Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Brumeux au petit matin, à cause d’un orage la veille, mais à part ça, quasiment pas un nuage dans le ciel le reste de la journée, et un petit peu de vent ! Temps idéal quoi !

Récit de la sortie

Départ de Maljasset à 7h00 pétantes (1900m alt). ! beaucoup de nuages très bas présents, suite à l’orage d’hier soir sur la vallée.

Pas la possibilité d’apercevoir notre objectif, alors qu’en cas de grand beau temps, on ne voit que lui, le Bric de Rubren, depuis le parking même de Maljasset.

Montée très douce pendant de nombreux kilomètres, qui nous font passer la combe Brémont (1967m alt), puis le magnifique Plan de Parouart (2052m.alt).

C’est une magnifique plaine marécageuse peuplée de feuillus nichés au fond d’un ravin.

Puis, après avoir passé un petit pont de bois accédant à la rive gauche de l’Ubaye, le sentier s’élève, traverse un bois et longe le ravin de Salcette.

On arrive ensuite sur un grand plateau avec une grande bâtisse en pierre et une petite cabane à côté "la Blave" (2194m alt).
La brume commence doucement à partir et le bleu du ciel prend de l’ampleur.

Nous bifurquons après un autre pont de bois sur notre droite et empruntons un sentier qui s’élève et qui nous emmène vers la cabane de Rubren (2449m alt).

Là, un berger sympa est présent avec sa bonne humeur et nous discutons un peu.

Après cet intermède, nous entamons l’ascension du vallon de Rubren, le long du torrent du même nom, en l’ayant traversé pour le longer par la droite.

Un grand plateau verdoyant se découvre et le Bric de Rubren s’impose à nous.

On aperçoit le pas de Mongioia (3085m alt) et tous les efforts qu’il va falloir faire pour l’atteindre.

Après avoir perdu un certain nombre de calories, celui-ci est franchi et le Mont de Salsa me fait face.

Petite halte au refuge BOERIO, qui paraît très moderne et récent.

En fait ! mis en place en 1992.

Puis "attaque" de l’ascension finale du Rubren par une sente évidente qui longe la crête sur notre gauche.

La montée est raide et quelques passages nécessitent l’utilisation de nos mains.

La montée nous a pris environ 45 bonnes minutes et nous atteignons le sommet alors que les alentours sont complètement dégagés.

Le panorama est, bien évidemment, sublime, et permet d’observer un nombre de sommet presque inquantifiable.

Photos de la victoire pour mes compagnons et moi, à côté du monticule et de la magnifique croix sommitale, puis j’attaque le repérage des sommets et de leur formes déjà imprimés dans ma mémoire.

Les pics de la Font Sancte et le Panestrel sur sa gauche. L’aiguille et le brec de Chambeyron, la tête de Moïse, celle de Sautron, et tout proche de nous celle de Malacoste. Le Mont de Salsa, et bien sûr, le Mont Viso. Au loin, les massifs du Mont Blanc, de la Vanoise et des Ecrins.

Le randonneur d’un autre groupe se met en recherche avec moi, et me désigne du doigt le pic de Rochebrune que je ne connaissais pas. Il ressemble à un "petit" Mont Viso, et je suis toujours ravi d’obtenir des informations de ce genre et d’apprendre à repérer de nouveaux sommets.

Après le pique-nique, magistralement pris au sommet, nous décidons de ne pas faire le retour dans l’autre sens comme il était prévu.

On va passer le pas de Salsa (3175m alt), afin de récupérer la vallée de l’ Ubaye en faisant une boucle supplémentaire et en allant découvrir le lac du Loup indiqué sur ma carte IGN TOP25.

La redescente du Bric de Rubren se fait prudente avec tout au long de celle-ci, la vision splendide du lac de Mongioia.

Direction, ensuite le pas de Salsa vite franchi.

On attaque la descente vers ce que l’on croit être le lac du Loup.

Mais NON, il s’agit d’un petit lac d’altitude sans nom, très joli, et nous ne savons pas encore que nous allons devoir descendre et traverser un éboulis extrêmement désagréable pour vraiment atteindre ce fameux lac du Loup.

Ceci fait, on en prend encore plein les yeux.

Traversée ensuite d’alpage pour rejoindre la vallée de l’Ubaye, pour reprendre le long trajet du retour.

Un journée mémorable et inoubliable.

Dernière modification : 28 août 2012

A propos

Auteur de cette sortie :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Randonnée réalisée le 26 août 2012

Publiée le 28 août 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par Le 28 août 2012 à 12h43

    Une énigme ? Je dirais la Tête des Toillies.

  • par nicoleLe 28 août 2012 à 13h31

    C’est le sommet des Toillies.

  • par Le 28 août 2012 à 13h50

    Merci Alain et Nicole ! j’ai regardé la carte dans tous les sens, mais j’ai vraiment eu du mal à le situer ! en tout cas, de là où je me trouvais, le pas de Salsa, c’est un pic très reconnaissable !

  • par Le 28 août 2012 à 14h39

    Bravo pour cette sortie éprouvante !!! Comme l’on déjà précisé nicole et alain, il s’agit bien de la têtes des Toillies, facilement identifiable du col du longet. Je confirme aussi le caractère désagréable du glacier rocheux, qui fut bien stressant à franchir aprés avoir sifflé une bouteille de génépi au sommet. En tout cas, ce reste une trés trés belle sortie.

    @ Alain : s’agit-il du 3° ou 5° plus haut sommet de l’ubaye (les pics de font sancte sont ils considérés dans l’ubaye ou le queyras) ?, nous nous sommes posé la question avec agarock , il y a quelques jours de cela. Merci par avance pour ta réponse

  • par Le 28 août 2012 à 15h29

    Dur dur dans la mesure où le Queyras et l’Ubaye sont des régions naturelles plus que des massifs. Cependant, on rattache généralement le massif de la Font Sancte au Queyras. Donc le Rubren serait le 3ème. J’emploie évidemment le conditionnel. Il suffit souvent d’affirmer une chose pour trouver des contradicteurs. J’en profite pour confirmer que le glacier rocheux, pourtant pris à la descente, est bien le seul passage désagréable de cette randonnée (début juillet, il doit rester de la neige et le passage doit être plus agréable). Sur plus de 30 Km cela fait assez peu. Cela me rappelle aussi qu’à mon arrivée à proximité de ce glacier, rocheux, plusieurs silhouettes s’agitaient dans tous les sens dans une chorégraphie étrange. Bien avant mon arrivée donc, mais aussi bien après mon départ. Ils auraient eus de petits filets, ils auraient pu être des chasseurs de papillons. Mais ils n’avaient pas de filets. Cela reste pour moi un mystère.

  • par Le 28 août 2012 à 16h18

    juste un petit clin d’oeil pour Befakali ! ce film INTO THE WILD est un chef d’oeuvre et une référence pour moi également ! voilà, ça c’est dit ! hi hi !

  • par Le 28 août 2012 à 21h43

    Oui un chef d’œuvre !!!, personnellement le plus beau film que j’ai eu l’occasion de voir (et que j’ai bien évidemment dans ma bibliothèque cinématographique, d’ailleurs je vais me le mater ce soir...pas plus tard qu’après avoir posté ce commentaire).
    Tout y est, d’abord le réalisateur.... sean penn !...ensuite une histoire vrai et authentique ! enfin, la fin que l’on connais.

    Pour être franc, ce film m’a beaucoup marqué...et c’est peu dire !!!, le soir même après l’avoir vu j’ai souvenir de m’être beaucoup questionné sur le sens de ma vie, moi la petite fourmi besogneuse que j’étais....qui n’aspirer qu’à avoir une belle maison, un coupé sport et un TV immense...bref comme la majorité des gens quoi !
    Mais depuis, une graine à germé, çà a mis 4 à 5 ans, mais j’ai radicalement changé d’état d’esprit...j’aspire à une vie de bohème...bref une vie de cigale !...me contentant de peu et profitant pleinement de la vie et de la beauté de la nature.

    Enfin, @alain, effectivement pour le glacier rocheux, le passage n’est pas bien long...de mémoire à peine 500m/30km...mais avec quelques verres dans le nez (cause au génépi) et avec un sac lourd prévu pour un bivouac...personnellement, j’ai eu une petite pensée affective pour toi ;-)...sans méchanceté bien sûr..un peu comme toi au cirque de morgon à mon égard, si je me rappelle bien ?

  • par HEREMELe 28 août 2012 à 23h42

    Bonsoir.

    Pour faire le lien, il existe une liqueur au génépi (génépy dans le val d’Aoste) "Grand Morgon". Ceci explique-t-il cela ?

  • par heremeLe 29 août 2012 à 00h04

    Géologiquement, Fonsancte, Heuvières et Panestrel sont à la limite de la nappe de la Fonsancte, commençant au Guil (du côté rive gauche, mais se prolongeant de l’autre côté ; orientation NO / SE)).
    Cette nappe s’appuie sur (et "écrase" plus ou moins) la nappe de Marinet) côté Ubaye.
    Le rattachement traditionnel de la Fonsancte au Queyras semble donc logique sur ce plan-là.

  • par Le 29 août 2012 à 08h39

    Agarock, le randonneur du pic de Rochebrune, c’est moi ! ça ne m’a pas étonné tant ta description de l’ascension jusqu’alors coïncidait avec la nôtre (la date, la brume, le berger).

    pour la descente du pas de salsa, on en a bien bavé nous aussi car on a voulu couper directement sur le col longet en passant bien à droite du lac du loup. ça a été assez précaire. je me suis aperçu près du lac du loup que j’avais fait tomber mon bel appareil photo plus haut, impossible de mettre la main dessus dans ce chaos. finalement on a fini sur le refuge de la blanche par les cols longet et blanchet (ce fut long mais extra). le lendemain on est revenu à maljasset par le col de la noire et 2 beaux 3000 (petite tête noire et pic de la farnéiréta). à faire !

  • par Le 29 août 2012 à 10h59

    ravi de te retrouver sur ce magnifique site ! le monde est petit, et celui des randonneurs encore plus !

  • par Le 3 septembre 2012 à 11h29

    @agarock : si tu as aimé le film "into the wild", peut être aimeras tu mon petit court métrage sur mes randos 2012...court métrage qui est grandement inspiré du film...et avec galice dans le role d’alexander supervagabond !

    http://www.youtube.com/watch?v=TXfWG7G4BGo&feature=share

    Ps : être indulgent, je débute en tant que réalisateur...bref je n’ai évidement pas le niveau de sean penn ;-). Galice a elle tout d’une star du grand écran...du moins, c’est mon avis !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !