Sortie du 17 octobre 2017 par roycla De Prabert en boucle : Pas de la Coche, Col de la Vache, Col de l’Aigleton et descente sur Vallon du Vénétier

Les bouquetins réputés fidèles de cette zone sauvage après le Pas de la Coche sont absents ce jour, nous laissant les belles couleurs automnales.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Météo : été indien, terrain sec, vent nul
Participants ; Sylvie Bellino

Récit de la sortie

Je suis enfin de retour dans nos belles montagnes après 1 mois 1/2 d’absence, accompagné de Sylvie et de Bellino, notre départ du Pk du Muret (10h) est tardif mais la journée s’annonce belle.

Nous remontons le chemin plongé dans la fraîcheur où les senteurs automnales montent à nos narines, l’arrivée sur le Habert d’Aiguebelle est baignée de soleil.

Du panneau Habert d’Aiguebelle nous replongeons dans l’ombre sur le sentier sinueux et caillouteux qui monte au Pas de la Coche (1989m).

Dans cette montée j’ai une petite pensée pour les colporteurs qui empruntaient jadis ce sentier pour passer du Grésivaudan à l’Oisan pour éviter un long détour pour contourner la chaîne de Belledonne.

Le Pas franchi le petit lac de la Coche se laisse contempler oubliant les disgracieux pylônes qui le bordent et nous en faisons le tour pour saisir les meilleurs points de vues dans nos boites à image.

Direction le Col de la Vache (2556m). Une petite descente puis s’ensuit une longue traversée sous les Roches Jaunes et le Pas du Pin dans une alternance de blocs et pierriers pour arriver au torrent qui descend de la Belle Etoile .

Le torrent franchi sans difficulté, nous cheminons en traversée dans l’alpage défleuri sur le sentier bien marqué qui se redresse en direction d’une croupe qui rejoint le replat sous la Crête des Ilettes.

La combe du col de la Vache s’offre à nous, la progression de bloc en bloc est marquée par de petits cairns qui facilitent l’ascension dans cette mer de gros rochers.

Au petit replat (2430m) le dos bloqué je jette, contrarié, l’éponge invitant mes compagnons à atteindre sans moi le col. Bellino décide de rester en ma compagnie et Sylvie fait les 70m de dénivelé restant pour nous. (13h3o casse-croûte dans les blocs avant le retour)

Variante :
Retour par la montée du matin, nous promettant de revenir pour l’Aigleton (merci à Laverdure pour l’envie qu’il nous a donné avec sa magnifique boucle)

Dernière modification : 22 octobre 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

L'homme se découvre quand il est confronté à l'obstacle Saint Exupéry

Randonnée réalisée le 17 octobre 2017

Publiée le 19 octobre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 21 octobre 2017 à 22h56

    Bravo pour cette belle rando ! Voilà qui donne des idées pour ce coin où je ne connais que le Pas de la Coche par Allemont et la Jasse par le habert d’Aiguebelle. Je n’ai jamais fait cette traversée........
    Mais pourquoi dites-vous "les" Belledonne ?
    Il me semble que la chaîne de Belledonne est toujours au féminin singulier et sans article, mais peut-être est-ce une idée fausse ?........

  • par royclaLe 22 octobre 2017 à 12h18

    En Savoie nous désignons le massif en y ajoutant l’article ’’les’’ Belledonne semblant évoquer un pluriel à consonance Italienne.
    Par contre vous avez raison l’appellation La’’ chaine de Belledonne’’ s’écrit sans article au singulier contrairement à la plupart des massifs.
    La version poétique accréditée par Raymond Joffre est l’hypothèse (et elles sont nombreuses) de Bella Donna (belle dame) car depuis le versant Est il y a une vague ressemblance du Grand Pic à une femme avec à ses côtes un enfant.

    Bien amicalement

  • par Le 22 octobre 2017 à 13h18

    Bonjour
    Tenons-nous en aux toponymies officielles, compréhensibles et consultables par tous sur IGN.

  • par Le 22 octobre 2017 à 15h36

    Merci pour votre explication, Roycla, elle en vaut une autre, l’essentiel étant qu’on reconnaisse de quoi on parle......Et la consonance italienne croise la version poétique, puisque Belle Donne est le pluriel de Bella Donna qui signifie bien sûr belle femme.
    On peut aussi penser à la plante, la belladone, qui s’écrit en italien "belladonne", peut-être en trouve t-on beaucoup dans Belledonne ? Bref, peu importe ce qu’on met dans ce nom, l’important pour nous est le plaisir qu’on trouve à aller y randonner...........
    Amicalement.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !