Pointe de Bellecôte (3140m) Sortie du 25 juillet 2014

Sortie réalisée le 25 juillet 2014.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

La Pointe de Bellecôte en traversée.

Conditions météo

Beau puis rapide montée du brouillard.

Récit de la sortie

En 2008, j’étais parti un peu au hasard pour gravir ce sommet.
J’étais passé par le refuge de la Fournache puis par celui de la Dent Parrachée.

Et là, en face de moi, j’ai vu cet immense vallon avec son glacier rocheux à traverser. J’ai vu la pente d’éboulis clairs car non stabilisés qui atteint la brèche entre l’antécime et le sommet.

Je me suis imaginé traversant tous ces cailloux et j’ai découvert un intérêt certain pour le Grand Châtelard tout proche.

Cette année, un topo d’AltitudeRando décrit un itinéraire moins caillouteux mais plus imprégné par les remontées mécaniques.

Qu’importe, c’est le sommet qui compte.

Départ par grand beau temps et météo optimiste mais, datant de la veille à 7h30 puisque c’est, en 2014, la tendance dans les OT de la Maurienne, d’afficher la météo quand les montagnards sont déjà partis.

Et le "grand beau" ne va pas durer.

Cela commence par un petit nuage qui accroche la Parrachée, de fins voiles de brume qui montent de la vallée et tout d’un coup on s’aperçoit que le ciel bleu est à oublier.

J’ai donc perdu ma course pour arriver au sommet avant la brume.

Je ne sais pas ou j’avais lu que l’on conseillait de s’arrêter à l’antécime et de laisser le sommet aux alpinistes. Quelle blague !

Certes on trouve un petit pas rocheux, plus simple que celui qui permet de descendre de la Pointe 2916. La traversée des Trois Dents dans le Pilat est autrement plus difficile.

Je fais le choix de descendre par le vallon de la Fournache. Les sommets sont bouchés mais la visibilité dans le vallon est suffisamment correcte pour ne pas sauter les barres rocheuses.

Le pierrier qui permet de descendre de l’arête est instable et je n’aimerai pas le remonter d’où un certain flair en renonçant en 2008.

Entre les deux barres rocheuses, le pierrier n’est pas, lui non plus, très agréable.

Plus bas, la vallon de la Fournache est magnifique et sans doute plus encore si le grand absent, le Soleil, avait daigné se montrer.

Dernière modification : 30 août 2014