Ascension du Toubkal (4167m) Sortie du 13 février 2006

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Arriver sur cette bute neigeuse avec le monument au sommet a quelque chose d’impressionant. La lumière, le désert, la vue est étendue presque à l’infini.

Conditions météo

Grand beau.

Récit de la sortie

Horaire : 5h30
Dénivelée : 1 100 m (950 m de descente du col N aux azibs Isougane n’Ouagouns)
Orientation : Ouest
Difficulté : bons skieurs

Itinéraire de montée : En face du refuge, monter l’Irhzer n’Ikhibi S : traversée délicate au dessus des barres rocheuses inférieures, la pente raide est souvent gelée (2h15). Gagner à droite le Tizi n’Toubkal (3 971 m, 45 min), déchausser et suivre l’arête faîtière (SW) jusqu’au sommet (30 min). Corde, piolet et crampons peuvent être nécessaires.
Itinéraire de descente : du sommet, rejoindre au nord le col (39 50 m) entre Toubkal et Imouzzer. Rechausser et, après avoir laissé sur la gauche des pentes très raides, revenir dans l’Irhzer n’Ikhibi N que l’on suit jusqu’à Isougane n’Ouagouns (3 050 m). En bas, rechausser pour remonter au refuge (30 min).

Nous nous sommes levés plus tôt ce matin (6h30). Mais comme d’habitude, pas facile de partir, cette fois c’est Pierrot qui cherche ses couteaux. Mais bon voilà, nous sommes partis à monter et déja déchausser dans la 1ère pente raide et glacée qui nécessite les crampons. Puis monter au col se fait très vite. Ensuite il faut rechausser les crampons et faire une marche d’approche en luttant contre les effets de l’altitude.

Arriver sur cette bute neigeuse avec le monument au sommet a quelque chose d’impressionant. La lumière, le désert, la vue est étendue presque à l’infini. Et les conditions ! Le soleil, la chaleur, pas de vent. Nous passerons facile 1 heure là-haut à profiter d’une petite terrasse face au vide. D’ici nous avons la vue sur l’ensemble des courses passées et à venir.

Descendre en traversée était bien la meilleur des options. Après être descendus un peu en crampons face à la plaine marocaine à perte de vue, nous chaussons les skis et profitons d’une neige idéale avec un peu de poudre sur une sous couche plus dure. Plus bas vient une neige plus profonde, plus difficile à skier pour moi. Enfin de la croute qui devient plus bas de la neige transformée de printemps.

En bas il fait une chaleur impressionante. je laisse les hommes partir devant et me pose tranquille sur un rocher à écouter l’eau du torrent chanter. Il y a un peu à remonter pour atteindre le refuge. Une bonne salade nous y attend. Ce soir c’est à nouveau partie de cartes et demain nous dirons nos adieux au refuge Toubkal. Il y a parfois un peu trop de monde là-bas avec des touristes parfois vraiment horripilants. Mais les gardiens y sont si gentils et serviables que l’on ne peut manquer de le recommander.

Dernière modification : 23 juillet 2010

Photos « Ascension du Toubkal (4167m) »

Le sommet du Toubkal, en montant depuis le col La vue de là-haut, c’est magique Au sommet, il y a a un genre de fusée avec plein de graphs dessus On y est, la preuve (là c’est Pierrot qui frime avec son nouvel engin) Au maroc en février à 4000, il fait tellement bon qu’on peut se taper des siestes au soleil Couloir du Ras n’Ouanoukrim Vue sur le refuge en remontant