Sortie du 18 novembre 2017 par Anic et Jicé Chard du Beurre (1893m) en boucle par les Saisies – à raquettes

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau temps

Récit de la sortie

Notre rando en bref :

Balade facile et bien agréable au départ des Saisies. Enneigement suffisant pour chausser les raquettes dès le départ.

Cette boucle est bien balisée, les panneaux violets (raquettes) sont déjà en place.

C’est le grand calme avant le lancement prochain de la saison d’hiver...et le grand calme aussi sur ce circuit pourtant souvent très fréquenté, qui plus est un samedi !

Après le départ ensoleillé des Saisies, puis un passage au revers, à l’ombre et une partie descendante, nous remontons ensuite vers le sommet du Chard du Beurre pour un beau panorama vers les Aravis, Platé.Fiz, Mont Blanc, Beaufortain, et Bauges sur le retour.

Descente et pause avant le col de la Lezette, vers un chalet proche des pistes. Il fait bon, même chaud à l’abri de ce chalet.

Retour ensuite par le "grand boulevard" vers les Saisies.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Diaporama de la sortie

Dernière modification : 18 novembre 2017

A propos

Auteurs de cette sortie : ,

Randonnée réalisée le 18 novembre 2017

Publiée le 18 novembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 23 novembre 2017 à 17h33

    Bonjour Jicéanic.

    Chard du beurre : quel drôle de nom.

    • Chard

    Terme décrivant souvent un épaulement, une croupe arrondie. Dérivés de "Chal" par rhotacisme :

    Le Char, alpage sur un épaulement (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie)
    Le Char des Quais, colline arrondie (La Côte d´Arbroz, Faucigny, Haute-Savoie)
    Le Grand Char, alpage (Saint-Nicolas-la-Chapelle, Val d´Arly, Savoie)
    La Tête du Char, colline boisée, (Habère-Lullin, Vallée Verte, Haute-Savoie)
    Le Chard du Beurre, colline arrondie (Hauteluce, Beaufortain, Savoie)

    Beurre
    Peut-être une remotivation (réinterprétation fausse d´un nom, en général en raison d´une homonymie, lorsque le sens primitif est devenu obscur) de Teurre, « sommet, colline, éminence ».

    Le Char du Beurre, sommet (Les Saisies, Hauteluce, Beaufortain, Savoie)
    L´Homme de Beurre, sommet, (Col de la Madeleine, chaîne de la Lauzière, Savoie)
    Tête de Beurre, éminence (Saint-Jeoire-Prieuré, Chambéry, Savoie).

    Teurre.
    Sommet, colline. Mots régionaux thure, turra, « lieu élevé », ancien français torel, turel, tureau, thurel, turet, toron, diminutifs « petite tour », et par métaphore « tertre, colline, éminence », gaulois turno-, même sens, latin torus, prélatin *tur, « hauteur », celtique *tor, « hauteur terminée en pointe ».

  • par Le 23 novembre 2017 à 18h48

    Bonjour hereme. Il y a aussi une Montagne de Beurre à l’est du col de Rousset, en Vercors.

  • par Le 23 novembre 2017 à 19h43

    >Mots régionaux thure, turra,

    Ca vaut aussi pour Turche ?
    Il y a le Char de la Turche du côté du Grand Arc.

  • par Le 24 novembre 2017 à 16h34

    Bonjour et merci hereme, avec toi non seulement on a le beurre mais aussi l’argent du beurre...
    JC

  • par Le 26 novembre 2017 à 16h25

    @Yann
    TURCHE.

    Il semble que la présence du "r" après "tu" ou "tou" soit indicative d’un autre etymon, à savoir TRUC et ses dérivés par métathèse (inversion de lettre, ici "ru" → "ur", "truc" → "turc" - phénomène assez courant, notamment en toponymie) : Les Tourches, la Turche, la Turchette, la Tourtsèta ; ..., le Truc Blanc, le Truc de l’Alpe, le Champ du Truc, le Truchet ..., et même Trö à la Combe de Lancey.
    Truc :hauteur rocheuse, rocher escarpé avec un sommet aplati. Franco-provençal tourtse, truche, patois valaisan treutse, latin truncum, " mutilé, tronqué ", celtique *truccos, " tronqué ", racine pré-indo-européenne truc, " mont arrondi ".

    Tous ces mots relatifs à la montagne sont évocateurs du vocabulaire de nos ancêtres pour qui il était important, par nécessité, de différencier un sommet à pâturage d’un sommet boisé, un sommet accidenté d’un sommet arrondi ; un sommet difficilement accessible d’une "montagne à vaches", ...

    @Alain.
    J’ai ajouté ta montagne de Beurre à mes listes de toponymes. Cependant elle est parfois nommée plateau de Beure ; ce qui m’empêche pour l’instant de la classer avec les Beurre/Teurre.
    Nous avons le Champ du Bure à Ancelle (05), le pic de Bure ("cacumen bulri") ; avec d’un acception occitane de de beurre (couleur parfois blanc-jaunâtre du rocher ?).

    • Beurre.
      Il est parfois évoqué un(e) ... de/du beurre par le fait que le lieu pourrait contenir une abondance de renoncules - boutons-d’or. Si ces derniers se traduisent par « buttercup » en anglais, « Butterblume » en Allemand, et « boterbloem » en néerlandais soit « fleur de beurre » en raison du reflet jaune semblable au beurre qu’il produit lorsqu’on l’approche de la peau. Je ne vois pas trop le rapport dès lorsqu’il s’agit d’arpitan ou d’occitan alpin.

    @JC
    Je n’avais pas pensé à celle-là !

    • Anecdote.

    « Tu aimes le beurre ! » : jeu enfantin consistant à approcher un bouton-d’or du menton d’un camarade, affirmant que le reflet jaune sur la peau « prouve » qu’il l’aime.

    Selon un article de 20minutes/sciences ; "les départements de physique et de botanique de Cambridge ont découvert que la structure très particulière des pétales explique l’exceptionnel rayonnement du bouton-d’or, d’une intensité comparable à un miroir. Les cellules des pétales sont constituées de deux surfaces extrêmement plates, séparées par une couche d’air. La réflexion de la lumière par la surface lisse des cellules et par la couche d’air double l’éclat du pétale, ce qui explique que le bouton-d’or réfléchisse davantage la lumière que toute autre fleur."

    • Curiosité.
      Dans un vieux dictionnaire se trouvant à la Nationalbibliothek de Vienne en Autriche (!), "Dictionnaire François - Celtique ou François-Breton", du père Grégoire de Rostrenen ; prêtre et prédicateur capucin, 1732, j’ai trouvé le terme"turc’hat", exprimant le fait qu’une terre a été "tournée" par les sangliers, porcs ou ... taupes.

    Un rapport avec la Turche ?

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !