Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau au petit matin, mais dans le brouillard complet au sommet.
Temps frais à Fouillouse, sentiers boueux et humidifiés par les pluies des jours précédents avec neige dans les 400 derniers mètres de dénivelé.
Montée finale vers le sommet accompagnée de violentes rafales de vent saupoudrées de neige fraîche vers le sommet.
Conditions difficiles sur la partie sommitale se rapprochant du blizzard.

Récit de la sortie

Ce matin, à Fouillouse, il doit faire moins de 10 degrés.

Mais le ciel est clair, et le soleil devrait nous réchauffer.
La pente aussi, nous le permet.

Il est vrai que la météo prévoit un grand soleil le matin, mais un risque d’averses dès 14h00, alors, on avance sur un bon rythme.

La montée est donc assez rapide, avec mon compagnon de randonnée sur le sentier balisé en direction du refuge de Chambeyron.

Les brumes commencent à gagner du terrain lorsque nous apercevons le Brec de Chambeyron et son refuge.

Là, on prend à gauche la direction du pas de la Souvagea que l’on atteint au bout de 40 minutes.

On aperçoit à peine notre objectif, qui se perd dans la brume ainsi que la neige très présente sur ses pentes.

Au bout de quelques minutes, la sente cairnée menant au sommet devient instable et glissante.

Nous installons nos crampons, et le ciel s’assombrit encore.

Gants, bonnet et anorak sont de sortie.

La montée est raide, le dénivelé défile sur mon G.P.S, mais de violentes et soudaines rafales de vents accompagnées de neige nous fouettent violemment le visage.

Celles-ci nous donnent un ressenti de froid que je pourrais mesurer largement en dessous de zéro.

Nous ne voyons plus le sommet, mais les cairns, nombreux sur la sente, nous permettent, dans le brouillard, de nous diriger correctement.

Tout à coup, j’aperçois le balcon sommital, ainsi que son petit cairn qui fait pâle figure en comparaison des belles croix de certains sommets du secteur.

Celui-ci atteint, je m’aperçois, sous ma capuche et mon bonnet vissé sur la tête, que tout est complètement gelé.

La pause est très courte, juste le temps pour mon compagnon de me tirer le portrait au sommet, sans aucune vue, entièrement dans le brouillard.

On ne traîne pas, et on entame la descente avec prudence.

On n’y voit pas à 3 mètres, mais nos traces toute fraîches de la montée, nous sont précieuses.

Le pas de la Souvagea est vite atteint et quelques photos prises, suite à un éclaircissement partiel et furtif du ciel.

Petite pause sandwich en face du Brec, et hop ! Direction Fouillouse, car il commence à neiger.

Une ascension très physique mais un peu frustrante, mais bon ! c’est ça aussi, la montagne !!!

Et puis, la pointe Chauvet : et bien... c’est fait ! 3320mètres d’altitude, un de mes plus hauts sommets.

Dernière modification : 14 juillet 2014

A propos

Auteur de cette sortie :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Randonnée réalisée le 9 juillet 2014

Publiée le 14 juillet 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par Le 23 juillet 2014 à 22h11

    Superbe rando et magnifiques photos.

    Juste une question en passant : pourquoi avoir qualifier cette rando de "moyenne" avec ces 1420m de dénivelé ?

  • par Le 23 juillet 2014 à 23h57

    Bonjour Stellana.
    Bonne question. Sans doute parce que qq jours auparavant j’avais gravi le Rubren : 30 Km et 1700 m de D+. Je vais rectifier. C’est vrai que cela monte raide.

  • par Le 24 juillet 2014 à 15h05

    Oui ^_^
    Je comprends le "moyen" comparativement à celle que vous avez effectué quelques jours avant.

    Bonnes randos à vous !

  • par Le 19 août 2014 à 09h14

    Il n’y a rien de bien technique sur cette ascension et une belle sente bien tracée est présente jusqu’au sommet. Voilà, pourquoi, je pense qu’elle est classée "moyenne". Mais les 1400 mètres de dénivelé en partant de Fouillouse permettent de se poser la question de cette classification. De plus, on peut partir du "pont vouté" en bas, dans la haute vallée de l’Ubaye, et remonter tout le vallon d’Aval, et là, c’est plus de 1700 mètres de dénivelé à avaler. Une chose est sûre, il faut avoir une bonne condition physique pour y monter, voilà !

  • par StéphaneLe 10 août 2015 à 19h43

    Merci pour les infos. Mais du coup, en se dépêchant et sans pause au sommet, quelle a été la durée de cette sortie ?

  • par Le 11 août 2015 à 09h35

    Je dirai (pause non comprise) entre 5h30 et 7h30 de marche au départ de Fouillouse.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !