Sortie du 7 janvier 2019 par Pascal Pointe du Midi (2364m) en boucle

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau au-dessus des nuages bas, assez fins mais tenaces, culminant vers 1650m. Frais, petit vent du nord sur les crêtes.

Récit de la sortie

C’est peut-être la journée à ne pas rater de l’hiver : Grand beau au-dessus d’une mer de stratus condamnant les vallées à la grisaille glaciale, alors que les sommets baignent dans la blancheur ensoleillée entre neige et nuages...

On se libère dès qu’on peut... En chemin, quelques hésitations sur l’objectif du jour, ou plutôt des quelques heures qu’il en reste. Un sommet des Aravis ? Mais les froides combes ne voient guère le soleil en début d’hiver. Le Merdassier ? Déjà fait il n’y a pas longtemps. Bon, il reste les Bornes, destination habituellement ignorée en hiver à cause des raides pentes, mais où la vieille neige regelée en profondeur est ces jours-ci particulièrement sûre. C’est l’occasion d’aller voir là-bas en cette saison inhabituelle.

Départ vers 14h des hauts du Chinaillon, la route du col de la Colombière fermée devant être montée à pied. Cela fera un petit échauffement avant de commencer l’ascension. On monte donc dans les nuées discontinues offrant une magnifique ambiance hivernale, avant de laisser finalement les nuées en remplissage cotonneux bouchant les vallées juste au-dessus du col...

On chausse les crampons, rien de tel pour affronter les pentes de neige dure. Contournement du chalet de la Colombière par les collines au sud pour éviter les raides dévers de l’habituel chemin en balcon. Puis la montée dans la combe... Déjà bien fréquentée par les skieurs, elle a plus l’apparence d’une piste noire. On la montera tout droit dans la pente grâce aux crampons. Cuisses, mollets et chevilles chauffent, mais c’est rudement efficace...

Au vu des excellentes conditions, l’objectif "optimiste" du jour se fait réaliste. Direction la raide pente sous la porte d’Enfer. On range les bâtons et on sort le piolet. Si il n’est pas du tout nécessaire pour la progression, cela reste tout de même le seul outil pouvant bien s’enfoncer dans la neige dure et offrir un appui sûr pouvant empêcher une glissade en cas de faux-pas... En tout cas, la montée est bougrement plus rapide et agréable que dans les dévers terreux glissants et la caillasse instable de la version estivale.

La porte de l’Enfer sera celle menant au paradis... La vue s’ouvre sur l’autre versant montrant la vallée en mer de nuages sur fond de Haut-Giffre étincelant... Plus haut, les pentes se laissent facilement monter. On fera juste attention aux crevasses de neige parfois profondes créés par quelques fissures soufflantes. Un dernier petit passage alpin, finalement plus facile en version "glace & crampons" qu’en version "roche patinée", et voilà le sommet...

16h, la vue est magnifique... Tout est lumineux, la blancheur de la mer de nuages ayant remplacé le gris des vallées. D’un côté, les massifs alpins enneigés étincellent, entrecoupés de quelques fjords remplis de nuages ourlés, alors que de l’autre côté, la riviera parsemée de quelques îles laisse place à un océan cotonneux qui s’étend à l’infini... Casse-croûte et gros boulot photo, on prendra même le temps de faire un panorama...

Le soleil descend, la lumière se colore, les ombres s’allongent... C’est tellement beau, on va rester jusqu’au coucher de soleil.

17h15, le soleil se couche, c’est l’heure de descendre. En crampons c’est facile est rapide, même si il faut quand même assurer la progression car une glissade serait malvenue. Et, sous la porte de l’Enfer, la pente se dévale tout droit. Puis on descend dans la combe au plus court, droit dans la pente... C’est tellement plus rapide et agréable que l’habituel sentier de caillasses patinées qu’on affronte en été... Du sommet au col sans se presser en à peine plus de 45min, un record !

Une soudaine bouffée d’air froid et humide, on replonge subitement dans les nuées juste au-dessus du col... Il n’y a plus qu’à redescendre la route du col dans le brouillard. Il fait maintenant bien sombre, l’ambiance est lugubre... Fin de la balade vers 18h30.

Dernière modification : 11 janvier 2019

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Randonnée réalisée le 7 janvier

Publiée le 11 janvier

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 11 janvier à 09h11

    Photo 43 : effectivement !

    Énième coucher de soleil de feu, énième mer de nuages, énième contemplation derrière mon écran ! Merci Pascal, ça touche le merveilleux !

  • par Le 12 janvier à 06h42

    Magnifique photo n°50, merci !

  • par Le 14 mars à 16h45

    tu as déjà rentré tout plein de sorties avec de tels couchers de soleil hivernaux, mais à chaque fois c’est la même magie. que c’est beau ces iles dans l’océan !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !