Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 3 septembre 2016 par Marcadau Pic Coolidge (3775m) arête sud, voie normale

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

  • Temps agréable, mais ciel voilé la plupart du temps... Pas idéal pour les photos.
  • Terrain bien sec.

Récit de la sortie

Départ à six heures moins dix. Le jour n’est pas encore levé, mais la frontale ne me sera utile que durant quelques minutes.

Il a fallu se lever très tôt et faire plus de deux heures et demi de route pour arriver à La Bérarde... État semi-comateux... Je me traîne lamentablement, sans parvenir, dès que la pente se raidit, à trouver mon souffle.

Vers 8 heures 30, je parviens péniblement au refuge de Temple Ecrins, où m’accueille le beau chat siamois de l’aimable gardienne. Longue pause, petite croûte et café, en espérant sortir de ce damné coltard. C’était bien la peine de partir si tôt !

Le ciel, si clair à l’aurore, se voile de plus en plus tandis que je m’élève dans la combe de la Temple. La quasi-disparition du glacier du même nom et la fonte complète des névés confèrent aux lieux un aspect particulièrement austère. La sente s’estompe dans le vaste pierrier, il faut être attentif aux cairns.

Enfin, me voici au col de la Temple (3321m), vers 10 heures 40. Vue saisissante sur la face nord de l’Ailefroide Centrale (3927m), avec son impressionnant glacier suspendu, et sur le Glacier Noir, en contrebas.

Je reste un bon moment au col. J’y va-t’y, j’y va-t’y pas ? Bah, je peux toujours voir comment se présente le début de l’itinéraire.

Le passage le plus délicat se situe dans la première partie de celui-ci. Sa cotation est débattue : II ? III ?. Je passe, donc c’est du II. La suite est une succession de vires sans difficulté, mais parfois sérieusement exposées, imposant prudence et attention. Du coup, je suis enfin réveillé.

Je débouche sur le plateau sous-sommital et longe la rive droite du glacier, en me tenant sur sa discrète moraine et en guettant le moment propice pour quitter enfin la caillasse.

La partie supérieure du glacier, sous l’arête, est en glace vive, et, d’ici, me semble quand même bien inclinée. Cela ne m’inspire pas trop... Je suis équipé, mais seul. Je choisis finalement de monter par le couloir, à gauche.

C’est très raide et très délité, très instable. Par moments, je dois m’agripper aux rochers qui bordent le couloir. Mais je finis enfin par gagner le point haut de l’arête, puis l’antécime.

La petite brèche à franchir pour atteindre le sommet ne pose pas de problème quand le rocher est bien sec, comme aujourd’hui. Attention, tout de même : le passage, là encore, est exposé.

Enfin, à 12 heures 40, le sommet ! Je n’y suis pas seul. Un jeune couple se prépare à descendre. Ils sont montés par le glacier et me confirment que ce n’était pas très rassurant.

Du sommet se dévoile la fascinante face Sud de la Barre des Écrins... Contemplation émerveillée...

Descente par le même itinéraire. Le couloir est aussi pénible qu’à l’aller. Je sollicite à l’excès mes pauvres bâtons, en cherchant les bouts de rocher les moins traîtres.

Les vires sont nettement plus ludiques, même si, évidemment, elles requièrent un maximum de vigilance.

Celle-ci se relâche dans la descente du col de la Temple, et ça ne manque pas : un bloc se dérobe sournoisement sous mon pas et je m’étale... M’aurait étonné...

Parvenu au bas de la descente, vers le refuge du Carrelet (fermé), je m’accorde un long repos. L’air doux, le soleil redevenu franc, le torrent du Vénéon, l’écrin sublime des sommets... Instants privilégiés... dont je laisse échapper la subtile jouissance en sombrant dans un sommeil de béotien.

