Chirat Rochat (1047m), Crêt de Neufond (1052m), Massif du Pilat Sortie du 17 avril 2012

Sortie réalisée le 17 avril 2012.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Chute de neige historique dans le Pilat un 15 avril.

Conditions météo

Très beau, passage d’un léger voile nuageux, puis de nouveau très beau.

Récit de la sortie

Le parcours

Cette randonnée, est une variante importante du topo existant.

Deux départs possibles :

  • du col de la Croix de Montvieux
  • du Collet de de Doizieux

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 2933ET
  • Tracé IGN
  • Départ : 811m
  • Chirat Rochat : 1047m
  • Collet de Doizieux : 946 m
  • Distance : 7,2 Km
  • Dénivelée : 250m
  • Horaire : 4h00 (avec un parcours très enneigé)

Difficulté

Aucune, randonnée familiale, malgré le passage raide en forêt, le long du Chirat Rochat. Mais on peut toujours faire des virages dans la forêt pour atténuer la pente.

De la Croix de Montvieux au Collet de Doizieux

Du parking, prendre au sud, la petite route, direction le Châtelard (panneau routier) et le Collet de Doizieux (panneau de randonnée).

De ce hameau, prendre la piste de gauche, qui passe à l’est des habitations, panneau, Collet de Doizieux.

On arrive vers une bifurcation. Prendre la piste de droite.

Monter au milieu des jeunes plantations. On laisse une première piste partir à gauche. Cette piste n’est pas représentée sur la carte IGN. On arrive sur le plateau et une seconde piste, part sur la gauche, à la cote 1000. Prendre cette piste, légèrement ascendante, puis légèrement descendante.

On arrive vers une bifurcation. Prendre à droite, la branche montante, qui arrive sur la ligne de crête, entre le sommet du Bois De Neufond (1052m) et le Chirat Rochat (1047m).

Prendre à gauche, le court sentier qui va sortir de la forêt au sommet du Chirat Rochat, qui offre un magnifique panorama du Mont Blanc au Trois Becs et jusqu’au Ventoux, sur la Vallée du Rhône et les Crêts du Pilat. L’Obiou est aisément identifiable avec son immense face Nord-Ouest plongée dans l’ombre.

Descendre à droite du chirat. Environ 10m plus loin, on voit le départ d’une sente dans la forêt. La descente est très raide. Une trace passe au milieu du chirat. C’est au choix. Soit les cailloux, soit la sente raide en forêt.

Au niveau de la partie basse du chirat, on trouve un chemin qui part à droite, au sud-ouest. Ce chemin arrive sur une piste.

Prendre cette piste à droite, elle aboutit au Collet de Doizieux.

Du Collet de Doizieux à la Croix de Montvieux

Du Collet de Doizieux, prendre plein nord, le chemin balisé en blanc/marron, panneau Croix de Montvieux (photo). On croise plusieurs pistes, mais suivre le balisage.

On arrive vers une bifurcation. A gauche, c’est la direction de Doizieux (panneau), à droite, c’est la direction de la Croix de Montvieux (panneau). (photo)

On prend bien évidemment à droite, le chemin balisé. Vers la cote 868, on arrive vers une habitation et le chemin devient asphalté.

On passe au-dessus du hameau de Veylon, puis on arrive au hameau du Châtelard et enfin au col de la Croix de Montvieux.

La randonnée

Dans ce mois d’avril absolument pourri, une embellie est promise pour ce 17 avril ! Et elle est là !

Le 15 avril, il est tombé 1 mètre de neige au Bessat à 1200m d’altitude. Pour nous qui n’avons pas de hautes montagnes faisant barrage à l’air humide, l’obligeant à s’élever et ainsi à se refroidir en s’asséchant, c’est exceptionnel.

J’aurais bien voulu parcourir la "Route des Crêtes" du Pilat. Mais le réseau routier est paralysé au-dessus de 900m d’altitude.

On sait qu’1 m3 de neige poudreuse peut peser 1 kg et qu’1 m3 de neige mouillée peut peser 1 t. Or la neige d’avril est mouillée et peut être les chasse-neige n’ont-ils pas pu pousser cette neige si lourde quand la couche atteint 1 mètre d’épaisseur.

Je me suis donc rabattu sur un col de plus modeste altitude. A 811m, la Croix de Montvieux, est lui, bien praticable.

En revanche, là où j’ai eu faux, c’est en choisissant les bottes plutôt que les "grosses" et les raquettes.

Ma randonnée va vite se transformée en exercice de creusage de tranchées. De plus en plus profondes en gagnant de l’altitude.

Lors de mon ascension de l’automne précédent, j’avais mis 1h00 du col au sommet. Ce jour, je vais mettre 1h40...et en prenant un raccourci !

Mais c’était magnifique ! On ne voyait pas les Alpes ! Mais toute cette neige fraîche et immaculée...c’était magnifique. Et le Soleil ! Le premier jour de beau temps depuis le 02 avril !

Mais la nature souffre ! Des arbres se rompent, d’autres ploient. Certains se relèverons, d’autre non. Et ceux qui vont se relever, ne resteront-ils pas un peu courbés, offrant donc une moindre résistance à une future chute de neige lourde ? Ne sont-ils pas finalement blessés à mort ?

J’aurais aimé déguster mon casse croute au sommet, en regardant le long sillon argenté du Rhône, le fleuve de mon enfance, là-bas, tout en bas. Mais je dois traverser une forêt dense exposée au sud. Il est midi et les paquets de neige commencent à tomber des arbres. Et cela ne fait que commencer.

La descente dans la forêt, par la pente raide était assez facile, un vrai plaisir même, malgré la neige qui me tombait sur la tête. Mais ensuite, la partie plate me séparant du Collet de Doizieux, fut assez pénible, m’enfonçant profondément dans la neige.

Au Collet de Doizieux, des promeneurs redescendaient du Col de l’Œillon. Mais ils ne sont pas allés très loin. Le chasse-neige s’était arrêté brusquement. Les laissant cernés sur trois côtés par des murs de neige compacte.

Par chance, le chemin de retour par le nord, était tracé et damé par des raquettistes et le parcours rendu assez facile. Arrivé à la cote 868, où se trouve une habitation, un chasse-neige était passé, m’offrant un retour tranquille.

C’était une parenthèse. Ce soir la pluie sera de retour.

Dernière modification : 19 avril 2012