Hörnlihütte (3260m) Sortie du 8 septembre 2013

Sortie réalisée le 8 septembre 2013.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Troisième étape de mon périple zermattois, après le Mettelhorn le 5, le Breithorn le 6 et l'échec de Castor le 7 dû à la météo, c'est parti pour le refuge du Hörnli, sur la crête nord-est du Cervin. Ambiance sauvage garantie, et rencontre avec des marmottes et des moutons !

Conditions météo

Ensoleillé au début, mais les nuages qui encerclaient déjà le Cervin arrivent de plus en plus et la randonnée se finit sous un ciel blanc et gris, avec quelques gouttes de temps à autre. Il fait froid arrivé au refuge !

Récit de la sortie

Renseignement pratique :

Depuis le muséum je n’ai pas vu de panneau indiquant Herbrigg. Je suggère ainsi le départ suivant : depuis le muséum, suivre le panneau indiquant Hubel, en direction de la gare téléphérique du Matterhorn Glacier Paradise. Après 50m sur la Oberdorfstrasse, tourner à droite sur la Schälpmattgasse toujours en suivant le panneau Hubel, puis poursuivre sur le sentier.

La sortie :

Dimanche 8 septembre, 9h00. Alors que j’avais prévu un jour de repos après trois jours de randonnées intenses, une fenêtre météo imprévue s’ouvre à moi et je me retrouve sur le sentier du amenant à la Hörnlihütte, sans même l’avoir planifié réellement puisque je pensais faire cette randonnée le lendemain ! Le soleil est présent, même si l’on voit bien que ça ne va pas durer tout au long de la randonnée et que le Cervin est dans les brumes et le restera toute la journée.

Le long sentier entre Zermatt et la traversée de la Zmuttbach est agréable et sans difficultés. Je ne croise personne avant d’arriver vers Chalbermatten, malgré l’heure relativement tardive pour une randonnée si longue. Les nuages ont dû décourager pas mal de gens, malgré le soleil qui est encore bien franc au dessus de Zermatt ! Par contre à la cote 1960m je fais la rencontre de moutons qui ont l’air intrigué par ma présence, nous devisons agréablement ! Par la suite, j’ai la chance de voir des marmottes sortant de leurs trous, et se plaçant en vigie en direction du torrent dans le fond de la vallée.

Après avoir franchi la Zmuttbach en suivant le panneau Stafelalp, je traverse encore deux petits affluents pour me retrouver sur la large piste forestière à côté d’une centrale électrique, piste à remonter plein sud pour se diriger vers le Cervin. Le temps s’est de plus en plus couvert et bien refroidi, prélude à ce qui va arriver sur la crête nord-est pour atteindre le refuge. J’atteins bientôt la croisée des chemins où je quitte la piste forestière en suivant le panneau en direction de la Hörnlihütte, toujours plein sud, pour remonter le vallon sur la crête. Le sentier est très raide, et après déjà une très longue traversée du vallon depuis Hubel, cette montée est bien casse-patte ! Arrivé enfin sur la crête, l’ascension finale peut commencer et je suis rejoint par un couple venant de Schwarzee. Le sentier, bien balisé, est vertigineux et des cordes et échelles sont en place pour aider la progression. Ce n’est pas nécessaire si on a le pied sûr, mais peut être tout de même utile !

Il est 14h15, j’atteins enfin le refuge du Hörnli, à 3260m, dans un froid de canard et dans les nuages qui commencent à descendre sur la crête. Avant de redescendre, petite pause café bien méritée au refuge, qui est encore en travaux et n’est que partiellement ouvert, ce qui se sent vu le joyeux bordel à l’intérieur ! Quelques alpinistes sont présents, avec la mine des mauvais jours, ce qui peut se comprendre vu les conditions météo exécrables pour qui veut tenter l’ascension du Cervin.

Je repars une petite demi-heure plus tard, et continue sur l’arête à la croisée des chemins en direction de Schwarzee. Mais je ne sais trop comment, je perds le chemin du topo, et arrive au bout du sentier sur la crête, au sommet du Hirli ! Je ne vois rien pour redescendre, à moins de repartir en arrière sur mes pas, et récupérer le sentier du topo je ne sais où. Il est déjà tard, et je me lance dans la descente de Hirli hors-sentier, dans un pierrier difficile, où la qualité de mes chaussures est mise fortement à contribution. Je m’en sors et j’arrive en bas du Hirli après une demi-heure, et je croise d’énormes marmottes qui sortent de leur trou précisément quand j’arrive au pied de la paroi, c’est mon jour de chance ! Par contre je n’ai pas le temps d’immortaliser la rencontre qu’elles ont déjà disparu...

Je passe ensuite devant Schwarzee, au soleil, puis descends le sentier en direction de Furi. Je rencontre encore des moutons (décidément c’est une histoire d’amour avec eux !), puis des gens arrivant de Furi. À 18h00, j’arrive à Zermatt, après une grosse journée qui devait être de repos... Mais quelle belle randonnée !

Dernière modification : 17 septembre 2013