Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 4 août 2019 par Mick1018 Grand Galibier (3228m) par le Col du Galibier et l’arête sud-ouest

Un itinéraire final baigné de roches rouges / violettes qui laissent quelques places aux teintes vertes et jaunes. On ajoute le panorama environnant et on obtient une voie magnifique. Le pierrier sous le sommet, il faut y passer tôt où tard, c'est imbuvable, il faut bien "souffrir" un peu.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Sac de Couchage - Active 10 Vibrant (...) PROMO

    65 € 55 €

  • Doudoune à capuche, en duvet d’oie - (...)

    300 €

  • Chaussures de randonnée - Homme - (...) PROMO

    200 € 160 €

  • Sac à dos de Randonnée, Lowe Alpine, (...) PROMO

    180 € 135 €

Conditions météo

Beau, pas de vent, température de saison.

Récit de la sortie

Après le bivouac calvaire la veille, celui que nous avons passé au niveau du col du Lautaret fut excellent. Nous avons bien dormi et sommes en bonne forme pour rejoindre le col du Galibier, départ de la randonnée.

Nous choisissons de suivre le fil de l’arête qui passe notamment par le Petit Galibier. Seule l’arête de la Pointe de la Tête Noire que nous ferons au retour ne sera pas foulée.

Au col du Clot Julien nous choisissons l’itinéraire qui passe en versant nord. Au niveau du col après le "couloir de sable mouvant raide" (topo) nous ferons deux erreurs :

  • Pas de bascule en versant sud. Nous filons droit vers les cimes, ça passe bien. Une pente rocheuse et herbeuse plutôt main droite mène à un étroit couloir assez végétalisé. Une corde enroulée sur un bloc 10m avant doit peut-être servir de relais ? L’itinéraire ne paraît pas insurmontable mais une corde et quelques sangles n’auraient pas été du luxe. Nous faisons demi-tour.
  • Au col, à vue cela semble foireux de traverser de suite et nullement n’est mentionné dans le topo la descente du couloir. Je devine une pente d’herbe qui part au milieu du couloir. Je me doute qu’il y a un truc qui cloche mais tant pis, tous les chemins mènent au Galibier. Nous descendons ce raide couloir, je remonte main gauche un très raide couloir d’herbe (ma tension monte, je prie pour qu’un piolet apparaisse, en vain). J’arrive sur la trace de chamois, sûrement 20m après le col. Il fallait bien prendre le passage direct au col que je ne sentais pas à vue... Marine me rejoint par un 3ème itinéraire, moins expo, quel fiasco pour le moment.

Nous voilà sur une sente de chamois, ce que nomme Rapha dans son topo "un surprenant sentier". Une petite mise au clair : cet itinéraire est très vivement déconseillé à la descente et un piolet est plus que recommandé dans le sens de la montée.

Le sentier de chamois quand il est plat demande concentration mais ça passe. La partie ascendante par contre, c’est mortel. De la terre sèche/poussiéreuse avec des petits / minuscules et rares rochers incrustés qui servent de prises. Et une glissade qui vous envoie au paradis en aller simple, voilà l’ambiance. Je suis en état de stress, j’espère que cette sente mène quelque part car descendre par là c’est un ultime recours, j’insiste. La dernière portion est plate, ouf ! Vigilance toujours mais il y a la place minimum pour passer, juste comme il faut. Nous voilà arrivés à un superbe col jaune terreux.

Nous longeons les parois des gendarmes et gravissons le pierrier, ce n’est vraiment pas une partie de plaisir ! Les cairns apparaissent au dernier moment, j’ai eu le doute jusqu’au bout de trouver le départ de la voie.

L’attaque classique de la cheminée se fait main droite contre la paroi (cairn) mais 10m à gauche (cairn également), il y a un départ plus grimpant, c’est celui que je prendrai. Marine testera la cheminée par un autre endroit que Rapha histoire de préparer la descente. Le point d’arrivée des 3 est le même.

La suite est assez bien cairnée avec des traces de passage. Les couleurs apparaissent, c’est superbe. Forte dominance rouge à violet mais quelques teintes verte où jaune sont également présentes. C’est incroyable vu du bas qu’un itinéraire passe là dedans et en plus il est peu difficile (nécessite quand même une aptitude au II+/III- et terrain glissant).

Nous finirons par grimper (II+) directement vers le sommet, le rocher est béton sur la fin et cela permet d’éviter le dernier couloir. La vue là-haut ? Grandiose !

Pour la descente, nous redescendons la voie puis dévalons le gros pierrier en serrant main droite petit à petit. Une sente de chamois qui mène directement au col du Clot Julien démarre après le passage d’une large fissure (on peut passer dedans) qui coupe un gros bloc rocheux long de 6 où 8 mètres. Du pierrier principal, il faudra traverser vers l’ouest plusieurs petites ravines de mémoire pour trouver cette faille, mais c’est plus évident sur place. Ça permet de limiter la descente puis la remontée vers le col du Clot Julien.

Nous gravissons la Pointe de la Tête Noire et retournons au parking.

Vidéo

Dernière modification : 7 août 2019

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : https://www.youtube.com/channel/UCJ...

"La montagne nous offre le décor... à nous d'inventer l'histoire qui va avec."

Randonnée réalisée le 4 août

Publiée le 7 août

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 8 août à 15h29

    Hello,

    Joilies photos, averstissement judcieux sur la sortie de Rapha06.

    Perso j’ai un soucis avec le topo (de rapha06) et ce parcours.

    Je joins le lien de C2C qui décrit l’arete SW et qui n’est pas du tout dans le même registre de difficulté (je l’ai faite il y a bien longtemps et c’etait en lien avec le topo de C2C), décrit aussi dans un topo "papier" escalade dans le Briançonnais (année 90 par là)

    https://www.camptocamp.org/routes/303023/fr/grand-galibier-arete-sw

    Le parcours décrit par Rapha06, et celui que vous avez suivi est probablement une variante qui a tout son interêt aussi.

    Mon propos, mais ce n’est qu’une suggestion, c’est qu’il y ait une cohérence sur les noms et descriptions d’itinéraires, ne serait ce que pour ne pas mettre le doute aux grimpeurs et ne pas fourvoyer des grimpeurs dans des itinéraires ou ils n’ont pas le niveau.
    Encore une fois ce n’est qu’une suggestion ! je ne veux sourtout pas créer de polémique !

    Pour faire simple C2C decrit l’arête SW en AD 5b/4c obligatoire (et c’est coherent avec mon souvenir), Alitutderando décrit l’arête SW en PD- 3b obligatoire (ce qui semble etre vu vos photos), bref ce n’est pas la même chose !

    Ceci dit encore une fois, belle sortie, superbes photos (mais je trouve ce coin un peu peteux quand même non ?)
    A+
    Patrick

  • par Le 8 août à 20h59

    J’avais vu le topo C2C oui. L’itinéraire prit c’est bien dans le versant ouest du Grand Galibier. En effet si on veut chipoter on peut dire versant ouest et pas arête sud-ouest car l’itinéraire de Rapha utilise les faiblesses du versant ouest, on est rarement voir jamais sur le fil de l’arête.
    Si le topo de C2C n’existerait pas, il n’y aurait pas de questions à se poser. Ce n’est qu’un détail ;)
    Dans la voie il y a quand même de bonnes portions mais c’est loin d’être béton partout...

  • par Le 9 août à 08h12

    Hello,

    Je pense que l’on dit à peu près la même chose, je me permets juste de préciser ma pensée ci-après.

    Mon propos ou ma suggestion est justement de différencier le topo de Altituderando du topo C2C qui est une voie d’escalade classique et ancienne, protégée sur spits avec relais en place, répertoriée depuis longtemps...

    Je pense, mais c’est perso, que cela aurait du sens, d’autant plus qu’elles sont dans un registre de difficulté franchement différentes (5b versus 3b ou 3c, ce n’est pas rien).
    Ce qui fait que je ne partage pas votre point de vue sur le fait que ce n’est qu’un détail ou du chipotage !

    Présenter deux voies sur l’arête/versant W de ce somment emblématique, l’une en escalade l’autre en "alpirando" (alpirando n’est absolument pas péjoratif dans mon esprit, bien au contraire), c’est riche justement, d’où l’idée de la différenciation !

    Encore une fois ce n’est qu’une proposition.

    Bon bref on ne va pas épiloguer, surtout continuez à vous faire plaisir en montagne, vous faites de chouettes parcours et vos CR mixte photos/vidéo sont vraiment sympas !
    A+
    Patrick

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !