Aiguille du Goléon (3427m) face sud et traversée Sortie du 24 septembre 2013

Sortie réalisée le 24 septembre 2013.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Une petite course facile aux portes des Ecrins.

Conditions météo

Parfaites : tempête de ciel bleu.

Récit de la sortie

Le Goléon, pour moi, c’est quelque chose. C’est ma première course en Alpi facile, j’avais 15 ans. Je l’ai fait par la voie normale, après un bivouac humide prés du lac du Goléon et une progression hasardeuse sur l’arête (oui, j’avais déjà peur du vide)

Donc pour permettre à Terrence de faire son premier 3000 et sa première course, je décide de l’emmener au Goléon. Loic se joindra à nous...

Mais comme la voie normale c’est trop facile et un poil long, bah on part sur la face sud, et bien, bien nous en a prit ! Le topo d’Alain m’ayant vraiment attiré !

Départ à 3h30 de Lyon.

Arrivée à 6h à Valefroide. J’vous laisse quand même imaginer l’état, je suis celui qui a le plus dormi (3h30).

Départ 30min plus tard à la frontale en mode commando, à la vas-y que j’t’enjambe les clôtures, esquive de la bouse qui pue, petit saut carpé au dessus du ruisseau, bref, ça commence bien ! Et on en redemande !

Le soleil se lève petit à petit sur sa majesté la reine Meije, c’est juste irréel ! (je l’aurai un jour, je l’aurai.)

Tracé direct dans les alpages au-dessus de Prés Cros. Oui, on a tracé au plus facile, un peu à droite du topo.

On contourne de loin le Chalet du Puy Garnier pour laisser tranquille les brebis. Puis montée dans le Paquier du Roi. Et enfin Serret Blanc.

De là, on chausse le casque, on sort le piolet et on attaque entre les deux rochers caractéristiques qui marquent le début de la face sud.

Eh, bah, c’est à vaches ! Sérieusement, c’est vraiment facile, un peu de gaz présent, mais sans plus, des ressauts vraiment simples. Juste le rocher complètement pourri qui nous oblige à faire attention à la progression, vu qu’on est trois. (Mon Meteor III n’a pas envie de faire bisou-bisou avec un rocher pour le moment, il est encore un peu jeune pour çà.)

On arrive donc en haut de la face à un mini collu et une magnifique vue sur les dalles qui plongent vers le Petit Verdillon.

Traversée au-dessus des 400m de face. Le gaz est présent, mais je gère... Ensuite arrivée au sommet 45min avant les premières cordées passant par la VN...

Une bonne raison de se la raconter :

  • "Mais vous êtes passé par où, on était les premiers au parking" ?
  • "Ah mais je savais pas qu’on pouvait passer par là, et ça descend ou bien" ?
  • "C’est vous qu’on croyait partis pour le plateau d’Emparis" ?

Arf arf arf...

Bref, après avoir englouti le thon mayo, fait les traditionnelles photos devant le cairn avec la Meije en arrière plan (je l’aurais un jour, je l’aurais !), nous descendons l’arête avec encore un peu de neige.

Facile. Un seul passage un peu gazeux où je me concentre plus sur le rocher devant moi que sur ce qu’il se passe derrière moi...

Une fois au col marquant le terme de l’arête, on chausse les crampons pour descendre le "glacier Lombard", surement qu’un jour il y a eu des crevasses...

Une fois le glacier avalé, les crampons et le piolet relégué à l’arrière du sac, on commence la loooooongue descente par la VN.

Petit passage vers le Replat d’Armont, avec ses innombrables inscriptions à base de pierres, faudra que j’y laisse la mienne un jour.

Grosse claque en arrivant au lac du Goléon avec le reflet de la Meije.
Dommage que le refuge ne soit pas ouvert, on aurait bien fait une "halte tarte aux myrtilles" !

Bon, on passe dans la descente, les jambes commencent à être lourdes. Le raidillon du Greppon n’est pas le bienvenu, mais bon, la sente s’aplatit petit à petit et soulage les jambes...

Nous arrivons à 16h30 au parking, bien fourbus mais contents !

Retour à Lyon, et bouchons histoire de dire...

Dernière modification : 24 juin 2014

Photos « Aiguille du Goléon (3427m) face sud et traversée »

On s'équipe, il est 6h... La voiture est déjà loin 30 minutes plus tard, la faute au tout droit dans les alpages Sa majesté... Objectif du jour en vue... Les mauvais, mes compagnons de cordée... Le sommet se rapproche inexorablement, on commence à apercevoir notre itinéraire... Le dahu des montagnes... Les mauvais pour vous servir Sa majesté... Petit à petit... la pente... se redresse... Le Signal de la Grave C'est parti... Ayé, première fois à 3000m par ses propres moyens pour Tété. Sa majesté... En fait, si c'est raide... On dirait pas du parking. On alterne entre vires et ressauts un peu plus haut On touche presque au but. La caillasse reste mauvaise et il nous faut faire une longue traversée avec les 400m de la face sous nos pieds... Sereins quoi ! Imotep... Le sommet... La première cordée passée par la voie normale ne nous rejoindra que 45mn plus tard Cairn sommital... Comme dirait Mariette : «Près des cimes loin des c**s» L'arète mixte assez sèche à descendre, assez facile (la partie aérienne est derrière nous) On se croise... Le début de l'arête vue depuis la descente Le glacier est gavé, pas de crevasses, juste de la neige bien croutée en haut et de la soupe sur de la glace en bas... Petit aperçu de la voie normale. Bel itinéraire On descend la moraine... Pour continuer dans le vallon Maurian, loooong vallon Maurian... Et deboucher sur le Lac du Goléon et sa vue mythique... Son refuge, construit en 2007 ou 2008. Longue descente... Chemin facile et reposant avant d'arriver aux voitures...