Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Température basse au départ puis temps beaucoup plus agréable une fois passé la couche de nuages vers 850m.

Récit de la sortie

Après avoir fait la via ferrata de la Grotte à Carret, j’ai décidé de continuer jusqu’à la Croix.

Vers 1400m quelques restes de neige. Au sommet, belles vues sur les sommets enneigés, malheureusement Chambéry et la lac du Bourget sont restés dans la purée de pois.

Du coup, retour au hameau de Lovettaz par le Pas de l’échelle.

Dernière modification : 21 novembre 2013

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 17 novembre 2013

Publiée le 21 novembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 14 décembre 2013 à 18h59

    Encore des forces après la "Grotte à Carret" ? Classée généralement ED, dans le top 5 des vie ferrate en 2006.

  • par Le 14 décembre 2013 à 19h39

    La "Grotte à Carret".

    Un article de Wikipedia :
    " Au début du XXe siècle, la France connais une véritable fièvre archéologique. En 1908, la commune de Chambéry accueille le congrès Préhistorique de France. Jules Carret (NDLA : médecin et politicien 1844-1912 ) n’échappe pas à cette mode et s’y prend au jeu. Après plusieurs prospections notamment dans les grottes de la Doria et de Challes, il finit par acheter une grotte présente sur la commune de Saint-Jean-d’Arvey. Ce prospecteur, d’un nouveau genre, se distingue de ses contemporains en entreprenant de faire construire une maison dans la grotte même. Cette bâtisse fut construite à même contre la paroi et a été dressée en ciment armé et en était accessible par une échelle en bois uniquement. Jules Carret avait envisagé d’y créer un musée avec le fruit de ses découvertes. Dès 1886, il s’y établira pour sept longues années suivant ses disponibilités offertes par sa fonction de député. De cette aventure archéologique, il fit peu de découvertes. Déçu, il écrira sur l’un de ses cahiers de fouilles, le 12 juin 1891, :"Le dieu des fouilleurs n’existe pas". Il faut souligner qu’en 1887, il mit à jour des ossements humains. "
    (Jean-Marie Jeudy, Chambéry Aix-les-Bains autrefois, éd. Horvath, p.95).
    https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSb66psTLFJZ15HKku09IcuXNdgzign7-yEBiv81Pr6tC6rvXRN

    NB. Il y a un anachronisme dans l’article : le Congrès Préhistorique n’a pas eu lieu en 1908, mais du 10 au 20 août 1863 : 30e congrès scientifique de France d’archéologie et d’objets d’arts, organisé par le marquis Charles-Albert Costa de Beauregard au palais de justice de Chambéry
    (Fiche n°9 : « 1860-1914, conséquences de l’annexion à la France », www.mairie-chambery.fr - Mairie de Chambéry.

  • par Le 14 décembre 2013 à 19h56

    Bonsoir,
    pour commencer merci pour cette page d’histoire que je ne connaissais pas.
    Et oui, encore quelques forces après la via. Les jambes n’etaient pas un problème, c’est surtout les avant-bras qui ont forcé.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !