Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Temps typique de la Font d’Urle... couvert au début, un peu pluvieux, mais surtout venté. Du coup, les nuages sont partis... puis revenus... au moins il n’y avait pas de brouillard cette fois !

Récit de la sortie

Ha la la Font d’Urle ! On y était allé il y a maintenant bien 15 ans en été. Mais le site est réputé pour l’explosion de fleurs au printemps, en particulier les érythrones dent-de-chien, et je voulais vraiment voir ça !

Aussi a-t’on essayé d’y retourner l’année dernière. On a tenu 10 minutes ! C’est bien simple on voyait à peine les piquets du bord de la route tellement il y avait du brouillard, et le vent qui hurlait nous empêchait presque d’ouvrir les portes de la voiture. Du coup on s’était rabattu sur la prairie de Derbounouse (heureusement, on avait également été servi côté érythrones, scilles, crocus et jonquilles).

Bref ! Cette année c’est sûr, c’est la bonne. Météo France l’a assuré...

Après la magnifique route de Combe Laval et la forêt de Lente, nous voici à Font d’Urle. Il pleuviote, c’est couvert. Mais au moins il n’y a pas de brouillard. On tente notre chance.

Côté itinéraire, c’est une belle divagation sur le plateau, au petit bonheur la chance et en fonction de la flore. Ca n’a donc pas grand chose à voir avec le topo.

Au sommet du Puy de la Gagère, le soleil se montre, mais le vent aussi.

Descente directe et retour à la station en suivant le rebord de la falaise au plus près et en passant par la Porte d’Urle.

Pour la flore, 2 à 3 semaines trop tard à mon avis pour les (très !) nombreuses érythrones (Erythronium dens-canis), les crocus (Crocus vernus) et les scilles (Scilla bifolia). Bel aperçu néanmoins aux abords des quelques plaques de neiges résiduelles. Un peu tard également pour les jonquilles, sur la fin pour la plupart, mais des tapis impressionnants de Narcisses (Narcissus poeticus). Un océan de fleurs blanches. Magique. Très nombreux Orchis mâle (Orchis mascula) et d’Orchis sureaux (Dactylorhiza sambucina), majoritairement jaunes. Une destination tout simplement fabuleuse en cette saison.

Dernière modification : 30 mai 2018

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 26 mai 2018

Publiée le 30 mai 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 30 mai 2018 à 20h14

    Bonsoir,
    je pense aux gentianes à feuilles étroites pour les 1ères.
    Les secondes, ce sont les mêmes ?

  • par Le 30 mai 2018 à 21h12

    Merci Alain,
    Gentiana angustifolia c’est bien ce qui me semblait. Mais j’oublie toujours de regarder le feuilles en détail... Je le sais pourtant.

  • par Le 3 juin 2018 à 21h35

    Ouah les narcisses ! Je pensais en avoir vu des champs lors d’une récente sortie mais là.........J’adore ! Et toutes les autres aussi.
    Ces immensités donnent envie, à mettre au programme.

  • par Le 4 juin 2018 à 23h26

    Magnifique !
    Je voulais retourner dans le coin ce printemps, et voilà qui reveille mon envie. Mais il est peut-être un peu tard pour les erythrone dent-de-chien pour cette année. Je n’en ai jamais vu : j’ai une chance d’en trouver encore, début juin ?

  • par Le 5 juin 2018 à 08h35

    @vero > merci ! Début juin pour les érythrones à mon avis ce sera bien tard. C’était déjà fini à 90% fin mai, il n’en restait que proche des dernières plaques. Le boom de floraison a lieu dès la fonte des neiges. Cette année vers le 10 mai.

    D’autres secteurs (que je connais), où il y en a à foison : le plateau d’Ambel, la prairie de Debounouze dans le sud Vercors, et le plateau du Retord dans le Bugey. Pas autant qu’à Font d’Urle, qui reste, à ma connaissance, le top du top.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !