Tête des Vautes (2188m) par le Lac du Lauzon Sortie du 28 août 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps. Température : 20 à 25°C

Récit de la sortie

Partis avec Galice pour monter au sommet de la Tête des Vautes, nous étions loin de nous douter, au moment de démarrer cette randonnée, que notre objectif ne serait pas atteint.

La cause de ce pseudo échec n’était pas la météo du jour. Le ciel, lui, était d’un bleu limpide et le soleil brillait de mille feux.

Il n’y avait pas non plus de difficulté majeure avérée sur cette randonnée.

Nous démarrions donc notre randonnée le cœur léger, en cette belle journée d’aout et tous les voyants étaient au vert pour que nous remplissions notre objectif.

Oui, mais ne voilà-t-il pas qu’alors que nous venions de franchir la dalle rocheuse inclinée sous le lac du Lauzon, nous nous retrouvons subitement dans l’ombre.... dans cet alpage raide et pourtant incliné plein sud.

Un instant, je pense que nous sommes victimes d’une éclipse solaire qui serait aussi fulgurante qu’imprévue. Je lève alors les yeux et m’aperçois que nous venons d’être survolés par un immense rapace.

Au premier passage, je vois immédiatement que nous n’avons ni affaire à un Vautour fauve ni même à un Aigle royal.

Le temps de sortir mon appareil photo et notre ami se trouve déjà loin.

Je me demande alors "quel oiseau cela peut-il bien être ?"....des rapaces de cette taille il n’y en a pas 50 non plus.

Je pense évidemment au Gypaète Barbu. Mais l’oiseau est tellement rare que je n’ose y croire.

Le voilà alors qu’il revient, il survole l’alpage de quelques mètres à peine et me fait la joie de revenir me voir.

Mes yeux ne peuvent pas me mentir, c’est bien lui, le casseur d’os comme certains l’appellent, le majestueux et vénérable Gypaète Barbu.

A ce moment, il n’est plus question pour moi de continuer ma rando comme si je venais d’apercevoir un simple choucas. Moi qui aime tant photographier la faune sauvage, une occasion comme celle-ci ne risque pas de se représenter d’aussi tôt.

Nous délaissons donc le chemin pour essayer de nous approcher du Gypaète Barbu. Ce dernier semble s’être posé un peu plus loin sous la Têtes de Vautes et nous allons tenter de ramener quelques photos de cette rencontre.

Nous traversons un pierrier très instable et provoquons accessoirement quelques chutes de pierres.

Notre progression étant d’une discrétion éléphantesque, notre ami est intrigué et nous survole de nouveau à plusieurs reprises. Son envergure de presque 3 mètres et son vol planant relevant de la grâce, nous sommes totalement subjugués par ce maître des airs.

Enfin, il finira par se re-poser sur son promontoire, et nous pourrons l’observer une bonne trentaine de minutes encore, avant qu’il ne décide de s’éloigner de quelques kilomètres.

Cette magnifique rencontre passée, je n’avais qu’une seule envie.... voir sur un grand écran ce que j’avais réussir à obtenir comme photos.

Au diable l’objectif initial, l’impatience était trop forte et nous rentrerons donc tambour battant jusqu’au parking de départ avec un bizarre et léger sentiment d’euphorie.

Bref une sortie inoubliable !!!

Dernière modification : 7 septembre 2014

Photos « Tête des Vautes (2188m) par le Lac du Lauzon »

Vallée de la Jarjatte Vallée de la Jarjatte Le début de la raide montée jusqu’au lac du Lauzon Vallée de la Jarjatte Montée pour rejoindre le lac du Lauzon Gypaète Barbu Gypaète Barbu Gypaète Barbu Gypaète Barbu...la photo la plus aboutie Vallée de la Jarjatte Gypaète Barbu Notre ami est posé sur le promontoire...la Tête de Plate Longue est en arrière plan Gypaète Barbu Gypaète Barbu