Sortie du 11 mai 2014 par Agarock Dôme de Barrot (2136m) entre Var et Cians

Une ascension sublime et originale grâce à cette couleur située entre l'ocre et le mauve sur les deux tiers du parcours.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Températures clémentes avec quelques rafales de vent, sous un ciel parfois ensoleillé mais souvent gris.

Récit de la sortie

Le départ s’effectue du village, perché et pittoresque, d’Auvare, situé à 11km au nord de Puget Théniers.

Je traverse le village en descendant parmi les ruelles étroites et pentues afin de rejoindre le cimetière et le départ du sentier (balisé en jaune PR).

Le sentier devient sauvage et s’élève rapidement, ce qui me permet d’atteindre les 1300 mètres d’altitude.

Derrière moi le village est déjà tout petit lorsque surgit sur ma gauche le magnifique Mont Saint Honorat (alt. 2520m) encore enneigé.

Il me suivra pendant une grande partie de mon ascension.

Lorsque j’atteins le col de Pras (alt. 1500m) un panneau en bois me donne la direction à suivre pour atteindre mon objectif.

Elle passe par une piste carrossable assez large qui parait contourner par la droite le sommet boisé qui se dresse en face de moi.

Je n’aime pas trop les pistes, alors, je décide de partir en face, hors sentier, et tant pis si j’ajoute du dénivelé à mon ascension.

Je dois, par moment, me frayer un passage au milieu des branches de pins à l’aide de mes bâtons, mais plusieurs traces de sentiers permettent de faciliter mon parcours.

En haut de cette première bute, le panorama se dégage et je vois bien que je ne vais pas tarder à entrer dans les terres rouges.

Je découvre, sur ma droite, la superbe tête de Rigaud de forme conique qui semble m’indiquer le chemin pour atteindre le sommet de son voisin, le Barrot.

Celui-ci, majestueux se dresse devant moi et j’aperçois plusieurs antennes sur son sommet.

Je franchis une deuxième puis une troisième bosse bien rougies par la roche du secteur, et j’aperçois alors, en contrebas, au bout d’une bonne demi-heure le collet de Vigude.

J’ai bien 80 mètres de dénivelé à dévaler pour l’atteindre, mais ils se font assez facilement.

Là, commence réellement l’ascension dans les terres ocres, et c’est un véritable bonheur pour mes yeux.

J’y laisse pas mal de sueur, et je devine, en regardant au loin, le col qui permet d’atteindre la crête sommitale.

Un névé est là, juste en dessous et je vais être obligé de le traverser. Lorsque que j’arrive en face de cet obstacle, je me rends compte qu’il est court mais très pentu.

Je plante mes chaussures à plusieurs reprises, l’une après l’autre afin de me faire de bonnes traces et d’y créer de bons appuis pour rejoindre le col.

Il me reste environ 200 mètres de dénivelé à gravir pour atteindre le sommet, et c’est avec un réel bonheur que j’avance car j’ai le loisir de pouvoir admirer, face à moi, la crête du Mont Mounier ainsi que les hauts sommets du Mercantour, à l’est.

Arrivé au sommet, une vue à 360° est disponible, mais beaucoup de nuages gris dans le ciel ne me permettent pas d’avoir un panorama limpide.

Un ascension en solitaire que je garderai en mémoire longtemps, grâce à ce formidable mélange de couleurs et la position stratégique de ce dôme situé entre Var et Cians.

Dernière modification : 12 mai 2014

A propos

Auteur de cette sortie :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Randonnée réalisée le 11 mai 2014

Publiée le 12 mai 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 14 mai 2014 à 00h35

    Mince, il y a de la vie sur Mars :) Les photos de ces terres et roches rouges sont toujours aussi impressionnantes !

  • par Le 14 mai 2014 à 10h43

    il y avait juste un bonhomme, ce jour là, hi hi ! je n’ai pas vu de marmotte, ni de chamois ou autres mammifères. Faut croire qu’ils n’aiment l’ocre

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !