Gorges de Daluis (Gorges du Var) Sortie du 2 décembre 2012

Sortie réalisée le 2 décembre 2012.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Très sympa sortie de fin d'automne où se mêle une très riche variété de coloris : la terre tantôt grise, brune, jaune, vert de gris et rouge... la végétation tout aussi contrastée... et les sommets tapissés d'un blanc manteau sous le bleu éclatant de ce jour sans nuage...

Conditions météo

Superbe ciel bleu pour une journée assez froide, avec les sommets déjà enneigés et les versants ubacs bien pris par le givre.
Le soleil généreux sur les passages dégagés de toute végétation (en gros, vers les replats de pélite rouge au niveau du Point Sublime) nous a réservé une tiédeur que nous avons bien appréciée.
Des volutes de neige s’envolaient des sommets environnants, signe d’un fort vent balayant les crêtes, mais qui nous a épargné, notre boucle à travers ces gorges encaissées étant trop difficile à atteindre par ces courants d’air d’altitude.

Récit de la sortie

Les participants :

Emma, 6 ans, Julian, 8 ans, Nathalie et Marc (dont nous tairons les âges avancés !)

Le périple :

Nous sommes partis du parking près du pont de Cante vers 10 heures, dans l’ombre du vallon et donc dans le froid ! Dommage, les feuilles mortes et gelées encore accrochées aux branches ne font pas de bons sorbets, parce que ce n’est pas ce qui manquait dans cet ubac... Dans ce vallon nord, ce sont les résineux qui prédominent.

Assez rapidement après une première montée nous gagnons une courbe enfin ensoleillée. Je ne vais pas vous faire en détail le descriptif de la sortie, mais juste vous préciser que nous avons effectué ce tour dans le sens de rotation horaire (c’est à dire inverse de celui décrit dans le topo d’Alain, ou dans le guide Randoxygène CG 06 en lien ici).

Passage dans des montées raisonnables par les balises n°10, 9 et 8, cette dernière se situant sur le bord de la petite route goudronnée menant aux hameaux de Saussette et Villeplane. Nous suivons un petit moment cette bande d’asphalte avant de retrouver le sentier à la balise n°7. Le sentier se met à redescendre dans une végétation plutôt rase en arrivant dans la zone de terrain constituée de pélites rouges. Plus loin, nous arrivons à la balise n°7a à partir de laquelle nous effectuons un court aller-retour jusqu’au Point Sublime. Outre les à pics assez vertigineux à cet endroit, c’est pour ma part la vue des trous dans la montagne en face sous le hameau déserté d’Amen qui m’ont impressionné, reliques de l’exploitation minière débutée 2500 ans avant J.-C. (il y a un panneau explicatif au niveau du Point Sublime d’ailleurs concernant ces mines et le hameau). L’accès très raide pour atteindre les filons de cuivre a dû coûter la vie à plus d’un mineur...

Nous avons continué notre descente en suivant les panneaux (à l’envers) du sentier de découverte jusqu’à nous engager dans le Vallon de Berthéou où nous commençons à grimper à nouveau. Nous retrouvons ici le couvert des arbres, mais comme nous voilà en versant adret, ce seront des feuillus (chênes principalement) qui nous offriront le couvert de leurs branchages dégarnis et roussis. Nous passons sous les crêtes rocheuses des Beules à main droite, et nous nous installons sur un replat herbeux alors qu’il est midi passé pour nous restaurer.

Remontée vers le hameau de Saussette aux rares maisons. On croise la route D88 avant de plonger vers la descente qui nous ramène à flanc d’adret vers notre balise du début de boucle (n°9).

En conclusion...

Une belle sortie à effectuer en famille (la vue du Point Sublime motivera sûrement les plus jeunes à marcher, et l’insolite coloration des roches rouges suscitera l’intérêt de tout le monde). Un parcours accessible, au dénivelé raisonnable. Cependant, quel que soit le sens dans lequel on effectuera cette boucle, ménager des pauses pour les plus petits, car le cheminement est vallonné et alterne les descentes avec les montées.

Dernière modification : 6 décembre 2012