Mont Mézenc (1753m) par le versant nord – à raquettes Sortie du 31 janvier 2018

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une lutte de 2h00, mais que c'était beau.

Conditions météo

Doux au pied de la montagne, vent d’ouest glacial au sommet.
Conditions de neige dans le versant nord, mauvaises en bas et bonnes en haut.

Récit de la sortie

Le 26/01, la neige est tombée en abondance sur l’est du massif Central. Mais dès le lendemain, le redoux est arrivé. Cette neige ne va tenir très longtemps, il faut profiter de la moindre fenêtre de beau temps.

C’est le cas ce 31/01.
Avec le redoux, les routes ne sont plus blanches. Le petits murets de neige dus aux chasse-neiges fondent dans la journée et regèlent la nuit. Le matin, c’est très joli car le verglas luit au soleil. C’est aussi assez stressant de conduire avec de légers dérapages dans chaque virage.

Le lac de Saint-Front est entièrement gelé et un goéland solitaire est posé sur la glace. Il attend vraisemblablement que le dégel pour déjeuner.

Départ à 9h50 du col de la Croix de Boutières. En versant sud, la neige a déjà bien fondu.

À 10h38, je suis au pied de la raide combe. Des skieurs sont descendus et une vieille trace de raquette est visible. Elle ne me servira à rien, c’est l’œuvre d’un géant qui à pris droit dans la pente.

Sur le bas, le neige n’est pas bonne, pas assez durcie en profondeur. Au passage des ruisseaux de fonte et au voisinages des invisibles rochers, de petits ponts de neige s’affaissent sous les pas.

Sur le haut, vers 1600m d’altitude, la neige devient portante.

À 12h30, j’atteins le plateau sommital, après 2h00 de lutte. De nombreux randonneurs sont montés par la "Voie normale".

Je fais le tour des trois sommets et trouve un petit endroit en versant est pour une petite pause casse-croûte. Bien qu’à l’abri du glacial vent d’ouest, le Soleil est sans chaleur.

Le paysage est magnifique. Si le mont Blanc se cache, les Alpes sont visibles de la Vanoise au Ventoux. Le massif Central, lui, s’offre au regard dans sa presque totalité.

La descente par la "Voie normale", après d’innombrables passages est dure comme du béton. Il ne faudra que 40’ pour revenir à la Croix de Boutières.

Il est 14h20, des dizaines de personnes s’apprêtent à monter dont une classe d’écoliers.

Dernière modification : 3 février 2018