Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Grand ciel bleu, températures chaudes malgré une brise de plus en plus marquée au fil de la journée.

Récit de la sortie

Célébrer l’automne à plus de 3000m, c’est un peu demander à la nature de patienter encore un peu, de nous laisser gambader dans ces secteurs sauvages et solitaires bientôt promis à la neige, et rendus inaccessibles. Le Pic du Mas de La Grave est un 3000 somme toute facile, sa seule difficulté résidant dans un parcours final sur une crête schisteuse nécessitant un minimum d’attention. Mais l’important, c’est le chemin. Du Plateau d’Emparis qui s’éveille à peine, on déambule presque timidement dans ce vallon moutonnier, avant qu’enfin, en plein soleil, le géant du jour ne se révèle.

On laisse les marmottes à leurs conciliabules pour attaquer une deuxième partie de montée minérale autant que soutenue, donnant l’impression d’être à des années-lumière de ces alpages débonnaires. Mais on monte, les cairns nous aidant à tracer la route, pour atteindre ce sommet à 3020m, 20 petits mètres qui apportent une bonne dose de satisfaction. Lister les sommets constituant le panorama serait faire injure à la beauté des lieux. Pas besoin qu’on la nomme, il suffit de l’apprécier, longuement, dans cette petite brise qui amoindrit la morsure d’un soleil bien virulent à cette altitude.

Cela pourrait suffire, mais non, un sommet en appelle un autre, surtout si le cheminement permet de faire une boucle. De retour dans le vallon, ce sera le Gros Têt, cette montagne à moutons culminant à 2613m, et son petit frère une centaine de mètres plus bas. Ici, on est surtout frappé par la vue de la Meije et ses glaciers suspendus, qui bouchent l’horizon et nous remettent à notre place de fourmis.

La descente sur le plateau s’effectue avec pour seul bruit celui des torrents dégringolant de ces glaciers si proches. On retrouve la civilisation en même temps que le sentier, après avoir eu l’impression pendant près de 20km (et 1300 D+) que ces sommets n’étaient là que pour nous, et que nous étions les seuls à fouler ces alpages originels. L’automne commence bien.

Dernière modification : 23 septembre 2018

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Installé depuis 2009 en Chartreuse, je ne me lasse de ces découvertes montagnardes qui éblouissent les yeux et remplissent l'âme.

Randonnée réalisée le 23 septembre 2018

Publiée le 23 septembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 24 septembre 2018 à 22h37

    Très belles photos Guillaume, et belle narration. Tu donnes envie d’y retourner !

  • par Le 29 septembre 2018 à 09h57

    Pas mieux à dire ; que de bons souvenirs !
    Merci pour le partage.

  • par nanouLe 30 septembre 2018 à 17h21

    belle photos , c’est un vautour il y en a sur tous les alpages hier ça planait sur le bellacha because brebis dessous

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !