianes. Le cheminement se fait plus pénible dans les pierriers : dès que l’on perd de vue les cairns, on se retrouve à crapahuter dans des rochers beaucoup plus gros. Le col des Gentianes est finalement atteint, et la vue tant attendue sur le Vignemale et son glacier, partiellement obstruée par quelques nuages récalcitrants. Dommage !

Il faut songer à amorcer la longue descente, les journées se faisant plus courtes en cette fin septembre. La descente s’effectue sans problème et permet de passer en revue cette myriade de lacs dans la lumière déclinante du soir : le Petit lac du Col, les lacs Glacé, Couy, des Oulettes d’Estom Soubiran, de Labas puis enfin d’Estom. Le reflet dans le lac d’Estom est tellement parfait que, vu des flancs de la montagne, le lac passe presque inaperçu.

Nous nous rendons compte que la purée de pois nous attend en aval du lac d’Estom et c’est vers 19h, dans une ambiance sombre, froide et humide que nous rentrons à la Fruitière après cette magnifique journée. Automne, saison de contrastes...

Dernière modification : 16 mai 2018
Circuit parking de la Raillère

La carte du topo « Vallée de Lutour - Col des Gentianes (2729m) »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours