La Tsanteleina (3602m), face nord Sortie du 6 octobre 2012

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Parure d'automne pour la Tsanteleina.

Conditions météo

Matinée ensoleillée pour l’ascension. Le ciel se couvre rapidement lors de la descente, sans être menaçant. Belle luminosité automnale dans le vallon de la Sassière.

Récit de la sortie

L’ascension de la Tsanteleina, c’est un rêve devenu réalité le 06 octobre 2012.

Départ au parking du Saut avec l’objectif qui se dresse droit devant, plein est.

Le ciel est clair et seul un nuage semble stagner au-dessus de la Tsanteleina.

Jusqu’au barrage du lac de la Sassière, nombreux regards en arrière pour admirer le lever du soleil sur les sommets. Grande Motte et Grande Casse sont les premiers à rougir.

Le passage sur la rive droite du lac de la Sassière permet quelques beaux reflets, comme la pointe de Picheru, malgré une légère bise qui trouble la surface du lac.

Après le lac, quelques lointains bouquetins descendent les éboulis de "Derrière le Santel" et se dirigent vers le ruisseau de la Sassière.

En arrivant au pied du glacier, rencontre de 2 randonneurs qui s’équipent. Ils partent vers l’est pour le col de Rhêmes-Golette.

Je pars vers le sud sur les pentes modérées et contourne par la gauche une zone légèrement crevassée vers 3150m. Je poursuis jusqu’au petit ressaut rocheux vers 3300m qui marque l’entrée sur les raides pentes de la face nord.

La jonction avec une cordée de 3 randonneurs se fait assez rapidement. Ils semblent ralentis par un problème de crampon pour l’un d’entre eux.

Je prends leur trace et reste à distance mais leurs arrêts fréquents perturbent le rythme. Après le court passage très raide vers 3510m, la décision est prise de terminer seul avec le soleil qui fait enfin son apparition.

Grande joie au sommet.

La cordée de 3 entreprend rapidement la descente par la face ouest, sur le glacier du Santel. Du sommet, il y a le visuel sur le secteur Rhêmes-Golette qui semble désert et je décide le retour par la face nord.

Pendant la descente, le regard s’attarde sur l’évolution de la couverture nuageuse. Les nuages se font de plus en plus présents mais la Tsanteleina tient bon. Le ciel bleu résiste tout autour du sommet.

Un crampon dérape sur un rocher recouvert de neige et c’est parti pour 30m de descente "express". Arrêt peu conventionnel mais opérant. Le poignet a été malmené mais tout est ok.

La Tsanteleina vient juste rappeler qu’en descente et face à une pente en neige à 45 degrés, il est plus sage de regarder ses pieds. Message reçu.

Quelques instants pour évaluer la situation, évacuer la neige, resserrer les crampons et la descente sur 2 pieds continue. Le ciel n’est pas menaçant et il y a encore du temps pour aller observer les crevasses sur le front du glacier de Rhêmes-Golette.

Le retour dans le vallon de la Sassière est superbe. La couleur "terre brûlée" des alpages, quelques sombres nuages et les percées du soleil donnent aux sommets environnants un éclat inhabituel.

Je m’éloigne de la Tsanteleina et me retourne sans cesse, marchant presque à reculons pour contempler ce sommet jusqu’au dernier instant.

Dernière modification : 20 septembre 2013