Wildhorn (3248m ‒ 3246m) par le col du Sanetsch

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1434m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Ascension du Wildhorn par la face ouest, sur un itinéraire très minéral avec de beaux passages dans des barres rocheuses et quelques pas d’escalade. Entre Oberland et Hautes Alpes calcaires, ce sommet bicéphale situé sur la frontière des cantons de Bern et du Valais domine un large secteur et récompense d’une vue à 360°.

Accès

Sur l’A9, sortir à Conthey (sortie n°25) et suivre la route du col du Sanetsch (Sanetschpass) en passant par Pont-de-la-Morge, Sensine, Pemploz, Daillon et Poméron. La direction du col est indiquée aux principales bifurcations. Parking au col (2252m).

Précisions sur la difficulté

  • Franchissement de barres rocheuses entre les altitudes 3100m et 3200m par un enchaînement de 3 couloirs rocheux et caillouteux. Le couloir intermédiaire requiert une attention particulière. Bien que cette voie soit peu fréquentée, le port du casque est ici recommandé car les chutes de pierres sont quasi inévitables.
  • Quelques ressauts faciles (II) sur l’arête sommitale.

Les infos essentielles

Carnet de route

  • Carte : Swisstopo 1286 St-Léonard 1:25000
  • Tracé Swisstopo : Wildhorn
  • Altitude de départ : 2252m
  • Altitude du sommet : 3248m
  • Dénivelé cumulé : 1434m
  • Distance : 16,3km

Balisage

  • Blanc-rouge-blanc sur l’arête de l’Arpille et la descente jusqu’au lac de Grand’ Gouilles (2471m).
  • Absence de balisage au-delà du lac de Grand’ Gouilles.
  • Sente plus ou moins marquée avec quelques cairns entre l’amont du col du Brochet (2771m) et la base des barres rocheuses du Wildhorn (3100m).

Itinéraire

Du parking du col du Sanetsch, se diriger plein est sur une sente qui passe près d’un pylône puis remonte la très belle et facile arête de l’Arpille, bordée de ravines.

Cette arête se caractérise par une succession de montées et replats. Au point 2510, l’arête s’oriente progressivement nord-est.

Vers l’altitude 2670m (replat), un cercle de pierres au sol d’environ 6m de diamètre précède de 20 mètres une bifurcation (piquet en bois, 2671m).

Suivre alors la sente qui part sur la droite, est, et engage une longue descente vers le vallon de Grand’ Gouilles sur un terrain de caillasse avec quelques passages rocheux.

Après le vaste replat de Grand’ Gouilles, une légère descente mène à un grand lac (2471m). Quitter la sente pour contourner le lac, soit par la droite (après franchissement du ruisseau le Nétage), soit par la gauche (plus direct) en passant au pied des pentes du Gältehore.

Poursuivre au nord-est (dans l’axe du Wildhorn) et remonter au mieux la moraine. Il n’y a pas de sente, la pente n’est pas excessivement raide, mais le terrain est assez fastidieux et le moindre petit névé est appréciable.

Une fois le Col du Brochet (2753m) en vue, rejoindre le gros rocher situé un peu en amont du col, sur la droite. La pente se redresse sur un terrain de plus en plus instable mais l’on atteint ainsi directement le départ de la sente pour le Wildhorn, à l’altitude de 2771m.

La sente commence l’ascension au nord-est jusqu’à un premier petit ressaut (facile) à l’altitude 2850m, puis oblique au sud-est pour atteindre l’arête après quelques lacets. La pente est soutenue mais bien régulière.

On remonte ensuite l’arête au nord-est pour venir buter sur les barres rocheuses à l’altitude 3100m. Longer alors la base de ces barres rocheuses par la droite, sur environ 40m, pour arriver au départ du premier couloir.

Le franchissement des barres rocheuses se déroule ainsi :

  • Premier couloir (D+ : 20m) : passer sur la gauche d’un piton rocheux (que l’on repère facilement lors de la montée sur l’arête) à la teinte légèrement orangée. Couloir assez raide, caillouteux et glissant mais plus étroit sur la fin avec de bonnes prises.
  • La vire (D+ : 5m) : en haut du premier couloir (3120m), prendre à gauche, nord-nord-ouest sur 20m. Passage très aérien au niveau du contournement d’une paroi rocheuse, qui permet d’arriver sur le second couloir.
  • Second couloir (D+ : 50m) : après contournement, continuer à niveau sur 20m environ et monter sur la droite au sud-est. Couloir raide et exposé, prudence (plus encore à la descente). Ombre tardive, possible présence de givre ou glace par endroits.
  • Troisième couloir (D+ : 25m) : ce dernier couloir fait directement suite au second, en prenant légèrement à gauche, plein est. Moins raide et peu exposé, mais glissant sur le départ. Partie haute rocheuse pour accéder à l’arête sommitale.

L’arête sommitale, orientée nord-est, comporte quelques ressauts faciles (II). Les ressauts plus importants se contournent toujours par la droite, avec de possibles passages sur névés.

Pas de grand cairn au sommet principal du Wildhorn (3248m) mais un simple petit tas de cailloux… Vue à 360° (par temps clair) : Préalpes suisses, Wildstrubel, Balmhorn, Bietschorn, les 4000 de Saas-Fee et Zermatt, Grand Combin, Mont Blanc et le proche massif des Diablerets, entre autres.

Poursuivre au nord-est en direction du second sommet. On effectue une petite descente, puis la traversée d’une corniche (côté glacier du Wildhorn) et enfin une courte mais raide remontée avec un dernier ressaut facile.

Ce sommet secondaire (3246m), disposant d’une croix métallique, est mieux individualisé, moins spacieux, plus escarpé et finalement plus plaisant...

Le retour s’effectue par le même itinéraire, il n’y a pas de variante possible à la journée pour rejoindre le col du Sanetsch.

Note : une fois de retour au lac de Grand’ Gouilles, il reste 200m de D+ pour revenir sur l’arête de l’Arpille.

Dernière modification : 26 mai 2018
Sommet des Diablerets (3210m) par le col du Sanetsch

La carte du topo « Wildhorn (3248m ‒ 3246m) par le col du Sanetsch »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours