Cime de Frémamorte (2730m) - Cime de Pagari de Salèse (2678m) - Cime de Rogué (2705m) Sortie du 5 août 2012

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

La Cime de Frémamorte par le Vallon de Salèse, avec des pitchouns de 6 et 8 ans : c'est possible !

Conditions météo

Bonnes conditions météo : deux minuscules averses lors de la montée avant d’atteindre Camp Soubran. Le vent s’est levé une fois les lacs de Camp Soubran dépassés et nous a suivi jusqu’à la Cime.
Fait remarquable : ces conditions météo étaient conformes au bulletin de prévision émis par Météo France (si, si, je vous jure ! Incroyable !)

Récit de la sortie

Objectif : Le col de Frémamorte, voire plus si affinités...

Nous voilà donc partis du parking de Salèse vers 9h30 ce matin sous un soleil radieux, mon épouse, moi-même et nos deux enfants donc, de 6 et 8 ans.

Dès le départ il ne s’agissait pas d’enchaîner les 3 cimes comme décrit dans le topo associé à cette sortie, mais simplement d’atteindre le col de Frémamorte, voire la cime si la météo et l’état de forme des participants le permettait...

Pas de problème pour gravir le vallon de Salèse, en pente régulière puisque suivant la piste carrossable à côté. Ces deux trajectoires se rejoignent au niveau du col.

Interlude touristico-règlementaire :

Il est important de savoir que l’accès au col de Salèse est règlementé pour les véhicules, car pour y accéder, il faut obtenir une autorisation du Parc National du Mercantour, que l’on appose en vue derrière son pare-brise. On se gare donc au parking du bas, et on doit remonter le vallon de Salèse à pied, soit environ 3 kilomètres jusqu’au col.

Généralement, cette autorisation de circulation est réservée aux résidents des villages des alentours. Pour parvenir au hameau de Mollières, tout au bout de la route, c’est encore plus compliqué.

Cette route n’est ouverte à tout le monde qu’un seul jour par an, le 15 août : je vous déconseille la visite à cette date du charmant village, à moins qu’un bain de foule en pleine pampa, des voitures stationnées sur le moindre replat disponible autour du village assiégé, une grillade partie géante sous barnum et un imposant cortège d’officiels venus déposer une gerbe du souvenir ne soit votre tasse de thé... sinon, rendez-vous sur le site officiel du village, car celui-ci vaut vraiment le détour si vous avez le courage d’effectuer la marche d’approche... à pied (nombreux itinéraires possibles).

L’arrivée au col de Frémamorte :

Bref, nous atteignons le col, empruntons la piste pendant une courte descente, le temps de rejoindre le sentier qui recommence à grimper doucement dans la forêt au pied des cimes frontalières. Nous apercevons déjà le Caïre Pounchu qui borde en rive droite le lac Nègre, et dans notre dos, le Caïre Archas qui nous poursuivra jusqu’à la cime.

Nous sommes arrivés en pleine saison des myrtilles, donc si vous venez dans le coin à cette période, profitez-en : il y a des bosquets un peu partout, depuis le parking jusqu’à la limite des arbres vers 2250 mètres.

La dernière montée vers le col a été difficile pour les petits, que nous n’avons atteint qu’à 13 heures passées. Nous avons donc pique-niqué à l’abri du vent devant les casernes côté italien, avec la vue sur les lacs de nos amis transalpins et les sommets du massif de l’Argentera que je serais bien incapable de nommer.

Après le repas, nous avons proposé d’effectuer l’ascension de la cime à nos enfants et seul notre garçon de 8 ans a d’abord bien voulu entamer les premiers virages assez pentus et pierreux avec moi.

Finalement, après quelques dizaines de mètres que j’ai gravi avec lui, j’ai vu mon épouse et ma fille amorcer l’ascension.

Cela en valait la peine, car le sentier, même s’il nécessite un peu d’attention, est bien marqué et permet d’atteindre rapidement le sommet.

Là, nous avons rencontré 3 sympathiques italiens qui ont bien voulu nous prendre tous les quatre en photo, et nous avons même pu laisser un petit mot en souvenir dans le livre d’or qui est conservé à la cime, glissé dans une boîte en métal et le tout protégé par un emballage plastique !

Le retour s’est effectué sans problèmes, nos deux petits montagnards courant même devant nous, pour s’offrir des pauses cueillettes de myrtilles, jusqu’à ce que les premières douleurs due à la longue descente ne les obligent à ralentir leur rythme dans le vallon de Salèse. Nous avons regagné notre véhicule, au grand soulagement des petits comme des grands...

En conclusion :

Nous aurons mis en tout un peu plus de 8 heures pour boucler ce périple de plus de 24 kilomètres et 1060 mètres de dénivelé, damant parfois le pion à des adultes médusés de voir ces randonneurs miniatures les dépasser dans les côtes !

Il est important de souligner que cette randonnée n’est évidemment pas la première que nos enfants réalisent, mais qu’elle est accessible pour peu que l’on ait un peu d’entraînement...

Dernière modification : 6 août 2012

Photos « Cime de Frémamorte (2730m) - Cime de Pagari de Salèse (2678m) - Cime de Rogué (2705m) »

Le dragon qui garde l'accès au Vallon de Salèse... Montée dans le vert Le torrent Le Caïre Archas se dessine depuis le col de Salèse L'entrée dans le vallon sous le lac Nègre Le Caïre Pounchu, marquant l'entrée sur sa gauche du vallon du lac Nègre Là, il est bien visible le Caïre Archas Les lacs de Camp Soubran qui tendent à s'assécher La cime de Rogué aux arêtes découpées Cime de Pagari de Salèse à gauche, Cime de Rogué à droite Montée vers le col, ça devient dur... Entre Argentera et Mercantour sur le col Sous la crête italienne, le lieu de notre pique-nique Lac côté italien en forme de fantôme Borne frontière Ca y est, les filles arrivent ! Vue sur le col de Frémamorte Lac des Bresses et, à peine visible, un bout du lac Nègre Les cimes versant italien L'équipe épique ! La boîte au trésor : le livre d'or de la cime ! Chacun y va de son petit mot... Un dernier passage sous la cime avant le retour