Sortie du 18 novembre 2018 par Jipé Le Blayeul (2189m) versant ouest, par Sigonce

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Beau sans nuages et frais 7° à 13h , 11/12° max et 2° au retour.

Récit de la sortie

Enfin les nuages et brumes nous quittent pour laisser la place à un magnifique ciel bleu, ça nous manquait beaucoup, vite une petite balade ça risque de ne pas durer.

Une fois la brume partie je mange vite un morceau et direction Barles pour explorer la crête au Pas de Blayeul, l’idée est de voir s’il est possible de monter au sommet "le Dou" par un itinéraire un poil plus ludique.

Sur la route j’aperçois beaucoup de chasseurs, je me rends compte que je n’ai pas pris de gilet pare-balle ni de casque en acier !! ... Plus tard je me rendrai compte que la blague aurait pu ne pas être drôle !

En arrivant sur Sigonce je croise les moutons redescendus dans les bas-pâturages, avec la nouvelle génération d’agneaux tous frais pondu, c’est trop mignons ces p’tites choses-là !

13h sur la piste, je rase les arbres sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller d’éventuels tireurs embusqués ... Sur le chemin j’aperçois un chamois qui joue à cache-cache puis détale rapidement, avec ma polaire rouge (anti-agression) j’ai dû l’effrayer.

Passé la petite Bergerie de La Bâtie (100m environ), au grand virage je quitte la piste direction la crête, noté sur la carte IGN "Le Pas de Blayeul", une petite colline a grimper, puis on redescend un peu et on remonte dans un petit pierrier.

Attention la roche en arrivant en haut est un peu friable, il faut mettre les mains sur quelques mètres mais rien de bien difficile. Une fois sur la crête reste à suivre les traces des animaux, impossible de se perdre, la dernière portion est pentue, comme à la Grisonnière, herbe et caillasses agrémentent la montée.

Une bande d’échassiers passent dans le ciel pour une grande rando vers des cieux plus cléments, superbe instant.

A environ 1900 m, presque au sommet du Dou, j’aperçois des volatiles au sol qui crapahutent jusqu’en haut, de la taille d’une poule faisane, mais c’est autre chose, je n’ai pas eu le temps de sortir l’APN elles/ils avaient disparu ...

Je pose mes fesses sur le sol dur et gelé pour souffler et faire des photos tranquillou, quand j’entends 4 coups de fusils et des plombs qui passent au-dessus de ma tête !! Gloups ! Cékoiça ! Du coup je repense à ma blague du casque en acier de Tolède du XIII ème siècle négligemment oublié à la maison ! Vingt Diou les cons ne sont pas loin et ne me voient pas !

Je gueule un coup, pas de réponse, je décide donc de m’arrêter là pour aujourd’hui, à regret, mais le risque qu’ils prennent l’enfant du bon Dieu pour un canard sauvage me tente moyen ! Et contourner par le versant Nord encore plus pentu ça risque d’être raide pour un "faux montagnard" et surtout être long, le soleil entame déjà sa descente. Je reviendrai une autre fois, tant pis !

Tranquillement, enfin presque, je redescends tout en me régalant d’admirer le soleil disparaitre derrière les Cloches de Barles, les couleurs embrasent le paysage, c’est juste magique !

  • J’ai rajouté le tracé en bleu sur la carte.

Tracé IGN

Dernière modification : 20 novembre 2018

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Sculptures

Randonnée réalisée le 18 novembre 2018

Publiée le 19 novembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 19 novembre 2018 à 12h32

    On a failli perdre Jipé !
    Les pro-chasse, je vous écoute !
    Bravo pour le migrateurs. peut-être des grues.
    Photo 27 : au centre au dessus de la brèche apparente, c’est le Sirac. Toute la clique à droite...

  • par Le 19 novembre 2018 à 13h12

    C’est franchement inquiétant !
    Dans le massif des Bauges on se promenait sur un GR un mercredi matin.
    On entend tirer deux fois d une façon relativement lointaine. On décide de continuer et j ai crié plusieurs fois pour signaler notre présence. Les tirs ont continué de plus belle en se rapprochant. On voit ensuite un sanglier courir dans notre direction.
    C’est vraiment trop anxiogène on redescend en courant au milieu de la ballade. On est en colère mais content d etre en vie.
    C’est évidemment la dernière fois que je m y risque en période de chasse tellement c’est effrayant.
    Cela revient à la privatisation de la espace naturel par quelques uns.

  • par Le 19 novembre 2018 à 13h22

    Dans les Bauges, on pourrait se croire à l’abri , c’est une Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges.
    Mais pas du tout !
    Pub : https://www.chasse.onf.fr/domaine/reserve-nationale-de-chasse-et-de-faune-sauvage-des-bauges/

  • par Le 19 novembre 2018 à 15h44

    Eh oui il y a le parc, la réserve qui à l’occasion sert de terrain de chasse stage pratique ? pour "limiter la prolifération" du gibier (on a la contraception que l’on peut) on rencontre aussi ce type d’avertissement https://www.altituderando.com/IMG/jpg/3/5/4/plan_molard_2018-10-17_002.jpg

  • par Le 20 novembre 2018 à 10h45

    Bonjour, merci pour vos coms,
    oui c’est inquiétant de voir que l’on puisse tirer sans avoir la moindre visibilité sur la trajectoire de ses cartouches ou balles ... on a pas fini d’avoir des accidents avec ces fadas de la gâchette !

    J’ai eu la trouille !

    Merci Alain pour le Sirac, je vais rajouté sur la photo, bravo pour votre topo, magnifique ce coin !

  • par Le 20 novembre 2018 à 18h23

    Comme Alain je pense à un vol de grues par leur façon peu organisée c’est toujours sympa d’en voir

  • par Le 20 novembre 2018 à 22h57
  • par Le 21 novembre 2018 à 13h46

    Merci hereme pour la vidéo, c’est tout à fait ce que j’ai vu, un vol "groupé" mais une organisation qui bat de l’aile, si je puis dire, une approche de la discipline et de la géométrie du vol migratoire digne de grues gauloises et réfractaires.

    Je ne voudrais pas créer de polémique chez nos amis migrateurs mais il faut avouer que les oies et les canards montrent plus de "sérieux" dans cet exercice ! ;-)

  • par Le 21 novembre 2018 à 22h14

    C’est parce que leurs pattes palmées leur servent de gouvernail.

    Note : le cri de la grue cendrée est audible jusqu’à 4 km.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !