Pointe du Lamet (3504m) Sortie du 21 septembre 2013

Sortie réalisée le 21 septembre 2013.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Une pointe en altitude par une belle journée d'arrière-saison.

Conditions météo

Beau et doux. Atmosphère transparente en matinée, quelques voiles élevés l’après-midi, le versant italien devenant brumeux.

Récit de la sortie

Grand beau temps pour cette première journée d’automne, me donnant envie d’un bel objectif d’altitude pour profiter du climat encore estival...

La Haute-Maurienne, pour moi c’est le bout du monde... Mais avec ces magnifiques conditions, cela vaut le coup de faire un détour par là-bas et de découvrir la région...

Départ à 8h du matin, alors que le soleil se lève à peine... Le grand beau temps ne doit pas faire oublier que l’automne est là et que les jours raccourcissent ! Par contre, un vent du nord glacial balaye le plateau du Mont-Cenis... On s’habille bien et on verra plus haut !

Le climat s’améliore avec le soleil une fois que l’on bascule dans les grandes pentes herbeuses. La montée, en lacets sur l’ancien chemin, est tranquille mais peu efficace... Ce n’est donc qu’à 10h30 que j’atteins les ruines, milieu de la montée. Petite pause avec vue sur le bleu du lac du Mont Cenis, entouré par les alpages tout juste revêtus de leur couleur d’automne...

La montée se poursuit, dans un monde maintenant minéral... Le pierrier est parcouru par une trace correcte au début, mais qui devient de plus en plus pénible au fur et à mesure que la pente se redresse... Petit soulagement au replat plus haut, donnant un répit pour contempler les vallées italiennes plus de 2000m plus bas...

Une dernière montée bien raide, pénible avec l’altitude, pour atteindre un petit couloir, et finalement on débouche sur le plateau sommital... La vue s’ouvre brusquement sur les sommets de Vanoise et de Haute Maurienne...

Direction le sommet, en contournant l’antécime par le nord. La dernière traversée sous le sommet, dans la raide face nord, se déroule sur un terrain gelé et assez scabreux, demandant de l’attention...

Puis, finalement, le sommet. 13h. Escalade du bloc sommital, pour moi tout seul (il n’y a guère de place pour d’autres). La vue est fantastique... Le climat est doux, presque sans un souffle de vent...

Au nord, la longue crête en direction de la Pointe de Ronce m’inspire des projets pour l’année prochaine... Derrière, la vue sur les sommets de Vanoise est superbe... A l’est, la pointe de Rochemelon doit être un fantastique promontoire pour contempler les plaines du Piémont, hélas souvent recouvertes de brumes, qui sont d’ailleurs en train de se reconstituer... Au loin au sud, le Mont Viso domine tout... Et à l’ouest, les silhouettes familières des hauts sommets de l’Oisans...

On commence tranquillement à descendre... Mais le terrain terreux gelé est scabreux, et peut être traître... Finalement, les crampons, que je pensais avoir trimbalé pour rien, m’auront aidé pour une dizaine de mètres de traversée en dévers. Comme quoi, même les itinéraires réputés faciles peuvent demander des précautions selon les conditions !

Traversée de l’antécime, cette fois par le sommet, et descente sur le plateau sommital. Direction le rebord ouest, pour une belle vue sur le plateau et le lac du Mont Cenis... M’étant vraiment levé tôt pour venir aussi loin, je sentais le sommeil m’envahir... Après avoir étalé mes habits superflus sur le sol, une bonne sieste bien méritée...

16h... J’ai dormi tout ça ? Le ciel est maintenant délavé par un voile nuageux et les vallées italiennes sont bien embrumées...

Plongée dans les pierriers, rapidement dévalés...

Retour aux ruines, puis traversée vers le Baracon des Chamois, beau promontoire pour une pause. Mais il semble compliqué de descendre derrière, alors retour dans la combe herbeuse vers le chemin. L’automne est là, repeignant le vert avec du jaune et du roux, et je regrette juste le manque de fleurs, juste quelques petites blanches vers ici... Et c’est là que je me rends compte que je piétinais un parterre d’edelweiss sur le chemin !

Descente sans me presser, pour profiter du calme de la fin d’après-midi. L’ombre et le vent glacial m’accueillent à mon retour sur le plateau du Mont Cenis... La balade est finie...

Dernière modification : 23 septembre 2013