Le Cheval Noir (2832m) par le lac Bleu (2137m) et le lac Blanc (2139m). Saint-François-Longchamp. Sortie du 28 septembre 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Météo clémente. Quelques petits nuages par moment. Un peu de fraîcheur tout de même au sommet

Récit de la sortie

Cette fois ci nous optimisons l’empreinte carbone : nous sommes 10 pour deux voitures !

J’ai souvenir d’avoir vu en août 2016 un parking clairement signalé et là… je ne le retrouve pas. Résultat nous nous garons (par erreur) bien après les Chalets du Cours d’en Haut.

Nous voilà donc partis à travers prés, puis à suivre une remontée mécanique. Le contre-jour n’aide pas mais j’ai le souvenir que le sentier passe juste au-dessus du Roc Blanc et c’est dans cette direction que l’on va. Finalement on tombe sur le panneau indiquant la direction du Lac Bleu que nous allons visiter. Il est dans l’ombre et manque d’eau.

Direction le Lac Blanc et on attaque la montée du Col du Cheval Noir… suivi par un chien noir et blanc qui nous précédera, ou nous suivra parfois, jusqu’au sommet.

Claudine et moi, qui connaissons l’itinéraire, avons prévenu les amis que la pente était raide ; ils avouent ne pas être déçus !

La montagne est belle (dixit Jean Ferrat) mais aujourd’hui elle est bruyante. Des travaux pharaoniques sont en cours : et que je te concasse des rochers, et que je te joue de la pelleteuse, et que je te remue des tonnes de terre à grand coup d’énormes camions jaunes, et que je t’assassine la montagne ; pour faire quoi ? Manifestement un réservoir pour alimenter les canons à neige (mais où vont-ils prendre l’eau ? Il n’y a que des ruisseaux type ‘pipi de chat’ dans le coin ?) et très probablement un parcours de ski-cross. Ces travaux expliquent peut-être pourquoi les panneaux au départ, évoqués dans le topo, n’existent plus.

Bref, nous voilà cueillis par le soleil un peu sous le col, et peu après au col où le changement de versant nous permet de nous séparer du bruit des travaux.

La montée au sommet se fait sur un terrain un peu gras mais pas vraiment glissant. Sur notre gauche un groupe de jeunes bouquetins nous observe et nous siffle à qui mieux mieux ; notre chien de compagnie s’en désintéresse totalement.

A la cime il fait frais et les sommets vedettes (Mont Blanc, Grand Combin, Mont Pourri, Grande Casse) jouent à cache-cache ; on arrive même à distinguer le Cervin.

Notre chien du jour, peureux au départ et refusant les caresses, apprécie maintenant qu’on le flatte et apprécie manifestement encore plus un peu d’eau au creux de nos mains ; il va de l’un à l’autre quémander gentiment un peu de nourriture.

Contemplation des cimes, casse-croûte et sieste nous occupent une bonne heure.

Retour au col et malheureusement nous renouons avec le bruit.

Et voilà ce que c’est de discuter en marchant … on loupe la bifurcation vers la gauche et on s’embarque sur le sentier conduisant au Col de la Madeleine ; une fois l’erreur constatée on fait machine arrière pour reprendre le bon chemin moyennant … 100m de dénivelé à reprendre.

Arrivés au Lac Blanc nous empruntons le sentier qui descend rejoindre le ruisseau, ce qui nous amène près du chantier que les engins, qui ont fini la journée, sont en train de quitter, puis la large piste nous amène aux Chalets du Cours d’en Haut où nous constatons l’absence de panneau. Tout semble avoir été fait pour dissuader de randonner dans le coin en attendant que les aménagements soient finis.

Tiens ! Notre chien nous a quittés … sans nous dire au revoir. Il était vraiment sympa et fera partie des souvenirs de cette balade.

Dernière modification : 2 octobre 2017

Photos « Le Cheval Noir (2832m) par le lac Bleu (2137m) et le lac Blanc (2139m). Saint-François-Longchamp. »

Le Lac Bleu attend le soleil. Le Lac Blanc quand à lui manque d’eau ! On monte en versant ouest ; pour le soleil il va falloir attendre ! Du côté de la Combe de la Flachère, le soleil chauffe déjà les pentes. On s’élève ; à droite une vue partielle des terrassements ’pharaoniques’. Des petits lacs qui débordent de monde au mois d’août par beau temps. Changement de décor au col ; on découvre les lacs du Cheval Noir. On retrouve en face (gauche de la photo) les cols de Montjoie et de Sarvatan, objets d’une belle boucle. L’Etendard sort la tête des nuages. Notre sympathique compagnon du jour. La ’troupe’ repart du col. Vue arrière sur le pas très lointain Mont du Fût (ou Bellachat). On est repérés ! Bouquetins disciplinés ... en file indienne. Photo quasi obligatoire au sommet ! C’est bon ! Vous y êtes ! Vite une photo avant qu’il ne se cache ! Vue vers le versant Tarentaise du Col de la Madeleine. ’Fenêtre’ donnant accès à une descente très directe ! Mont Blanc, Cheval Noir ... et chien blanc et noir ! Un petit zoom sur Grande Motte et Grande Casse. C’est brumeux du côté de la Meije. On distingue quand même les silhouettes du Pelvoux et de la Barre des Ecrins. Ca y est Dent du Géant et Grandes Jorasses sont visibles. Tout en bas c’est la vallée des Belleville. Craintif au début de notre rencontre, maintenant il pose presque à la demande ! Comme ça, on pourrait presque croire qu’il fait grand beau. Et oui dans cette zone rocheuse ... ... on a loupé la bifurcation ’aspirès’ par ce bon bout de sentier. Nous voilà revenus dans le bon chemin ! Avec quoi vont-ils remplir ce gigantesque réservoir artificiel ? Et que je te concasse ! Et que je te terrasse ! Pauvre montagne Finissons par une oeuvre de Dame Nature.