Abonnez-vous à notre newsletter !

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Soleil, peu de nuages, pas de vent.

Récit de la sortie

Retour d’une après-midi de surf sur la côte Atlantique, les vagues étaient chouettes bien qu’un peu molles, j’en ai plein les bras, mais ça ne vaut pas une bonne journée en montagne. Un SMS en attente de lecture « montagne samedi ? On ferait le Mt Aiguille »
On parle bien du mythique Mt Aiguille ? Celui qui me fait rêver depuis que je suis arrivé à Grenoble il y a 4 ans ? Impossible de refuser une telle invitation, de retour à Grenoble, je saute sur ma tablette pour étudier le topo de la voie normale. Rien de bien sorcier au regard des autres petites courses que nous avons fait cette année.

Nous nous mettons en marche vers 7h partant du parking de la Bâtie. Je n’aime pas spécialement les marches forestières, elles sont longues et on n’y voit que des arbres. Nous arrivons au départ de la voie vers 8h30 c’est tôt, mais encore pas assez. Il y a déjà 2 cordées devant nous. Nous nous équipons et attendons une dizaine de minutes que la cordée suivante s’engage dans la voie.

A notre tour de nous engager dans la voie. Premiers pas pour l’ascension proprement dite du Mt Aiguille, nous y sommes !
Nous avons formé 2 cordées de 2 et décidons d’évoluer en corde tendue le plus possible pour ne pas perdre de temps. Quelques passages nécessitent tout de même davantage d’attention et nous nous assurons à la taille ou au reverso. Nous échangeons régulièrement nos positions en premier ou deuxième de cordée.
Plus bas, la cliente d’un guide abandonne à la fin de la première longueur. « Ce n’est pas pour moi » qu’elle dit. Belle prouesse d’avoir tout de même essayé !

Un des avantages de cette voie en ces périodes de grande chaleur, est qu’elle est totalement à l’ombre au moins jusqu’à 12h ce qui permet de grimper au frais jusqu’au plateau sommital.
Je suis épaté par l’étonnante facilité de la voie. Un gros câble gâche un peu le parcours et je m’efforce de ne pas l’utiliser mis à part pour poser un point d’assurage. Le cheminement est vraiment très ludique, alternant vires, pas d’escalades et cheminées. Nous nous faisons même doubler par un solide gaillard évoluant en solo.
Après une dernière grande cheminée, c’est avec un peu d’émotion que nous débouchons sur le plateau baigné de lumière. Nous remballons la corde pour randonner jusqu’au sommet.
La vue est surprenante et nous nous attardons près d’une heure.

13h, il est temps de redescendre, nous ne le savons pas encore mais nous allons mettre un temps infernal pour boucler la voie.
Nous voici devant la stèle marquant le début de la voie de descente. Un immonde couloir terreux et pierreux des plus infernal à descendre. Passé les premières dizaines de mètres, nous passons en encordement court puisque le terrain ne permet de toute façon pas de poser des points.
Plus haut des bouquetins nous balancent des pierres sur la figure, nous nous cachons derrière un gros rocher en attendant que la tempête passe.
Nous arrivons enfin au premier rappel, qui est déjà occupé par une première cordée. L’accès est mal commode et un peu gazeux. Un spit muni d’un mousqueton à doigt permet de s’assurer correctement pour descendre en sécurité au relais et installer le rappel.
Pendant que nous nous préparons à descendre, un gars installe 2 cordes, dont même des rats affamés ne voudraient pas, directement sur le mousqueton à doigt et commence à faire descendre ses clients/copains là-dessus.

Bref, nous voici au pied du premier rappel, le gars a l’air de connaitre le terrain et nous enjoint à descendre plus bas pour le second rappel. Nous l’écoutons sans trop nous préoccuper de la vérité, qui elle, nous aurait dit de remonter dix mètres à droite pour trouver 4 relais. Nous voici en haut d’un rappel secondaire qui emprunte en fait une voie de montée. Prenant mon courage à deux mains, je descends le premier dans ce qui sera le rappel le plus infâme de ma courte carrière. Il faut absolument serrer à gauche pour ne pas finir au fond de la faille mais la corde m’entraine à droite. Je dois jouer de technique et d’adresse pour tomber exactement au bon endroit sur le petit promontoire avant de sombrer dans les profondeurs de la faille.
Fort heureusement, je peux bricoler un savant montage pour éviter aux copains de subir le même tirage.
Une fois les 4 compères en bas, nous découvrons que le vrai rappel arrive dix mètres plus loin et qu’il a l’air nettement plus marrant.
Moralité, quand un type utilise des cordes à en faire fuir les mites, ne pas l’écouter.

Encore quelques pas de désescalade et nous voici de retour sur la vire au pied de la voie. Fin des difficultés, nous nous déséquipons.
Il est 17h et nous devons être à Grenoble pour 19h mon compagnon de cordée doit récupérer du matériel de canyoning pour le lendemain. S’ensuit donc une séance de trail, une chute monumentale sur des cailloux glissants, un poignet en vrac pour finalement arriver à temps avant la fermeture d’Espace Montagne.

Dernière modification : 14 septembre 2018

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Lumière d’adret

Windsurfeur vendéen expatrié depuis quelques années aux portes des Alpes. Je suis arrivé ici à la suite d’une PUB « Vivez la montagne » et je dois dire que je ne suis pas déçu du voyage. Le coin avait l'air joli et propre alors j'y ai posé ma valise. Le monde parait beaucoup moins impressionnant vu d’en haut (...)

Randonnée réalisée le 8 septembre 2018

Publiée le 14 septembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 17 septembre 2018 à 09h06

    C’est le genre de texto inattendu qui fait plaisir ! Bravo pour l’ascension de ce sommet légendaire qui me donne bien envie d’y retourner 8 ans après.
    J’espère que le gars qui fait descendre des gens sur des cordes usées n’est pas un guide parce que ce ne serait pas très pro...
    Dommage pour le 2ème rappel raté, parce que le vrai est ludique et garanti 0% galère : 45m de descente en fil d’araignée avec le bonhomme qui tourne et le sac à dos qui pend sous les jambes :)

  • par Le 20 septembre 2018 à 22h16

    Encore un texte bien sympathique à lire, et merci pour ces photos de ce plateau que je rêve de parcourir mais qui n’est hélas pas à ma portée........

  • par Le 21 septembre 2018 à 19h08

    Merci !
    Je pense qu’avec un guide un tant soit peu pédagogue, un soupçon de condition physique, et une once de souplesse, cette jolie course mythique est à la portée du plus grand nombre.
    J’aimerais bien la refaire en hivernale pour une photo que j’imagine bien, mais là, c’est une autre paire de manches ...

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !