Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 27 septembre 2018 par bibox Aiguille de la Grande Sassière (3747m)

L'Aiguille de la Grande Sassière se mérite. Le parcours ne présente pas de danger de terrain en fin de saison mais l'altitude est redoutable pour le souffle et les muscles, surtout si l'on n'est pas bien acclimaté. C'est très haut alors qu'il manque seulement 253m pour être à... et on ne monte pas en téléphérique. La récompense est l'un des plus grandioses panoramas qu'il m'ait été donné d'admirer. On ne compte plus les massifs et les cimes à identifier. Du Cervin à la Meije, du Viso au Mont Blanc, avec la Grande Casse et la Vanoise comme élément central.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Anticycloniques et optimales pour gravir ce très haut sommet, sans aucun danger, en mode rando et profiter du panorama. Chaleur dès les premiers rayons du soleil.

Récit de la sortie

Et l’Oscar du plus beau panorama de l’année va à... l’Aiguille de la Grande Sassière ! Les conditions étaient parfaites et pour la première fois, j’ai posé mes yeux sur le Cervin et le Mont Rose, en connaissance de cause !

La fenêtre qui permet d’atteindre le sommet en mode randonnée n’est pas très large, de fin juillet à septembre, mais ce doit être la cime la plus haute en France qui puisse se gravir tout du long sur une sente bien tracée. On dirait que cette montagne a été posée là exprès pour qu’un maximum de personnes puissent jouir de la vue sans passer par les cases cordes, baudards ou crampons.

Bien sûr, battre mon record d’altitude ici c’est presque de la triche mais je n’ai pas pu résister à une telle altitude et la promesse d’un tel spectacle. Cela prouve surtout la futilité de ce genre de considérations et si j’ai encore envie de jouer à ce jeu-là, je ne vois plus que le Pic Coolidge ou le Mont Viso qui puissent s’envisager en rando mais avec un tout autre niveau de difficulté.

Cette ascension me rappelle celle du Grand Ferrand avec ses 1500m de dénivelé. Dans le Dévoluy, je partais de 1200m pour atteindre 2759m. Là c’est pareil mais avec 1000m de plus. C’est raide tout du long avec quelques plateformes pour se reposer un peu.

Et que ce fût dur ; elle se mérite quand même cette esthétique aiguille ! J’ai souffert de l’altitude et j’étais tellement vite épuisé. Le genre de journée qui fait baisser la confiance en soi. Se faire rattraper par des coureurs qui montent en 2h m’a mis un coup au moral. Depuis, j’ai relativisé. Déjà, je suis pas du tout un trailer et je l’assume. Ensuite, si je regarde la configuration de la semaine qui m’a amené là haut, je comprend mieux.

Quelques clopes alors que je ne fume pas d’habitude. J’ai enchainé les nuits de moins de sept heures à me coucher super tard à cause d’altituderando bien sûr. Mais surtout, la veille au soir, je partais de chez moi en vallée du Rhône, à 200m d’altitude, vers 19h45, pour me retrouver après 4h de route à Tignes. Je crois n’avoir jamais aussi mal et peu dormi dans ma voiture, cette nuit-là. À 11h30, je me retrouvais à 3747m. C’était un peu violent...

Mais cela en valait la peine. Je n’avais jamais dépassé La Plagne et les paysages que je découvre sont tout nouveau pour moi. Je suis fasciné par le versant italien du Mont Blanc ; de pouvoir distinguer des lieux mythiques tels que le Pilier Central du Frêney, les Aiguilles de Peuterey, le glacier de la Brenva, le Grand Capucin sous le Mont Blanc du Tacul. Théâtres des exploits et des drames de Walter Bonatti et bien d’autres. On voit clairement aussi la Dent du Géant et les Grandes Jorasses.

Les montagnes sont toutes plus belles les unes que les autres et l’élégante Tsanteleina, juste à côté, m’a vraiment tapé dans l’œil. Le Grand Paradis, les glaciers italiens et la Haute-Maurienne aussi bien sûr, derrière le col de l’Iseran et j’avais envisagé de réaliser le lendemain un des plus beaux objectifs vus sur ce site, l’Albaron par le Colerin. Je n’en aurai pas le temps et il m’attendra, peut-être l’année prochaine.

Dernière modification : 3 octobre 2018

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonneur avec de l'alpinisme F à PD dans la tête. J'aime les grandes boucles et les sommets. J'essaye de progresser en géographie alpine.

Randonnée réalisée le 27 septembre 2018

Publiée le 3 octobre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 3 octobre 2018 à 16h23

    Belle saison mon gars !
    Je te confirme que la Grand Sass est le plus haut sommet des Alpes avec un sentier, plus haut, c’est plus montagnard.
    Merci pour ton avis sur la voie de l’Albaron...

  • par Le 3 octobre 2018 à 18h59

    Merci Alain !
    Ça me touche beaucoup un "belle saison mon gars" de votre part :)
    J’ai fêté en septembre mon premier anniversaire de randonneur assidu et quelle année passionnante. Sur que je connais mieux les Alpes maintenant.
    Le seul petit truc qui me gratte, c’est de ne pas avoir fait le Puy Gris. Merci pour l’inspiration et tous vos topos qui correspondent, je crois, très bien à mon style aussi.
    @+
    Rémi

    ps : vous lirez peut-être des sorties de ma part dans les Alpes valaisannes lors des prochaine saisons :) !

  • par Le 9 octobre 2018 à 06h48

    Ha cette Grande Sassiere, magnifique ascension que j’ai eu le plaisir de réussir début Septembre. Ils sont chouettes ted récits.
    Le parapentiste est un copain. Le décollage de ce sommet n’est quand meme pas donné : https://m.youtube.com/watch?feature=share&v=mM2vxH8NQ4M

  • par Le 9 octobre 2018 à 08h50

    Merci Antoine. J’ai vu ta sortie aussi. Excellente sa vidéo et ça me fait trop plaisir de la voir ! J’ai écrit le récit de cette rando tellement vite que j’ai oublié de raconter l’histoire du parapente ! On est bien resté 2h ensemble au sommet ce jour là et c’est moi que l’on voit à côté de la madone. J’étais placé derrière la voile, à crête, pour lui indiquer quand je ne sentais plus de vent du tout, pour le départ. Puis il a mis les watts ! Le gars est bien sympa.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !