Sortie du 2 septembre 2011 par afkalizebone Glacier d’Arsine et lacs d’Arsine

Notre objectif initial : le lac de la Douche. Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin, alors que les enfants ne demandent pas mieux que de continuer à marcher, et qu'il reste encore tant de choses à voir ?

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Non disponible !

Topo de référence

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Non disponible !

Conditions météo

Temps mitigé pendant toute la sortie, des passages nuageux fréquents, mais pas de pluie. Température agréable pour la saison. Un peu de vent et bien évidemment température plus froide en arrivant au Col d’Arsine.

Récit de la sortie

Pour cette courte semaine de vacances avec les enfants en cette fin d’été 2011 à Monêtiers-les-bains, il fallait choisir des randonnées avec un dénivelé raisonnable et présentant des "points d’intérêts" que nous ne retrouverions pas dans notre département d’origine (les Alpes-Maritimes).
Les eaux laiteuses du Lac de la Douche et la possibilité de côtoyer les coulées givrées du glacier d’Arsine et du Casset m’ont incité à choisir cet itinéraire, qui plus est débutant à peu de distance de notre "camp de base". Choix qui a finalement remporté un franc succès auprès des marcheurs, qu’ils soient petits ou grands...

Le Petit Tabuc

Montée facile dans le creux du vallon où l’on longe les eaux tumultueuses du torrent du Petit Tabuc, sous le généreux couvert forestier. Déjà se devinent à main droite les arêtes du Glacier du Casset à travers les arbres.
Une montée en lacets, toujours à travers la forêt, la rencontre avec le tout-terrain du berger, monté le plus haut possible sur la piste, et bientôt nous atteignons le replat du lac de la Douche...

Le lac de la Douche

Ici nous retrouvons quelques marcheurs rencontrés en chemin. La couleur bleu laiteux des eaux de ce lac glaciaire est magnifique, et surtout très inhabituelle pour nous autres gens du Sud à qui il manque les étendues glacées pour profiter d’un tel spectacle...
Des personnes qui marquent une halte ici, il y en aura peu finalement à amorcer comme nous allons le faire la montée en rive gauche du torrent que nous remontons inlassablement depuis la balise du départ. Les enfants n’ont pas l’air fatigués, c’est leur avant-dernier jour ici et le grand air leur a fait du bien. Autant glaner encore dans ces magnifiques paysages de nouvelles images à se remémorer lorsque le moment de reprendre le chemin des bancs de l’école (et le siège du bureau !) sera venu...

Le Réou d’Arsine, la cabane pastorale, le berger et ses bêtes

Nous longeons toujours le torrent et nous atteignons bientôt la cabane pastorale. Les bêtes (un gros troupeau de moutons, et quelques vaches que nous rencontrerons plus loin) paissent paisiblement alentours, mais sont encore loin de nous.
Nous nous installons en face des petits plans d’eau du Réou, déballant nos victuailles sur un terrain d’herbe jaune non loin du sentier. Le berger que nous n’avions pas vu jusque là est alors venu nous saluer, et nous a gentiment demandé de bien vouloir déplacer notre lieu de pique-nique, car il nous informe qu’il va bientôt déplacer ses bêtes. Nous nous installons donc sur un gros rocher qui surplombe les étangs pour finir notre repas. Depuis ce promontoire, nous profitons de l’étonnant spectacle qui nous est donné de voir quelques instants plus tard : le gros troupeau de moutons est forcé à passer sur un petit pont au milieu de deux plans d’eau, tandis que le berger, posté sur la passerelle de bois, compte ses très nombreuses bêtes...

Le Col d’Arsine

Nous remballons nos affaires, puis nous poursuivons notre route vers le Col. Et là, autant les moutons étaient bien gardés, autant les vaches du berger, moins nombreuses, sont allées paître où bon leur semble, c’est à dire en grande partie en stationnant en travers du sentier. Nous sommes bien petits parmi ces arrières-trains et ces trognes toutes entières occupées à disperser par un côté ce que l’autre a brouté, et qui n’ont pas vraiment l’air de se soucier si nous aurons assez d’espace pour nous faufiler parmi elles !
Nous finissons par venir à bout de ces (trop) placides ruminants, et nous arrivons sur un replat avant le col. Là, les enfants qui en avaient entendu les cris trouvent leurs premières marmottes et s’emploient à les débusquer... en criant et courant dès qu’un museau inquiet pointe au ras de l’herbe, ce qui n’est certes pas la méthode la plus efficace pour les observer.
La vue sur les cimes et les langues glaciaires est superbe. Nous n’irons pas jusqu’aux lacs sous le glacier d’Arsine ; une autre fois, peut-être !...

Dernière modification : 20 décembre 2012

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Randonnée réalisée le 2 septembre 2011

Publiée le 20 décembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 21 décembre 2012 à 11h35

    Bonjour à tous,
    C’est un très bel endroit ! C’est aussi un passage presque obligatoire pour ceux qui entreprennent de faire le tour des Ecrins.
    Le bleu laiteux des lacs et la splendide montagne des Agneaux sont autant d’attraits.
    Pas trop de regrets pour le lac du Glacier d’Arsine, c’est un endroit très austère….pas de marmottes à débusquer !
    En revanche, un peu plus au nord, le Plan de Valfourche vaut vraiment le détour.
    Peut-être la première occasion de dormir en refuge avec les enfants ?
    L’Alpe de Villar-d’Arêne répond à tous les critères d’exigence des randonneurs de notre époque !

  • par MIkaLe 8 septembre 2016 à 18h42

    Sortie fin août, le récit et les photos sur mon blog :
    https://mikadessagne.wordpress.com/2016/09/08/rando-bivouac-reou-ssie-dans-les-ecrins/

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !