Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau temps mais atmosphère pas tout à fait limpide. Peut-être du sable en suspension venu avec le vent du Sud. Cumulus en formation dès le début d’après-midi.

Récit de la sortie

Départ du Pont Saint-Charles un peu après 6h00. C’est tôt. Mais l’ascension commence par la "Pente des Cavales" dans laquelle, très peu sont capables de "cavaler".

1,5 Km de distance et 600 mètres de dénivelée c’est du "pentu" qu’il vaut mieux remonter dans la fraîcheur, avant le lever du Soleil.

En haut de la pente, je rencontre trois étagnes et je trouve le Soleil. Le vallon devient beaucoup moins raide est est encore très enneigé avec de petits lacs, sans doute temporaires, au pied de la paroi de Bazel, haute de 500 mètres.

Je remonte le vallon jusqu’au lac apparu récemment. Ayant emporté les crampons, je les chausse peu après le lac, quand la pente se redresse. L’ascension dans les pentes de neige encore dure, car depuis peu au Soleil, sera plus confortable.

Je pars sur la droite, avant de revenir à gauche pour contourner une barre rocheuse et prendre pied sur la bande de neige sous le sommet.

Je remonte cette bande de neige au plus haut et par des gros blocs, plus ou moins stables, je gagne la ligne de crête entre les deux sommets.

Ces deux sommets sont étrangement cotés avec la même altitude de 3220 mètres. Cependant, l’IGN nomme "Roc de Bassagne", le sommet Nord.

J’en fais donc l’ascension. Je vais ensuite au sommet Sud, masquant la Pointe de la Galise, en pensant que le panorama sera bien supérieur. Ce qui est effectivement le cas.

De la brume monte de l’Italie, ce qui n’est pas une nouveauté, maquant le Grand Paradis qui apparaît fugitivement.

Peu à peu, la brume envahit toute la crête frontalière au Sud du Roc de Bassagne.

Je redescends après plus d’une heure paisible passée au sommet.

Dans l’amas de blocs, au-dessus de la partie enneigée, je croise d’autres montagnards.

Je les avais repérés sur la moraine rive gauche, au-dessus du lac, et non dans le fond vallon comme un autre groupe.

Je leur ai demandé la raison. Et ils m’ont dit venir du refuge du Prariond.

Voyant immédiatement la possibilité d’éviter le pénible cheminement dans le fond du vallon, avec une neige ramollie, et pas assez de pente
pour descendre en "ramasse", je me suis fait expliquer l’itinéraire.

Après le lac, je descends donc sur la refuge du Prariond. Je rajouterai la description au topo d’origine car cette variante, plus délicate d’orientation, est très intéressante.

Le vallon du Prariond, est magnifique. En l’absence de moutons, il est très fleuri.

La randonnée se termine par la traversée des gorges du Malpasset.

Dernière modification : 5 septembre 2013

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 5 août 2013

Publiée le 5 septembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 6 septembre 2013 à 13h49

    Si le lac de Mongioia (3083m) est le plus haut lac naturel des Alpes. (non glaciaire)
    Ces lacs récents, issus de la fonte des glaciers détrônent peut-être notre sympathique plan d’eau ?
    Ont-ils seulement un nom ?
    Cela a au moins le mérite de faire des superbes photos !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !