Ouille Noire (3357m) Sortie du 27 juillet 2012

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Sommet très intéressant et rapidement accessible. Il permet, grâce à une vue parfaitement dégagée, d'observer de très nombreux sommets de Haute Maurienne.

Conditions météo

Journée venteuse et extrême variabilité des conditions météorologiques pendant cette randonnée.

Récit de la sortie

Début de randonnée dans le dernier virage (2710m) avant le col de l’Iseran, sur le versant Maurienne. Le ciel clair du matin est déjà bien envahi par les nuages.

Je passe entre les départs des télésièges de Cema et de la Cascade puis près de l’arrivée du téléski du Pays Désert afin de rejoindre une courte pente herbeuse qui mène au ruisseau de la Reculaz.

La remontée de ce ruisseau se fait dans une sympathique petite gorge encaissée entre le Pays Désert sur la droite et les barres rocheuses du Grand Pisaillas à gauche, desquelles s’écoulent quelques cascades encore bien alimentées.

Je continue en rive droite du ruisseau puis celui-ci s’étale et se disperse sur un secteur à faible pente, ente 2810m et 2840m.

À partir de 2850m, j’oblique peu à peu à l’est dans cet univers totalement minéral pour gagner le col de l’Ouille Noire.

Un premier secteur assez raide, inconsistant et glissant, parce que ruisselant et détrempé par la fonte des neiges, incite à décrocher le piolet du sac à dos, finalement bien utile.

Après l’altitude 3050m, schistes et larges névés se succèdent. Le ciel s’est sérieusement assombri et un vent d’ouest se déchaîne subitement, me faisant douter de la poursuite de cette ascension. D’autant plus qu’une formation pluviogène se déplace quelques kilomètres au nord.

Mais avec un horizon ouest totalement dégagé et un puissant vent d’ouest, cela devrait assez logiquement aller vers l’amélioration. Poursuite jusqu’au col de l’Ouille Noire (3229m) où la vue s’ouvre à l’est sur les sommets du fond de la haute Maurienne (les Aiguilles Rousses, l’Uja, les Levanna, etc.).

Puis je gravis l’arête nord, montée finale pendant laquelle les montagnes s’illuminent peu à peu. Arrivé au sommet de l’Ouille Noire (3357m), les derniers nuages dégagent rapidement et c’est enfin du grand beau temps, il y a moins de vent.

Je reste longuement sur ce vaste sommet jusqu’à ce que le ciel se couvre à nouveau, brusquement. Descente sous un ciel sombre, avec pluie et beaucoup de vent, puis le soleil réapparaît en toute fin de parcours.

Dernière modification : 10 janvier 2014

Photos « Ouille Noire (3357m) »

Ruisseau de la Reculaz (vers 2710m). Montée au col de l’Ouille Noire (vers 3050m). Regard vers la Pointe du Montet (3428m) et le glacier du Grand Pissaillas. Vue sud-est du col de l’Ouille Noire. Cairn au col de l’Ouille Noire (3229m). La belle arête sud qui mène au sommet de l’Ouille Noire. Pointe du Montet, entre le glacier du Grand Pissaillas (versant ouest) et le glacier du Montet (versant est). Cairn sommital de l’Ouille Noire. Signal de l’Iseran, Pointe Pers et Pointe du Montet au premier plan. Les Ciamarella et le Plan des Evettes, l’Albaron et la Pointe de Charbonnel La Grande Sassière vue de l’Ouille Noire. Ouille des Reys (3081m) et le lac du Pys (à gauche) au premier plan. Pointe des Arses (3187m) et l’ancien glacier de l’Ouille Noire. Vue plongeante sur le col des Arses (3074m) et la Pointe des Arses (3187m). Vue sud-ouest sur la Pointe des Arses et la vallée de haute Maurienne. Cairn sommital entre la Grande Ciamarella et l’Albaron. Vue nord du sommet de l’Ouille Noire. L’Ouille Noire lors de la descente (vers 3000m). L’Ouille Noire et la Pointe des Arses. Cascade dans les barres rocheuses du Grand Pissaillas.