Pointe de la Sana (3436m) par la Maurienne Sortie du 6 août 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Temps nuageux le matin avec éclaircies en cours de journée. Relative fraîcheur au sommet.

Récit de la sortie

Depuis le temps que je voulais faire cette Pointe de la Sana... Un objectif qui trottait dans ma tête depuis de nombreuses années (sans être pour autant une obsession). Mais, en ayant fait des sorties dans le secteur (les cols de la Rocheure, de la Leisse ou de la Vanoise), je me disais qu’un jour il fallait que j’y monte là-haut pour de bon.

Départ du parking de Bellecombe, il est environ 7h30 - 7h45, je suis très motivé. Je vise mon premier véritable "3400" (même si j’ai déjà monté des sommets plus hauts). J’ai une envie folle de profiter à fond de cette journée (car malheureusement pour moi, pour ma seule semaine de vacance en montagne, le mauvais temps allait pourrir la moitié de mon séjour).

Je boucle mes affaires, mon appareil photo est prêt à être dégainé pour immortaliser tous les instants de la sortie.... Je m’élance sur le sentier.... Je sais que je rentrerai presque 10 heures plus tard. La journée sera longue mais elle laissera des souvenirs impérissables.

Après 20 minutes de marche, une première marmotte (il y a en aura plein d’autres tout au long du parcours), elle se prélasse sur le sentier de randonnée.... A vrai dire elle n’a rien à craindre de la part des humains étant donné qu’il n’y a encore personne à 8h00 du matin.

Premier coup d’œil sur les glaciers de la Vanoise.... ils ont morflés et ils font peine à voir. Le Dôme de Chasseforêt est atteint progressivement de "calvitie glaciaire"...

Après le refuge du Plan du Lac, un sentier balcon qui laisse place à une descente progressive dans le Vallon de la Rocheure.

À l’approche du refuge de la Femma, je croise quelques randonneurs qui ont dû passer la nuit au refuge, il est 10 heures du matin. Après avoir dépassé ce dernier je repense au topo d’Alain.

Je monte la pente en longeant le ruisseau la Femma... Pas de cairn, pas de sentier.... Ce n’est pas grave, il suffit de suivre le cours d’eau sans se poser de question.

Après quelques efforts, le Plan des Cavales puis le Coin des Stors..... Il va falloir trouver ce "fameux" passage. Heureusement, j’ai en souvenir les indications précieuses des précédentes sorties et du topo consacrés à cette montagne sur altituderando (merci Alain et spécial_20).

En chemin, je rencontre un couple avec leurs deux enfants qui reviennent des Rochers des Barmes de l’Ours. Ils me confirment ledit passage aisé qui se trouve sur la droite (merci à la photo N°20 de la sortie de spécial_20).

Ensuite, direction le Col des Barmes de l’Ours en passant par un lac innommé à 2975 m d’altitude (longtemps ignoré par l’IGN mais qui est dorénavant présent sur la dernière mise à jour de Géoportail).

Il est midi et je décide de marquer une pause au point coté à 3 105m d’altitude situé sur une petite bosse afin de déjeuner et de profiter d’une petite vue sur le lac né de la fonte du Glacier de la Sana (et dont il ne reste plus que quelques petites reliques).

La partie finale est simple.... On peut passer n’importe où et il y a de nombreuses traces. Hormis la pente, aucune difficulté technique, il y a des sommets bien moins hauts qui offrent un terrain nettement plus escarpé.

Je surprends un lagopède..... L’animal s’esquive furtivement, hélas pour moi, je n’ai pas eu le temps de l’immortaliser sur mon appareil photo.... Dommage.

Enfin, derniers efforts et le sommet apparaît, sur la gauche un autre sommet semble être plus haut.... Je me mets à douter.... Suis-je au sommet de la Sana ou non ?

Je consulte ma carte IGN...... Hourra !!! J’ai bien atteint le "vrai" sommet et celui qui se trouve sur la gauche est un sommet secondaire à 3411m d’altitude.

Une belle émotion m’envahit même si elle n’est pas aussi intense que celle que j’ai éprouvée au sommet de la Levanna Occidentale (où ému, j’étais à deux doigts de pleurer de bonheur....)... Mais quand même, un "3400", ce n’est pas rien pour un randonneur.

Je savoure ces instants pleinement et lâche quelques expressions verbales pour exprimer ma satisfaction, ma joie...... Rien ne peut altérer mon bonheur..... Au diable les nuages, je peux quand même un peu jouir du paysage !

Après un bon moment qui restera inoubliable au sommet, je redescends..... Tout ce parcours à refaire dans le sens inverse.... Qu’importe, je repense à ces bons moments vécus à l’aller.... J’oublie presque ce long retour.

Plus tard, j’arrive quelque peu fourbu au parking de Bellecombe mais je suis satisfait d’avoir réalisé une très belle randonnée en montagne.

Une journée comme celle-ci en vaut bien plusieurs plus ordinaires !

Dernière modification : 16 décembre 2017