Dernière modification : 19 décembre 2017

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 3 septembre 2016

Publiée le 18 décembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (13).
  • par Le 18 décembre 2017 à 21h04

    Belle escapade Marcadau !
    Un secteur où je crapahutai à la fin des années 90. Situé entre deux des plus impressionnantes faces des Alpes.
    Il reste quand même un brin de neige...

  • par Le 19 décembre 2017 à 09h41

    > Le Photo 32 a du être inversée avec une autre, non ?
    Car ce n’est pas le Gioberney, ce sont les Rouies.
    Dans ce cas, au fond, c’est l’Olan, l’Aiguille de l’Olan et la Tête de l’Etret ?

  • par Le 19 décembre 2017 à 09h45

    La 22 pas la 32 !

  • par Le 19 décembre 2017 à 12h52

    Salut.
    Tu as raison Yann. J’ai vérifié sur l’outil "udeuschle.selfhost.pro". Sur la #22, ce n’est pas le Mont Gioberney. Ce sont les Rouies. En fait ce sont les mêmes sommets que sur la #18 mais en plan plus large. Les sommets cités sur la #18 sont corrects : Rouies à gauche et Pointe du Vallon des Etages à droite, avec l’Olan derrière et entre les 2.

  • par Le 19 décembre 2017 à 15h37

    Superbes photos et joli récit plein d’humour.....

  • par Le 19 décembre 2017 à 21h51

    Eh oui, vous avez évidemment raison, Yann et vermatoiz : bien sûr que ce n’était pas le Gioberney ! Erreur dans la sélection des photos... Je supprime la photo 22 qui faisait doublon, et ajoute la bonne photo à la fin (je n’ai pas trouvé comment l’insérer à la place de la 22).

    Merci à vous, michel et vermatoiz !

  • par Le 19 décembre 2017 à 21h58

    De rien, Marcadau.......sauf que je n’ai fait aucun commentaire sur les sommets, c’est pas moi ! Lol !!!

  • par Le 19 décembre 2017 à 22h10

    Oui, oui j’ai bien vu ! Mais ces remerciements portaient sur l’aimable message de 15h37 !

  • par Le 19 décembre 2017 à 22h29

    Question : tu as gravi le Coolidge un une seule journée, si j’ai bien suivi ? merci pour les photos qui sont très parlantes

  • par Le 19 décembre 2017 à 22h41

    @Marcadau.
    Pas facile de dire avec certitude les sommets qui dépassent un peu derrière le Gioberney.
    En supposant que tu étais redescendu vers l’altitude 3400m (un peu au-dessus du Col de la Temple), voilà ce que semble indiquer le site allemand pour déterminer les noms de sommets :

    • Derrière le Gioberney, ça pourrait être le Vieux Chaillol qui dépasse le plus, derrière les Têtes et le Pic de Mal Cros ?
    • Et au-dessus du creux situé à droite du Gioberney, ça pourrait être les Pics de Colle Blanche et de la Saume ?
  • par Le 19 décembre 2017 à 22h59

    @ Agarock : oui, dans la journée. Cela fait environ 2000m de D+
    @ ViveLaMontagne : le Vieux Chaillol, bien sûr ! A droite, par contre, je ne sais pas... Mais si c’est udeuschle qui le dit...

  • par Le 19 décembre 2017 à 23h00

    Autant pour moi Marcadau, je n’avais pas saisi en lisant........

  • par Le 20 décembre 2017 à 11h36

    Oui Vieux Chaillol, Pic de Colle Blanche et entre les deux dans le fond la pointe de la montagne d’Aujour. A gauche à l’horizon la Montagne de Lure et en principe à droite le Ventoux derrière le Pic de Bure. Whoa ! Ca c’est du panorama !

  • par Le 20 décembre 2017 à 14h08

    à côté du Vieux Chaillol, on voit les deux Têtes de Malcros, également

  • par Le 20 décembre 2017 à 14h12

    c’est un de mes objectifs 2018 , ce Coolidge.. merci pour cette sortie qui m’en apprends beaucoup

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !