Aiguille de la Grande Sassière (3747m)Sortie du 9 octobre 2017

Sortie réalisée le 9 octobre.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Ascension d'arrière-saison vers un majestueux sommet de haute altitude.

Conditions météo

Grand beau au dessus d’une couche de nuages bas culminant entre 2500 et 2800m, se dissipant en journée et se reformant en soirée.

Récit de la sortie

Une envie de prendre de la hauteur, beaucoup de hauteur...

Seulement voilà, la météo annonce des nuages bas évoluant en cumulus... Quel genre de cumulus ? Restant à basse altitude sur la tête des citadins ou accrochant aussi les sommets ? On attendra donc le bulletin de Météo Chamonix de 8h pour se décider, mais celui-ci ne sera guère plus informatif. C’est finalement la mer de nuages apparaissant sur les webcams de Tignes qui me décidera.

Une longue route, entrecoupée de plusieurs circulations alternées judicieusement placées pour maximiser la taille des bouchons... Ce n’est finalement que juste après midi qu’on débouche à l’entrée du vallon de la Sassière et ses alpages aux couleurs de l’automne, sous un ciel magnifiquement bleu... Le timing est un peu juste, mais l’ascension de cette majestueuse pointe devrait être faisable dans les sept heures de jour qui restent...

12h30, départ. Le sentier bien régulier dans l’herbe facilitant la marche. La vue s’ouvre tout de suite... Le passage le plus délicat de la rando, petit couloir de dalles déversantes et glissantes n’offrant pas de bonnes prises pour les mains, se laisse précautionneusement escalader... Mais presque partout ailleurs, le sentier est peu caillouteux et très "roulant". On s’élève rapidement, la vue est magnifique...

14h30 au replat de la crête, déjà au dessus de 3000m. Puis, la crête en bordure du glacier... Le sommet est en vue, avec ses pentes blanchies par la neige gelée. Les crampons ne seront pas inutiles... On les chaussera pour les 300 derniers mètres, ceux-ci offrant une accroche sécurisante aussi bien sur le mélange de neige et de glace recouvrant le sentier que sur le béton de terre gelée des parties sèches...

Sommet à 16h30, la vue est magnifique... Séance contemplation et énumération des sommets de Haute-Maurienne, de Vanoise, et plus loin des Ecrins, des Cerces, de Belledonne, du Valais... En revanche, les nuées recouvrent toutes les préalpes.

17h, plus que deux heures de soleil, il faut penser à descendre... Le cheminement est parfaitement orienté face au soleil descendant, dans la douceur de la lumière aux couleurs se réchauffant progressivement, entres quelques petits nuages ayant refait leur apparition... 18h30, pause sur une épaule herbeuse de la crête vers 2900m, endroit idéal pour voir le soleil se coucher en coloriant la Tsanteleina et les autres hauts sommets jouant avec les nuages...

Le soleil couché, on reprend la descente. Il y a le petit couloir à désescalader précautionneusement, puis il n’y a plus qu’à se laisser glisser dans l’herbe à la nuit tombante, sous en ciel maintenant bouché... Fin de la balade vers 20h, la tête pleine de magnifiques images de ce lieu que j’aurais pour une fois eu pour moi tout seul...

Dernière modification : 11 octobre 2017