Hautes Chaumes (Vosges du Sud), par le tour des lacs Sortie du 27 janvier 2018

Sortie réalisée le 27 janvier.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Lac du Forlet, Taubenklangfelsen et rochers sommitaux du Gazon de Faîte au programme de cette sortie hivernale. Ces petits bijoux sont mes 3 lieux favoris dans ce secteur ! Après être tombé sous leur charme en été et en automne, j'ai décidé de leur rendre une visite hivernale sous leurs habits de neige et de glace. À défaut de soleil, le brouillard m'a offert une ambiance joliment mystérieuse. Par moments, le brouillard s'est dissipé et j'ai pu observer une petite mer de nuages et des corniches de neige au sommet des falaises reliant le Taubenklangfelsen et le Gazon de Faîte. Une ambiance en noir et blanc, mais très plaisante, pour ma première sortie à raquettes de cet hiver.

Conditions météo

Contrairement aux prévisions du site lachainemeteo, pas une seule seconde de soleil. Et pas le moindre petit coin de ciel bleu non plus.
Rando effectuée en majorité dans le brouillard et en totalité sous des nuages plus élevés.
Température aux alentours de 0°C. La neige fondait et tombait des branches d’arbres, y compris sur les Hautes Chaumes à 1300m d’altitude.
Aucune précipitation, si ce n’est quelques gouttes résultant de la fonte, lors des quelques passages sous des branches de résineux ...
Conformément aux prévisions, quasiment aucun vent, y compris sur les Hautes Chaumes.

Récit de la sortie

Une fois de plus, les chances d’avoir du soleil ou du ciel bleu ce week-end dans les Vosges ou en Forêt Noire sont très incertaines.
Du coup, je vais essayer d’aller à un endroit avec de la neige. Parce qu’un paysage sans neige et sans soleil en hiver, ce n’est vraiment pas génial. Mais au moins, avec de la neige, c’est un peu plus joli et lumineux.
Je peux déjà laisser tomber le Bas-Rhin. En effet, quand je suis allé sur les sommets du Donon et du Rocher de Mutzig deux semaines plus tôt, il n’y avait presque pas de neige malgré leurs 1000m d’altitude.
Alors avec la douceur et les pluies qui ont sévi depuis, ça n’a pas dû s’arranger.
Et d’ailleurs, quand je regarde l’enneigement sur internet à la station du Champ du Feu (le toit du Bas-Rhin, culminant vers 1100m), il y a à peine 10cm de neige et la station est fermée depuis plusieurs jours ...
De l’autre côté de la frontière allemande, les prévisions météo sont pires pour l’ensoleillement.
Je vais donc mettre le cap au sud dans le Haut-Rhin, vers les Hautes Vosges !

D’ailleurs, il est peut-être temps d’en profiter. Et puis je n’ai pas encore utilisé mes raquettes cet hiver.
Je choisis d’essayer de monter en voiture aussi près que possible du Lac du Forlet. Et de là, je monterai sur les Hautes Chaumes par le Soultzeren Eck.
Si la route du Forlet est praticable jusqu’au Lac, je me garerai juste en dessous du Lac. Et sinon, je monterai en voiture jusqu’à ce que la neige m’interdise d’aller plus haut.
Au vu du faible enneigement dans le Bas-Rhin et de la météo de ces derniers jours, je peux espérer pouvoir monter en voiture jusqu’au lac, tout en trouvant de la neige sur les hauteurs.
C’est peut-être le moment idéal pour y aller ?

Hop ! C’est parti !
Je quitte la D48 pour prendre la Route du Forlet vers l’altitude 630m. Au début, mes espoirs semblent se confirmer. La route est complètement sèche.
Assez rapidement la route devient piste mais est encore goudronnée à chaque virage en épingle. Chapeau !
C’est à l’approche de l’altitude 1000m qu’il commence à y avoir un peu de neige qui saupoudre la piste.
Et puis, dans le 2ème virage en épingle sous le Lac du Forlet, la piste est soudainement bien enneigée.
J’essaie de voir gentiment si ça passe mais ça patine. Je n’insiste pas. Demi-tour sur la piste qui est très large et je me gare un peu en dessous du virage, sur le bord de la piste.
J’ai de la chance. J’ai pu faire le plus gros en voiture. Il restait moins de 1km de piste avant d’atteindre le lac.

