Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 23 juillet 2019 par vermatoiz Refuge et lac de la Muzelle – Col de la Muzelle (2613m)

Ce col de la Muzelle, gravi par le versant Valsenestre, est un mur... Je voulais voir ce que ça donne à partir du refuge... j'ai vu ! C'est aussi un mur ! Mais quel paysage grandiose au sommet... Et ce lac est une merveille, c'est au moins la cinquième fois que je le visite !

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Très beau, très chaud avec petit vent bienvenu à partir du refuge.
Terrain (très !) sec.

Récit de la sortie

Personne pour m’accompagner ce jour, toutes mes copines de randos sont parties en vacances... Que faire ?

Je pars un peu tard de chez moi, c’est un peu plus dur de me motiver quand je pars seule, et j’ai encore changé d’idée au dernier moment !

J’avais fait le col de la Muzelle trois ans en arrière par Valsenestre, je vais aller voir ce que ça dit du côté du lac du même nom...

9h à Bourg d’Arud, je démarre sous un soleil déjà chaud, heureusement une bonne partie du parcours est longtemps à l’ombre, mais en sous-bois il fait lourd...

La pente est vite soutenue, et ça ne faiblira presque jamais !

C ’est bizarre, il semblerait que les pentes se relèvent chaque année, quel phénomène étrange... Je pense que certains comprendront ce que je veux dire !

À la sortie du bois, le sentier s’adoucit et s’engage dans une longue traversée en surplomb du ruisseau de la Pisse et face au Clos du Selat, dans un cirque superbe.

J’arrive à la passerelle où je fais une petite pause et taille une bavette avec deux dames bien sympas que j’avais rattrapées.

Je sais que la seconde partie est bien raide aussi, et je me souviens de ces marches pas trop commodes... Allons-y.

Je monte tranquillement, les marches sont un peu pénibles mais je les évite autant que possible, le paysage est magnifique... Et il fait chaud !!!

Après les marches, la tourbière, je ne suis plus très loin du lac, j’y arrive à midi.

J’ai un peu mal aux jambes, il est tard, aller au col ou pas ? Ou bien le col du Vallon ? Ou bien le col de la Coche de Lanchâtra, que je voudrais bien faire un jour ?

La solitude n’est pas toujours bonne conseillère, je décide de m’en tenir à ce que j’ai annoncé chez moi avant de partir, c’est plus prudent...

Me voilà donc partie pour le col de la Muzelle, cet espèce de monstre qui se dresse là-haut tout au fond...

La traversée du vallon est agréable, une petite brise bienvenue souffle depuis que je suis arrivée au lac, c’est respirable.

Peu à peu, la pente s’accentue (je vous l’avais dit !), la verdure se raréfie, la caillasse devient l’élément principal.

Le paysage reste ouvert et c’est toujours aussi beau !

Mais que c’est raide ! Et qu’il fait chaud !

Petit coup de mou dans la partie la plus raide, petite pause fruits secs et eau, et je me rends compte que ça va être juste pour l’eau justement... Heureusement j’ai vu un point d’eau au refuge, mais j’économise quand même, on ne sait jamais.

La dernière partie en lacets dans les schistes est un peu moins dure, mais il me tarde d’arriver au sommet.

Trois messieurs sont là et m’encouragent, ça fait plaisir, et c’est en plaisantant que je débouche au col !

Une bonne pause, quelques photos, un tour d’horizon de l’autre versant en me nommant les sommets que je connais, je grimpe un peu sur une pente pour trouver un coin pour manger, mais finalement c’est trop inconfortable (que des pics !) et je n’ai même pas très faim...

Je décide donc de redescendre chercher un coin repas plus accueillant et prend le chemin du retour... qui sera long, je le sais !

La descente est rapide, toujours dans la chaleur, je me dis qu’il me faut de l’eau, de l’air, et de l’herbe...

Je trouve mon bonheur un peu avant le lac, près d’un ruisseau qui traverse une belle pelouse, accessible et aéré, le rêve !

L’eau est tellement glaciale que je ne peux y laisser mes pieds longtemps, c’en est douloureux, mais je m’asperge plusieurs fois et ça fait du bien !

Après 45mn de repos (il me fallait bien ça !), je repars vers le refuge où je ferai le plein d’eau, puis je remonte la petite côte pour rejoindre la tourbière (ça fait le même effet que la remontée de la Lavey, pour ceux qui connaissent ; l’avantage, là, c’est que c’est au début du retour...), et enfin je retrouve les marches, la passerelle, la traversée en balcon, le bois... le tout agrémenté de plusieurs rencontres avec des gens qui montent dormir au refuge (va y avoir du monde !) et de quelques échanges sympathiques... Après une journée de 9h en solitaire, on parlerait aux arbres !

18h, je retrouve ma voiture surchauffée, je bois un coup d’eau du refuge, encore relativement fraiche, et je repars à la maison, cuite mais enchantée !

Je m’en doutais, mais maintenant je le sais, le col de la Muzelle, c’est pareil des deux côtés, un mur !

Dernière modification : 25 juillet 2019

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

"Les vraies merveilles ne coûtent pas un centime. La marche nettoie la cervelle et rend gai". SAMIVEL (Le Grand Oisans Sauvage)

Randonnée réalisée le 23 juillet

Publiée le 25 juillet

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 27 juillet à 21h55

    Hello Nadine !

    Pour l’avoir fait dans les deux sens (Valsenestre —> Col de la Muzelle —> Refuge de la Muzelle —> Col de la Muzelle —> Valsenestre ... dans la journée), il y a quelques dizaines d’années certes, je pense que le versant Valsenestre est bien plus ’mur’ que l’autre versant. Mais avec les températures hyper chaudes en montagne, les pentes très raides deviennent des ’murs’.
    La ’mousse’ devait être bonne à l’arrivée !

    A+

    Jean-Marc

  • par Le 28 juillet à 18h23

    Même pas de mousse ! Je ne vais pas au bistrot quand je suis seule....lol ! Non mais je n’avais qu’une idée, une bonne douche !
    Je suis d’accord, c’est plus "mur" côté Valsenestre, mais j’ai trouvé que ça durait moins longtemps ! Je pense aussi que la chaleur a dû faire son effet.... En tout cas, ça reste une superbe sortie, quel que soit le côté....

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !