Cirque de Morgon et Pic de Morgon (2324m) Sortie du 26 juin 2012

Sortie réalisée le 26 juin 2012.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Départ du parking du Grand Clot.

Conditions météo

Matinée lumineuse, quelques nuages bourgeonnants l’après midi.

Récit de la sortie

Panoramiques

La randonnée

Projet de plusieurs années, j’ai enfin eu l’occasion de faire cette ascension, la seule journée en partie lumineuse de mon séjour dans les Hautes-Alpes. J’avais l’itinéraire en tête, ayant déjà, plusieurs années auparavant, reconnu l’accès au parking, et j’ai rajouté le parcours du "Sentier de Charance" et du "Sentier des Pyramides", idée que je dois au topo de Fabien. Ce n’est que plus tard, que je me suis aperçu que Fabien était parti de la Fontaine de l’Ours et moi du Grand Clot.

Le parcours est identique, sauf que selon le parking de départ, on suit ne suit pas le "Sentier de Charance" et le "Sentier des Pyramides" dans le même sens.

Je suis donc parti à 6h50 du Grand Clot. La piste forestière ne présente pas un intérêt majeur, même si la forêt est très belle. On aperçoit de temps en temps, entre les arbres, le Pic de Morgon au Soleil. A 7h38, je suis aux Portes de Morgon, dans l’ombre du petit matin, face à ce vaste cirque, en grande partie, déjà au Soleil.

Je suis le sentier, éclatant de lumière, qui gagne la fond presque plat du cirque et qui passe devant la bergerie. Je remonte de petits vallons et me dirige vers l’antécime que j’atteins à 8h50.

La brièveté de l’ascension, conjuguée à l’extraordinaire panorama sur les eaux émeraudes du lac expliquent sa forte fréquentation.

Je descend vers le lac, quand j’aperçois ce que je crois être deux chamois sur une butte herbeuse. Je prends une photo au zoom, un peu lointaine et de mauvaise qualité.

Quand je regarde mon cliché, je me rends compte qu’il s’agit de deux vautours fauves. Je pose le sac et je m’approche en silence. Je ne vois que les têtes. Je remonte la butte, masqué par la pente et quand j’arrive en haut...plus rien ! Je n’ai pas vu d’envol, pas entendu un bruit, le ciel est vide, mais les oiseaux ne sont plus là !

J’arrive au lac, dont le niveau a bien baissé par rapport à la visite de Fabien et de Galice quelques semaines plus tôt.

Je franchit le col de la Baisse et remonte au Pic Martin Jean (2100m). Les mouches, depuis plusieurs jours, sont envahissantes. On m’a dit que cela cesserait bientôt, après les foins. Pour l’instant, elles sont bien présentes et le vent s’étant un peu levé, j’espère être plus tranquille pour faire une pause au sommet ce Pic Martin Jean, qui n’a de pic, que le nom.

Après m’être restauré, j’entame la descente du Sentier de Charance. Et je me plante ! Le sentier fait un lacet, mais c’est une fausse piste. Après avoir perdu 100m de dénivelée, j’ai un gros doute et je remonte. Arrivé au pied des rochers, je n’ai toujours pas trouvé le sentier. Je vois un petit ressaut rocheux et je pense que si le sentier était derrière, je ne pourrais pas le voir de l’endroit où je me trouve. Je monte sur le ressaut et le sentier est bien derrière. Pas de balisage ! Si le lacet de la fausse piste est bien nette, c’est que je ne dois pas être le seul à m’être planté !

Le sentier remonte, redescend, va effleurer plusieurs fois la cirque de Bragousse et cela me fait penser au sentier de descente du Ventoux, qui vient effleurer de la même manière la Combe de Fonfiole.

La puissance de l’érosion dans le cirque de Bragousse est phénoménale.

La descente se poursuit en forêt, au milieu des ancolies, des phalangères à fleurs de lis et des lis de St-Bruno, deux espèces qui se confondent facilement. Les lis martagons, eux, sont en boutons.

J’arrive à la Fontaine de l’Ours. Je pensais trouver de l’eau. Mais la source est captée et une grille fermée en défend l’accès. En fait une fontaine se trouve en contrebas du chemin mais je ne vais pas l’apercevoir.

Je prends ensuite le Sentier des Pyramides qui va redescendre pour franchir le torrent du Colombier. Il sort d’une source située plus haut, coule abondamment et je vais donc pouvoir en boire, j’en avais besoin, cette journée, est, très très chaude.

Après le torrent le sentier va remonter, passer près de plusieurs aiguilles calcaires spectaculaires, sans doutes les pyramides.

Le sentier arrive ensuite sur un piste d’exploitation presque horizontale et devient moins beau.

Enfin, c’est la jonction avec la route forestière et le retour la petite remontée au parking.

Il est 15h40, fin d’une belle randonnée que je vais conclure par une brève visite de l’Abbaye de Boscodon.

Et puis c’est le retour au camping de St-Apollinaire. je vais installer ma chaise basse a 1450 mètres d’altitude, 650 mètres au-dessus des eaux émeraudes du lac de Serre-Ponçon qui miroitent en fond de vallée et face au Pic de Morgon.

Dernière modification : 5 juillet 2012