Départ de la rando vers 12h50.
Pour les raquettes, je les mettrai plus tard car c’est surtout le virage qui était enneigé ... Sinon, l’enneigement est irrégulier, faible et majoritairement inexistant.

Pour les conditions météo, c’est sans soleil mais dans le brouillard. C’est une ambiance mystérieuse que j’aime assez.

J’arrive rapidement au lac, qui est presque intégralement gelé. Seuls les bords ne sont pas recouverts de glace.
Le brouillard est assez épais. Sauf pendant un court instant, je ne vois pas l’extrémité ouest du lac (à l’opposé du barrage). Quant à la belle crête rocheuse qui surplombe le lac, on ne la devine même pas. Mais que l’ambiance est belle !

Je mange un peu à la table de pique-nique de l’autre côté du barrage, puis je rejoins la Ferme Auberge du Forlet (qui est fermée).
Je décide de chausser les raquettes 50m après l’auberge, au début du Sentier Robert Neunlist, qui permet de monter jusqu’à la crête au niveau du col entre l’Altenkraehkopf (1277m) et le Soultzeren Eck (1302m).
En effet, aussi loin que je peux voir, la neige semble désormais recouvrir intégralement le chemin. Et puis le pied s’enfonce de plusieurs dizaines de centimètres par endroits. Et enfin, je viens de croiser deux randonneurs qui les chaussaient.

Mais un peu plus loin, j’ai la surprise de tomber sur une portion de sentier de plusieurs dizaines de mètres, jonchée de gros cailloux et absolument dépourvue de neige !
Tant pis, j’enlève les raquettes, pour les remettre après cette portion.
Pendant toute la montée sur le Sentier Robert Neunlist, je vais régulièrement traverser des passages caillouteux et à l’enneigement très sommaire.
C’est sûrement le résultat des conditions de douceur de ces derniers jours. D’ailleurs la neige sur les branches fond et tombe et il y a beaucoup d’endroits avec de l’eau qui ruisselle.
Je croise même deux personnes qui me demandent, raquettes à la main, si ça vaut le coup de les chausser pour le reste de la descente. Mais je ne peux pas leur donner de réponse claire et nette ...

Une fois sur la crête, la question ne se pose plus. Toutes les personnes que je croiserai sur la crête seront à raquettes (mises à part deux personnes à ski).
D’ailleurs, ça fait drôle de voir les poteaux émerger si peu de la neige. Ce sont les poteaux des clôtures d’été qui délimitent le chemin à respecter pour ne pas abîmer la végétation des hautes chaumes.
Bien sûr, la couche de neige ne dépasse guère 50cm ou 1m, ce qui est très faible en comparaison des épaisseurs dans les Alpes, surtout cet hiver. Mais je n’ai pas l’habitude de contempler un tel spectacle.
J’apprécie vraiment d’avoir la chance d’être là en ce jour.

Une fois sur la crête, j’arrive vite au Soultzeren Eck (1302m), point culminant du Gazon du Faing, vers 14h30.
Avec le vent quasiment nul, les températures assez douces (proches de 0°C) et la montée en raquettes, j’ai beaucoup transpiré pendant toute la montée.
Pourtant, j’avais enlevé l’écharpe, ouvert la polaire et je n’avais pas mis le bonnet.
Du coup, même en essuyant mes cheveux trempés, j’ai un peu froid en prenant la fin du pique-nique. J’apprécie l’absence de vent car l’endroit est dépourvu d’abri.

Pour la suite, j’aimerais suivre le sentier qui longe les falaises, en direction du Taubenklangfelsen puis du Gazon du Faîte.
Le brouillard est plus que jamais de mise et je n’aperçois que peu le contour des falaises, à la faveur de dissipations locales et passagères du brouillard.
Est-ce envisageable de continuer dans ces conditions de visibilité faibles, incertaines et changeantes ?
OUI !... Et ce pour plusieurs raisons :

  • Je connais assez bien ce secteur pour l’avoir emprunté en septembre et en juin derniers.
  • Le chemin est bien marqué au sol dans la neige, par les nombreux passages précédents. Les traces n’ont pas été recouvertes par de la neige fraîche et les gens se sont peu écartés du chemin principal.
  • Le chemin est bordé par les poteaux qui dépassent suffisamment pour être visibles.
  • J’ai plusieurs cartes du secteur imprimées à partir de Géoportail et OpenTopoMap, ainsi qu’une boussole.
  • Ça ne fait qu’environ 2,5km à parcourir aller-retour.
  • Je ne suis pas le seul. Je croise des gens de temps temps (certes, c’est sans commune mesure avec la fréquentation des 2 fois précédentes mais psychologiquement c’est rassurant ...)

Allez ! C’est parti pour l’aventure et peut-être pour de bonnes surprises ?! Peut-être enfin du soleil ou du ciel bleu ?
Pour le soleil et le ciel bleu, ce sera non.
Mais il y aura effectivement de belles surprises à proximité de mes deux objectifs, avec quelques vues impressionnantes en contrebas des falaises et sur les corniches qui coiffent ces dernières.
C’est la première fois que je vois des corniches de neige en vrai et j’apprécie beaucoup. Grâce aux rochers, je sais jusqu’où je peux m’approcher du bord des falaises, sans risquer d’être précipité en bas avec une corniche.
C’est donc impressionnant mais pas inquiétant (ou presque pas ...).
Même si j’aime bien le côté magique du brouillard, et ce d’autant plus avec la neige, j’avoue que j’aurais volontiers apprécié que le brouillard se dissipe un peu plus par moments, pour m’offrir un aperçu plus net des corniches et du contour des falaises.
Mais je suis déjà très content de ce que j’ai pu voir et je ne ressens pas de frustration particulière.

Vers 15h50, je décide d’entamer le retour tranquillement, le soleil devant se coucher vers 17h15, heure locale.

À partir de la moitié de la descente sur le Sentier Robert Neunlist, le brouillard va commencer à se dissiper un peu et à ouvrir un peu la vue vers le haut des falaises au-dessus du lac, ainsi que de l’autre côté, vers le sud-ouest.
Je pourrai même voir un peu de mer de nuages en direction du sud-ouest.

Retour à la voiture vers 17h40.

En rentrant sur Strasbourg, je suis content d’apprendre que dans la plaine non plus, ils n’ont pas vu le soleil.
Et je suis content du choix que j’ai fait pour aller fouler la neige. Je pense que je n’aurai guère pu trouver mieux ailleurs en ce jour et que j’ai bien fait de profiter des conditions actuelles en ces lieux.
Je rentre avec de nouvelles expériences inédites pour moi et un bel album de photos épurées ... en noir et blanc à 99%, les rares couleurs étant à chercher du côté des panneaux d’information ...

Variations par rapport au topo

Je ne suis passé qu’à une petite partie des objectifs indiqués par le topo.
J’ai notamment zappé le Lac Noir et le Lac Vert.

En résumé, je me suis garé un peu en dessous du Lac du Forlet. J’ai contourné celui-ci par sa rive sud pour atteindre la Ferme Auberge du Forlet.
Puis je suis monté vers la crête par le Sentier Robert Neunlist. Ensuite, j’ai suivi le sentier sur la crête qui longe les falaises, en passant par le Soultzeren Eck, le Taubenklangfelsen et enfin le Gazon de Faîte.
Ensuite, retour par le même chemin.

Mon tracé sur Google Maps : Route du Forlet - Gazon de Faîte en aller-retour

La Rando en chiffres

  • Participants : 1 personne (moi seul)
  • Distance : environ 7,5km
  • Dénivelé : environ 335m cumulés
  • Pente moyenne : environ 9%
  • Altitude au départ : 1000m (Route du Forlet, 2ème virage en épingle sous le lac)
  • Altitude point bas : 1000m (Route du Forlet, 2ème virage en épingle sous le lac)
  • Altitude point haut : 1303m (Gazon de Faîte)
  • Durée de ce jour : 4h50 pauses comprises (de 12h50 à 17h40), en prenant tout mon temps.
Dernière modification : 31 janvier 2018