Le Grand Veymont (2341m) Sortie du 12 septembre 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Le monsieur de l’office du tourisme était sceptique sur les conditions mais j’ai décidé de faire confiance à Météo France qui annonçait une amélioration à la mi-journée. Je serais monté de toute façon.

Récit de la sortie

Première dans le Vercors, à pied pour une classique de la rando au Grand Veymont. Orgueil de chartreux mis à part, il est vrai que c’est beau !
Moi qui trouvait jusque là que le mysticisme de la nature était souvent too much. Genre quand tu écoutes certains grands alpinistes parler de la montagne comme si c’était divin et qu’ils étaient nés au Népal les gonzes ou encore l’autre John Krakauer qui en fait tellement des caisses que ça devient cliché. Bah j’ai eu une chic petite expérience de ce point de vu là dans un contexte personnel particulier.

11h15 - 1350m
Moi : Bon, il fait pas beau du tout là. Le mec de l’office du tourisme était sceptique. Allez tant pis pour la vue ; aujourd’hui c’est pour le sport puis ça devrait se dégager ; c’est Météo France qui l’a dit. Salut les ânes.
[ Un survêtement chaud, une veste avec protège-mains, un bonnet et c’est parti. Tralala comme ils sont jolis les sapins des hauts plateaux. Le chemin est large. Quelques rares éclaircies qui percent les gros nuages bas. On ne voit rien au-dessus des arbres. Où se trouve la "bête" à gravir ? J’ai déjà commencé à alimenter les cairns pour la chance.]
Moi : J’ai un peu peur tout seul. À part les gardes forestiers qui travaillaient vers le parking, il ne doit pas y avoir grand monde ce mardi. Et si je me faisait agresser par un fou ou que je me tordais la cheville... Prudence, mais avance d’un bon pas.

12h15 - 1620m
[ Passage de la Jasse. On commence à voir les mastodontes de roche ; leurs bases tout du moins car les brumes habillent leurs sommets. Pas facile à suivre les sentiers ici. On s’y perd un peu avant d’attaquer les choses sérieuses.]
Moi : Pff à regarder autour, on dirait que ça va limite empirer. Allez go, grimper dans le brouillard c’est gaillard si j’en sors un jour. Ce n’est pas ma première pluie en rando. Une expérience de plus si un jour ça m’arrive avec Samy ; je pourrais le rassurer. Puis ce n’est pas non plus la montagne du siècle quoi, je suis en baskets tellement je vais me promener ici. Alors là haut ?
Couple âgé qui descend : Pas trop mal. On a cru prendre l’eau au Pas de la ville mais non. C’est couvert mais pas trop dense. Attendez un peu, l’après-midi devrait être plus dégagée.

12h45 - 1800m
Moi : Me voilà plus confiant. Faut continuer à mettre des cailloux sur les cairns. Des offrandes à la montagne. Voilà que je parle au grand machin comme les autres !
[ Pause déjeuner. Puis passage raide jusqu’au Pas de la Ville dans les "pierriers" ]

13h10 - 1925m
[ Le temps se gâte d’un coup. De gros cumulus bien noirs échouent sur les pentes. On ne voit vite plus très loin. Beaucoup de vent froid venant du nord. Il pleut avec ensuite quelques petits grêlons ]
Moi : Allez soit pas vexé parce que je t’ai appelé grand machin. C’est affectueux ! Tu vas vraiment me la faire à l’envers ? J’espère que d’ici le sommet on sera rabiboché. Tu crois que je préfère la Chartreuse et que je suis un peu méprisant avec le Vercors ? C’est magique ici. Tu as une belle forêt à tes pieds avec une faune riche et ton dôme est spectaculaire si tu me laissais le contempler.
Le Grand Veymont : ...
Moi : Tu n’es pas d’une difficulté incroyable mais tu sais que je suis très content d’être là, impressionné aussi et je te respecte malgré ce que tu penses ! Vous redescendez ?!
Couple de jeunes : Oui, on est pas équipé chaud chaud. Le temps craint puis ça glisse.
[Elle tombe sur les fesses. Véridique ]
Moi : Ah ok. Bon bah je verrais bien. Allez la grosse montagne, je crois que on est plus que tout les deux aujourd’hui. C’est calme alors soit gentille avec moi tu veux.
Le Grand Veymont : ...
[ Je monte à petits pas mais plus vite. Elle a pas l’air de vouloir céder. J’attaque les crêtes après avoir coupé dans des pierriers pour cause de ratage de sentier. Chemin en bord de falaise vers le sommet. On voit pas le vide ; c’est pas plus mal. Un petit flocon de glace. ]
Moi : Allez laisse-moi voir ta robe ! Il parait que c’est trop beau en haut. Si tu restes bouché à ma vue, je croirais que c’est même pas vrai. Regardes, je t’offre encore et encore de jolis cailloux.
Le Grand Veymont : …
Moi : Tu vois bien que je souffre un peu plus maintenant !
[ Je tape le sentier du pied ]
Moi : Tu dors ? J’arrive en haut ; ça serait top si ...
Le Grand Veymont : …

13h55 - 2341m
[ Quand soudain, à quelques 100 mètres de distance de ce que j’espère être le sommet, une partie du ciel se pare de plusieurs couches de peinture bleue ; on va dire sèche ou non soumise à la gravité ambiante sans quoi je ne te dis pas ma tête. Mystique. Même si c’est pas gagné complètement. D’ailleurs, suis-je vraiment au sommet ? On ne voit toujours pas très loin. Mais vu la quantité et la qualité des structures de pierres couvrant le lieu, il n’y a pas de doute. On devrait voir le Mont Aiguille proche au sud mais aucune chance pour l’instant. Très clairsemée, la vue se dégage au nord. Il va falloir attendre un peu ici. Cool un abri de « fortune » et un copain trop tchoucard pour me tenir compagnie ! 40 minutes. Photos. Mains « gelées ». Il faut descendre. Le truc qui me laisse sur les fesses, c’est de contempler au très loin le Mont Ventoux ! ]
Moi : Je te remercie Grand !
Grand Veymont : …
Moi : Dis tu peux me laisser voir ton célèbre voisin ?
Le Grand Veymont : …
[ La descente me fait mal aux genoux surtout que je suis bien refroidi. Et mes articulations ont passé la trentaine bien tassée. Non mais c’est vrai, je dois avoir un début d’arthrose. Fini de courir. Faut penser long terme, déjà. Le dôme de la montagne, coté nord, offre une vue très aérienne sur les hauts plateaux. Puis, perché, un bouquetin du cru. Je m’approche. Il est pas farouche tout comme ses comparses croisés un peu plus en contre bas avec leurs petits ]
Moi : Hey mais t’es trop sympatoche Grand V.
Le Grand Veymont : …
[ Le Mont Aiguille se découvre entièrement aussi, enfin ! A mes yeux, il est impossible d’être blasé devant un telle pépite. La comparaison avec la fameuse Devils Tower, aux USA, Wyoming, rendue célèbre par le film Rencontre du 3ème type de Spielberg me traverse l’esprit. Contemplation de la partie sud du massif, de Peyre Rouge ainsi que les Trois becs, théâtre d’une belle sortie vélo par le col de la chaudière cet été. La lumière sature les prés et falaises de belles couleurs picturales. ]
Moi : Wahou, ! Je ne suis pas d’un ordinaire chauvin mais je regarde deux des plus belles moyennes montagnes au monde (Ventoux et Mt A ). Dis, on voit toujours pas grand chose à l’est. Tu peux me montrer le Dévoluy s’il te plaît, Monsieur, Madame ?
Le Grand Veymont : …
Moi : Tu trouves que j’exagère et qu’il faut que je me contente déjà de ça hein...
Moi : J’ai envie de pisser ma bouteille de Badoit. Je peux ?
Le Grand Veymont : …
Moi : Mouais, je vais attendre le Pas des chatons. C’est mignon comme nom. Puis les chats font pipi partout ; c’est approprié.
Le Grand Veymont : …
[ Mais pour ma bonhomie, ce connard fini par me flanquer de nouveau de la pluie et des grêlons. Mais pas longtemps. Humour de montagne. Arrivé au Pas des Chattons qui est magnifique, des copines bien grassouillettes détallent devant moi avant de rentrer dans leurs trous. Mes dernières participations à des sculptures d’art spontané local pour humblement remercier de nouveau le Grand Veymont. Il fait bon maintenant et je tombe le bonnet. ]
Moi : Tu as été bon avec moi, grand bavard. Je suis comblé, ravi de ce que tu m’as permis.
[ Je double quatre fainéants, nombreux dans ce pays. Derniers regards dans le rétroviseur durant ma nouvelle traversée du plateau pour rentrer. Allez encore un cailloux sur un cairn ... ]

17h15 – 1350m
Etirements...

Dernière modification : 26 janvier 2018